International
Etats-Unis

Joe Biden est mal barré à un an de la présidentielle américaine

A un an de la présidentielle, Joe Biden est mal barré

President Joe Biden, with first lady Jill Biden, listens with first responders outside Just-In-Time Recreation before he speaks Friday, Nov. 3, 2023, in Lewiston, Maine, about the mass shooting last w ...
Alors qu'il doit être réélu dans un an, les sondages ne sont pas tellement en faveur de l'actuel président en exercice.Keystone
A un an de la présidentielle de 2024, un sondage publié dimanche par le New York Times donne le président américain perdant face à Donald Trump.
06.11.2023, 08:22
Plus de «International»

Alors que le président semble «déconnecté» d'une opinion publique américaine profondément pessimiste et en perte de vitesse auprès des jeunes comme des minorités, son rival est en avance dans dans cinq Etats clés sur six. En 2020, Joe Biden avait arraché la victoire dans chacun de ces «swing states», des Etats qui «balancent» entre l'un et l'autre camp.

Mais aujourd'hui, selon cette enquête d'opinion, le milliardaire républicain de 77 ans domine son adversaire démocrate de 80 ans dans les intentions de vote au Nevada, en Géorgie, en Arizona, au Michigan et en Pennsylvanie. Ne resterait à Joe Biden que le Wisconsin.

«Ce qu'il faut vraiment retenir? Dans un an, le peuple américain va virer 'Joe Biden-la-Crapule' et recruter le président Donald Trump pour rendre sa grandeur à l'Amérique»
La campagne de Donald Trump, dans un communiqué au ton jubilatoire.

Un autre sondage commandé par la chaîne CBS donne Donald Trump en tête des intentions de vote générales, avec 51% contre 48% pour Joe Biden.

Pas d'affolement dans les rangs de Biden

«Nous gagnerons en 2024 en nous mettant au travail tête baissée, pas en nous affolant pour un sondage», a répliqué Kevin Munoz, porte-parole de campagne de Joe Biden, en relativisant la portée de sondages réalisés un an à l'avance.

Il a pris pour exemple l'ancien président Barack Obama, promis à une cuisante défaite, et finalement réélu aisément un an plus tard. Toutefois, selon le stratège David Axelrod, qui a justement piloté cette campagne victorieuse de 2012, le camp démocrate a aujourd'hui de quoi ressentir «une inquiétude légitime».

Selon l'expert sur le réseau social X: si Joe Biden «reste en course, il sera le candidat du Parti démocrate. Mais il lui faut décider si c'est sage; s'il se présente dans son intérêt à lui, ou dans celui du pays.»

Ce qui préoccupe les Américains

Les sondages publiés dimanche révèlent que le président octogénaire n'arrive pas à réduire le fossé qui semble le séparer de l'opinion publique américaine. Selon le sondage CBS, 73% des Américains estiment que leur pays va mal.

Une enquête d'opinion de la chaîne ABC donne même 76% des Américains persuadés que leur pays va dans la mauvaise direction. Ils sont 67% à penser la même chose dans le sondage du New York Times, qui décompte par ailleurs 71% d'électeurs convaincus que Joe Biden «est trop vieux pour être un président efficace».

L'âge de Donald Trump préoccupe généralement moins les électeurs.

L'opinion publique reste donc imperméable au discours volontariste de Joe Biden, persuadé d'être le mieux placé pour battre à nouveau Donald Trump. Ses concitoyens sont inquiets pour leur pouvoir d'achat, rongé par l'inflation, et redoutent pour certains de voir les Etats-Unis entraînés dans une guerre à l'étranger.

Joe Biden répète lui qu'il n'a «jamais été aussi optimiste» pour l'Amérique, en vantant l'économie robuste et les solides alliances internationales qu'il a forgées.

Les experts assurent généralement que les questions de politique étrangère, justement, ne jouent pas un grand rôle dans les décisions électorales des Américains. Mais le soutien de l'opinion publique à l'Ukraine pourrait s'éroder, faute de succès militaires conséquents.

Et la manière dont Joe Biden s'est positionné face à la guerre entre Israël et le Hamas indigne nombre de jeunes électeurs, ainsi que les Américains d'origine arabe, deux électorats qui lui étaient jusqu'ici plutôt favorables. (mbr/ats)

Donald Trump dédicace la poitrine d'une jeune femme
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Le palais ne doit pas jouer avec Kate
En maintenant le suspense sur une possible réapparition de Kate à la cérémonie de Trooping the Colour ce samedi, le palais de Kensington alimente inutilement l'espoir et les spéculations. La princesse de Galles n'a pas besoin de ça.

Une parole rassurante de William, un murmure d’initié, l’éclat d’une mèche de cheveux bruns, l'ombre d'une fossette. Le moindre indice est bon pour raviver les rumeurs d'un retour imminent de notre princesse adorée.

L’article