DE | FR

Trois policiers inculpés pour avoir asphyxié un Afro-Américain

A woman walks past a mural honoring Manuel

Une fresque murale représente Manuel «Manny» Ellis à Tacoma. Image: sda

Manuel Ellis, comme George Floyd, avait supplié les policiers en disant «je ne peux pas respirer».



Les autorités de l'Etat américain de Washington ont annoncé, jeudi, l'inculpation de trois policiers pour la mort par asphyxie d'un homme noir en mars 2020.

Christopher Burbank et Matthew Collins, policiers à Tacoma, ville située à environ 50 km de Seattle, sont inculpés de meurtre. Le troisième policier, Timothy Rankine, lui, d'homicide involontaire.

Des mandats d'arrêt ont été émis contre les trois hommes, qui encourent la perpétuité, a précisé l'élu démocrate, à qui le dossier avait été confié.

Prise d'étranglement

Le 3 mars 2020, Burbank et Collins avaient voulu interpeller Manuel Ellis, un Afro-Américain de 33 ans qui rentrait chez lui à pied après avoir acheté des donuts dans une épicerie. Ils avaient assuré que le trentenaire les avait attaqués, mais des vidéos et des témoins ont mis à mal leur version des faits.

Frappé, tasé, étranglé et tué

Ces anciens militaires à la taille corpulente «ont plaqué Ellis au sol, l'ont frappé à plusieurs reprises, ont effectué une prise d'étranglement et lui ont tiré trois fois dessus avec leur pistolet électrique, sans justification». Les accusés ont soumis un exposé de leurs griefs face aux accusations.

«Je ne peux pas respirer, Monsieur»

Le policier Rankine, arrivé peu après avec d'autres renforts, «a maintenu Ellis à plat ventre et a continué à exercer une pression sur son dos bien que celui-ci ait dit ne pas pouvoir respirer».

La scène avait été enregistrée par une caméra de surveillance et des passants. Sur l'un des films, on entend Ellis, menotté, supplier: «Je ne peux pas respirer, Monsieur». A aucun moment, il ne semble exercer de résistance.

La vidéo qui montre la confrontation entre les policiers et Manuel Ellis

abspielen

Vidéo: YouTube/KOMO News

La mort de l'Afro-Américain George Floyd, le 25 mai, sous le genou d'un policier blanc de Minneapolis, avait attiré l'attention sur cette affaire. Le nom de Manuel Ellis était devenu coutumier dans les grandes manifestations contre les violences policières de l'été.

Des condamnations rares

Traditionnellement, les poursuites contre des policiers américains sont très rares, notamment en raison de leurs liens avec les procureurs locaux, et les condamnations encore plus.

En avril, un jury a, toutefois, reconnu coupable de meurtre le policier Derek chauvin, qui s'était agenouillé sur George Floyd pendant près de dix minutes. Depuis ce verdict, deux autres policiers ont été inculpés pour meurtre et un dernier condamné par un jury de l'Alabama pour avoir abattu un homme suicidaire. (ats/ga)

Plus d'articles concernant les Etats-unis

Les confidences du fils sulfureux de Joe Biden agitent les Américains

Link zum Artikel

Les Etats-unis évoquent un boycott des JO de Pékin

Link zum Artikel

Que penser des 65 premiers jours du Président Biden

Link zum Artikel

Un rapport de l'OMS sème le trouble entre la Chine et les USA

Link zum Artikel

22,5 ans de prison pour Derek Chauvin, le meurtrier de George Floyd

L'ex-policier, qui a été reconnu coupable du meurtre de George Floyd, a été fixé sur le nombre d'années qu'il devrait passer derrière les barreaux, vendredi, à Minneapolis.

Le voile de la peine encourue par l’ancien policier de Minneapolis, Derek Chauvin, a été levé ce vendredi. Reconnu coupable du meurtre de l’Afro-Américain George Floyd, il écope d'une peine de 270 mois de prison, soit 22,5 ans, selon The Independent.

Mais le juge Peter Cahill, qui a dévoilé le verdict à environ 15h30 (22h30 en Suisse) à Minneapolis, a retenu quatre circonstances aggravantes, ouvrant la voie à une peine lourde. Ces circonstances sont:

Il a commis un «meurtre brutal», …

Lire l’article
Link zum Artikel