DE | FR

Joe Biden nomme ses juges fédéraux et il veut de la diversité

Court suprême américaine juge fédéraux fédéral justice USA amérique Etats-Unis Joe Biden

Image: Shutterstock

Joe Biden, vient d'annoncer ses premières nominations pour des postes de juges fédéraux. Parmi sa liste, trois sont des femmes afro-américaines.



Le président américain, Joe Biden, vient de nominer onze juges fédéraux, dont trois femmes afro-américaines. En rupture totale avec son prédécesseur Donald Trump, ces nominations représentent «la large diversité d'origines, d'expériences et de perspectives qui fait la force de notre pays», pour le locataire de la Maison Blanche.

Première femme noire à siéger à la Cour suprême

Au sein de ces nominations, la juge afro-américaine, Ketanji Brown Jackson, 50 ans, est nommée à la cour d'appel de Washington, une instance réputée pour l'importance des dossiers qui y sont examinés. Par ailleurs, le nom de la magistrate est régulièrement cité pour la Cour suprême.

Selon la Constitution américaine, le président nomme à vie les juges de la Cour suprême et les juges fédéraux. Il revient ensuite au Sénat de les confirmer. Ketanji Brown Jackson deviendrait alors la première femme noire à y siéger. (ats)

Plus d'articles «Actu»

Le manque de sport accroit le risque de décès du Covid

Link zum Artikel

Piccard a 1000 idées pour le climat, dont 9 qui vous touchent au quotidien

Link zum Artikel

Joe Biden envoie une délégation américaine non officielle à Taïwan

Link zum Artikel

Sofagate: le Parlement européen exige la fin des «querelles»

Link zum Artikel

Au Capitole, les émeutiers «étaient prêts pour la guerre»

Le 6 janvier, lors de l'assaut du Capitole de Washington, la sécurité a été déficiente pour contrer «des criminels prêts pour la guerre», ont admis, mardi, de hauts responsables. L'enquête avance.

Ils n’étaient pas préparés face à «des criminels prêts pour la guerre». Devant une commission du Sénat, mardi, trois ex-responsables de la sécurité du Capitole ont assuré que les services de renseignement avaient sous-estimé la menace des supporteurs de Donald Trump, le 6 janvier. Au cours d’une audition de près de quatre heures, ils se sont également rejeté la responsabilité du retard du déploiement de la garde nationale.

Un rapport du Pentagone daté de trois jours avant l’assaut du Capitole …

Lire l’article
Link zum Artikel