DE | FR

Un séisme historique frappe l'Alaska, un tsunami pourrait survenir

Un séisme de magnitude 8,2 s'est produit, mercredi, au large de la péninsule d'Alaska, selon l'Institut américain de géophysique. Les Etats-Unis n'ont pas été confrontés à un tel tremblement depuis plus de cinquante ans.
29.07.2021, 10:4629.07.2021, 15:35

Un tremblement de terre s'est produit à une centaine de kilomètres au sud-est de la ville de Perryville, en Alaska, selon l'Institut américain de géophysique (USGS). L'alerte au tsunami concerne le sud et la péninsule.

Le National Weather Service (NOAA) des Etats-Unis a émis une alerte au tsunami. Il a d'abord parlé d'une force de 8,2, puis l'a corrigé à 8,2. Pour l'heure, il n'y a actuellement aucun rapport de dommages ou de blessures.

C'est le plus fort tremblement de terre depuis le 27 mars 1964. Ce jour-là, un séisme de magnitude 9,2 – le plus violent jamais enregistré aux Etats-Unis et dans le monde – avait frappé la région d'Anchorage. Il avait duré plusieurs minutes et provoqué un raz-de-marée destructeur sur toute la côte ouest américaine, faisant au total plus de 250 victimes.

L'Alaska fait partie de la ceinture de feu du Pacifique, zone très active pour les séismes et qui s'étend du golfe d'Alaska à la péninsule russe du Kamtchatka.

Des vidéos de la zone touchée circulent sur les réseaux sociaux. On y voit notamment comment la population est invitée à se déplacer loin du risque de tsunami.

(ats/mndl)

Après les intempéries, la vie «normale» reprend à la Neuveville (BE)

1 / 13
Après les intempéries, la vie «normale» reprend à la Neuveville (BE)
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Au Texas, on chasse les sangliers en hélico

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi les Etats-Unis prennent les menaces nucléaires de Poutine au sérieux
L'Occident, et surtout les Etats-Unis sont loin de négliger les menaces nucléaires de Vladimir Poutine. Et il y a une raison très particulière à cela.

A première vue, les référendums factices dans l'est de l'Ukraine et les menaces nucléaires de Vladimir Poutine n'ont peut-être pas grand-chose à voir les uns avec les autres. Pourtant, les deux choses sont étroitement liées, comme l'a souligné cette semaine Linda Thomas-Greenfield, la plus haute diplomate américaine, auprès des Nations unies.

L’article