International
Etats-Unis

Mexique: Le dossier brûlant met le gouvernement Biden sous pression

Un dossier brûlant met le gouvernement Biden sous pression

Joe Biden et son administration sont sous pression depuis des semaines pour régler rapidement la question de la frontière mexicaine.
Joe Biden et son administration sont sous pression depuis des semaines pour régler rapidement la question de la frontière mexicaine.watson
Sur fond de pressions du camp républicain, un voyage en urgence d'une délégation américaine à Mexico aurait permis des avancées sur le dossier brûlant de la crise migratoire entre les Etats-Unis et le Mexique.
28.12.2023, 07:5328.12.2023, 13:52
Plus de «International»

Annoncé brusquement quelques jours plus tôt, ce déplacement du chef de la diplomatie, Antony Blinken, est intervenu au moment où les élus républicains au Congrès exigent un accord sur l'immigration avec le gouvernement du président Joe Biden, en échange de leur soutien à une nouvelle enveloppe d'aide pour l'Ukraine.

WASHINGTON, DC - DECEMBER 20: U.S. Secretary of State Antony Blinken speaks during a news conference at the State Department on December 20, 2023 in Washington, DC. Secretary Blinken held an end of ye ...
Le voyage d'Antony Blinken au Mexique a été décidé à la dernière minute.Getty Images North America

Un voyage nécessaire

Accompagné du secrétaire à la sécurité nationale, Alejandro Mayorkas, et de la conseillère pour la sécurité nationale à la Maison-Blanche, Liz Sherwood Randall, Antony Blinken s'est entretenu pendant deux heures avec le président mexicain Andrés Manuel López Obrador.

«Nous sommes parvenus à d'importants accords au bénéfice de nos peuples et de nos nations. Aujourd'hui plus que jamais, la politique de bon voisinage est nécessaire», a ensuite écrit López Obrador sur le réseau social X, sans plus de détails. Tout juste a-t-il indiqué que les discussions avaient eu trait à «des questions de coopération économique, de sécurité et de migrations».

«Vraiment impressionnés»

Selon un responsable du gouvernement américain, les dirigeants mexicains ont décrit à la délégation américaine les nouvelles mesures prises par leur pays, notamment la répression des passeurs qui envoient les migrants vers la frontière des Etats-Unis en train ou en autobus.

«Nous avons été vraiment impressionnés par certaines des nouvelles actions qu'entreprend le Mexique et nous avons vu ces derniers jours une réduction assez significative des passages de la frontière», a déclaré ce responsable dans l'avion d'Antony Blinken, pendant le voyage de retour vers Washington. Les Mexicains «étaient préparés à partager un plan avec nous», a ajouté ce responsable sous le couvert de l'anonymat.

Toutefois, les Etats-Unis «ne tirent jamais de conclusions basées sur des fluctuations au jour le jour» du nombre de migrants, a poursuivi le responsable américain, précisant que les contacts se poursuivront étroitement en 2024, année où le président américain Joe Biden joue sa réélection et où des élections fédérales sont également prévues au Mexique.

10 000 migrants par jour

Ces dernières semaines, quelque 10 000 personnes par jour ont tenté de traverser illégalement la frontière sud des Etats-Unis, soit près du double des chiffres enregistrés avant la pandémie de Covid-19, débordant les autorités américaines. Et une caravane de milliers de migrants a quitté le sud du Mexique dimanche pour tenter de rejoindre les Etats-Unis.

La plus grande partie des migrants fuient des pays d'Amérique centrale ravagés par la pauvreté, la violence et les catastrophes naturelles ou la crise politique, économique et sociale au Venezuela.

CIUDAD JUAREZ, MEXICO - DECEMBER 27: People try to cross the border between Mexico and the United States in Ciudad Juarez, Mexico on December 27, 2023. US Secretary of State Antony Blinken led the US  ...
Des migrants tentant de franchir la frontière les séparant des Etats-Unis, le 27 décembre, à Ciudad Juarez.Image: Anadolu

López Obrador, qui s'est entretenu au téléphone avec Joe Biden le 21 décembre, s'est engagé à renforcer les mesures de contention des migrants dans le sud du pays, à la frontière avec le Guatemala. «Nous allons continuer à le faire et nous voulons nous mettre d'accord, parce que, étant donné qu'il y a aussi des élections aux Etats-Unis, le sujet va animer les esprits», a-t-il déclaré avant sa rencontre avec Antony Blinken.

L'ancien président Donald Trump, qui se prépare à affronter Joe Biden dans les urnes, a récemment redoublé ses attaques contre les migrants, les accusant d'«empoisonner le sang» des Etats-Unis.

«Pas de baguette magique»

Dans ce contexte politique tendu, les démocrates tentent de trouver un accord sur l'immigration avec les républicains au Congrès afin de faire approuver en parallèle des dépenses de 61 milliards de dollars pour aider Kiev dans sa guerre avec Moscou.

Dans les négociations, l'administration Biden a notamment proposé de financer 1300 postes de plus au sein de la police aux frontières.

Hundreds of migrants are continuing to cross the Rio Grande, the border between Mexico and the United States, in hopes of spending Christmas on American soil, in City, Country, on December 23, 2023. ( ...
Des centaines de migrants continuent de traverser le Rio Grande, la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis.Image: NurPhoto

Mais «l'un des défis, c'est que tout le monde veut une solution tout de suite à un problème mondial qui existe depuis longtemps», estime Andrew Rudman, chercheur spécialiste du Mexique au cercle de réflexion Wilson Center de Washington. Or, «il n'y a pas de baguette magique».

(mbr/ats)

Ils sauvent un requin échoué sur une plage
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le fils du président serbe était au cœur de la bagarre entre hooligans
Le fils du président serbe était présent lors de la bagarre entre hooligans anglais et serbes, à Gelsenkirchen, ce dimanche, en marge du match de l'Euro. Il n'a pu être retenu que difficilement.

Des chaises ont volé. Des objets et des poings aussi: avant la victoire de l'Angleterre contre la Serbie (1-0) à Gelsenkirchen, des supporters des deux camps se sont affrontés. Danilo Vucic, le fils du président serbe Aleksandar Vucic, a apparemment voulu s'en mêler. On prête à ce fils des liens étroits avec le milieu criminel des hooligans.

L’article