DE | FR
Donald Trump (à gauche) et Benito Mussolini (à droite).
Donald Trump (à gauche) et Benito Mussolini (à droite).Bild: Shutterstock/Keystone

Donald Trump a-t-il voulu imiter Benito Mussolini?

A la tête de ses chemises noires, le dictateur fasciste s'est jadis emparé du pouvoir par un putsch. C'est par une démonstration de force similaire que l'ex-président américain a voulu forcer le Congrès à le laisser en place.
03.07.2022, 16:5703.07.2022, 18:28
Philipp Löpfe
Philipp Löpfe
Philipp Löpfe
Suivez-moi

Comme presque partout en Europe, le chaos politique régnait en Italie après la Première Guerre mondiale. Un homme en a profité. En octobre 1922, Benito Mussolini a envahi Rome à la tête de ses chemises noires et a exercé une telle pression sur les parlementaires bourgeois qu'ils l'ont nommé premier ministre. Plus tard, il suspendit la démocratie et régna en dictateur fasciste jusqu'à sa chute en 1943.

Apparemment, Donald Trump nourrissait lui aussi des projets de coup d'Etat similaires. Telle est la conclusion de l'audition la plus spectaculaire à ce jour de la commission chargée de faire la lumière sur les événements du 6 janvier 2021.

Témoin clé

Mardi dernier, le témoin clé Cassidy Hutchinson a été très clair sur deux points: Trump savait que la foule était armée et il voulait forcer les portes du Congrès à sa tête. L'ancien président pensait probablement que les parlementaires effrayés le maintiendraient en place – et non Joe Biden, qui a été légitimement élu.

Cassidy Hutchinson : va-t-elle mettre Donald Trump en prison?
Cassidy Hutchinson : va-t-elle mettre Donald Trump en prison?image:keystone

Aussi absurde que cela puisse paraître, cette thèse est désormais étayée par de nombreuses preuves. Ni Trump, ni même ses partisans dans les médias conservateurs, ne parviennent à réfuter ces dernières. Fox News et compagnie tentent par tous les moyens de discréditer le témoignage de Cassidy Hutchinson et de dénigrer ses déclarations en les qualifiant de fake news.

Le camp Trump s'appuie sur deux agents de sécurité anonymes qui affirment que l'ex-président n'a pas essayé de prendre le volant du véhicule et qu'il est retourné à la Maison-Blanche après son discours historique. C'est possible. Mais ce qui est beaucoup plus important, c'est que la thèse selon laquelle Donald Trump a fait pression pour accompagner la foule jusqu'au Capitole, n'est pas contestée.

Information encore plus explosive: l'ex-président était également conscient que cette foule était armée. En effet, l'ancien président a dit à son service de sécurité:

«Ce sont mes gens, ils ne me feront pas de mal»
Donald Trump

Tout en demandant d'enlever les détecteurs de métaux utilisés à chaque apparition publique du président.

Tout faire pour qu'il n'aille pas là-bas

Cité comme témoin : Pat Cipollone, l'ancien avocat de la Maison Blanche.
Cité comme témoin : Pat Cipollone, l'ancien avocat de la Maison Blanche.image:keystone

A la Maison-Blanche, on savait que Donald Trump commettrait ainsi un délit. C'est pourquoi l'avocat Pat Cipollone avait auparavant imploré Cassidy Hutchinson:

«S'il te plaît, fais tout pour qu'il n'aille pas au Capitole, Cassidy. Reste en contact avec moi. Nous serons accusés de tous les crimes possibles et imaginables si cela se produit»

Il n'est donc pas étonnant que la commission ait décidé de convoquer Pat Cipollone comme témoin. Celui-ci avait certes déjà témoigné devant la commission, mais de manière informelle et non sous serment. Désormais, il n'est plus protégé par le secret professionnel. «Toutes les préoccupations que Pat Cipollone a exprimées concernant les prérogatives institutionnelles ont montré la nécessité de son témoignage», ont déclaré Bennie Thomson, président de la commission, et sa vice-présidente Liz Cheney.

Mark Meadows, le dernier chef de cabinet de Trump, subit aussi une pression de plus en plus forte. Cassidy Hutchinson était son bras droit. En tant que témoin principal, elle a déclaré avoir entendu Pat Cipollone dire à Mark Meadows pendant l'assaut du Capitole:

«Mark, nous devons faire quelque chose. Ils demandent vraiment que le vice-président soit pendu»
Pat Cipollone, ancien avocat à la Maison blanche

Mark Meadows a certes remis des milliers de documents à la commission, mais il a, toutefois, refusé de témoigner. C'est pourquoi la Chambre des représentants a demandé au ministère de la Justice de l'inculper au même titre que l'ancien stratège en chef Steve Bannon et l'ancien conseiller économique Peter Navarro.

Mark Meadows et son patron de l'époque, Donald Trump.
Mark Meadows et son patron de l'époque, Donald Trump.image:keystone

Les choses se compliquent, toutefois, pour Mark Meadows lorsque Cassidy Hutchinson a également déclaré que le chef d'état-major avait envisagé de se rendre à l'hôtel Willard, tout proche, la veille du 6 janvier. C'est là que le noyau dur des conspirateurs – Rudy Giuliani, Steve Bannon, Michael Flynn, Roger Stone – avait installé sa «War Room». La prochaine audience, présidée par Jamie Raskin, traitera exactement de ce qui s'est passé dans cet hôtel et découvrir s'il y a eu coopération avec les deux milices Proud Boys et Oath Keepers.

Enquête pénale attendue

Entre-temps, la question n'est plus de savoir si, mais quand le ministre de la Justice Merrick Garland ouvrira une enquête pénale contre Trump. En fait, il ne peut plus faire autrement. Les preuves sont trop accablantes, la pression de l'opinion publique trop forte.

Les craintes qu'une telle procédure ne renforce encore les tensions et fractures aux Etats-Unis sont justifiées. Mais elles ne compensent pas le fait que Trump est très probablement coupable de plusieurs infractions, notamment de fraude envers les Etats-Unis et d'obstruction à la justice. Une inculpation pour «sédition conspirationniste» est même devenue envisageable.

Deux femmes courageuses: Liz Cheney et Cassidy Hutchinson.
Deux femmes courageuses: Liz Cheney et Cassidy Hutchinson.image:keystone

Personne ne le sait mieux que Liz Cheney. Hier, lors d'un discours à la Ronald Reagan Presidential Library en Californie, elle a une fois de plus déclaré:

«Nous sommes actuellement confrontés à un danger intérieur comme nous n'en avons jamais vu auparavant - qu'un ancien président tente d'invalider les fondements de notre république»
Liz Cheney

Liz Cheney a reçu, pour ce discours, une standing ovation – de la part d'un public très conservateur.

(traduit et adapté de l'allemand par cru)

Les vacances: attentes vs réalité

1 / 34
Les vacances: attentes vs réalité
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Attaque du Capitole: voici les images inédites diffusées pendant l'audience

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Genève réduit en cendres: ces 8 cartes montrent l'ampleur des incendies en Europe
La saison des feux de forêt a déjà battu plusieurs records en Europe, des centaines de milliers d'hectares de végétation sont déjà partis en fumée. Pour mieux comprendre l'étendue des dégâts, on a tracé les zones brûlées sur une carte de la Suisse.

La saison des incendies bat son plein en Europe depuis maintenant plus d'un mois. Bien que pas encore terminé, l'été 2022 a déjà pulvérisé de nombreux records. Les feux de forêt ont été particulièrement nombreux et, surtout, extrêmement dévastateurs, alimentés par la sécheresse et les vagues caniculaires qui ont traversé le continent à plusieurs reprises.

L’article