DE | FR

En pleine chute, le gouverneur de New York s'accroche à son fauteuil d’élu

Image: sda
Potentiel espoir démocrate pour la présidentielle de 2024, l’actuel gouverneur de l’État de New York est poursuivi pour harcèlement sexuel. Malgré les nombreux appels à quitter son poste, il n'en démord pas et affirme qu'il ne «démissionnera pas».
04.03.2021, 01:3904.03.2021, 06:32

Accusé de harcèlement sexuel et appelé à démissionner par un nombre croissant d'élus, le gouverneur de l'Etat de New York Andrew Cuomo a affirmé qu'il ne «démissionnera pas». Il s'exprimait lors de sa première apparition publique depuis les premières allégations.

«Je n'ai pas été élu par des politiques, j'ai été élu par les habitants de l'Etat de New York, je ne démissionnerai pas»
Andrew Cuomo lors de sa dernière apparition publique, hier.

Accusé par trois femmes

Le gouverneur a été mis en cause par trois femmes depuis mercredi dernier. Une ex-conseillère économique, Lindsey Boylan, 36ans, a d'abord affirmé qu'il l'avait embrassée sur la bouche de façon non sollicitée et qu'il aurait suggéré qu'elle joue avec lui au «strip-poker», quand elle travaillait avec lui entre 2015 et 2018.

Samedi, une autre ex-collaboratrice, Charlotte Bennett, 25ans, a indiqué que le gouverneur lui avait fait des avances qui l'avaient mise «mal à l'aise» au printemps 2020. Et lundi, Anna Ruch, 33ans, qui n'a jamais travaillé avec lui, a affirmé qu'il l'avait «choquée» en voulant l'embrasser contre son gré lors d'un mariage en 2019. (ats/afp)

Plus d'article sur le thème «Politique»

Arrêtés et extradés pour avoir aidé Carlos Ghosn à se faire la malle

Link zum Artikel

Ryad refuse de se laisser accuser du meurtre de Khashoggi

Link zum Artikel

Les enseignants chinois ont la main lourde sur les châtiments corporels

Link zum Artikel

Les manifestations à Hong Kong repartent de plus belle

Link zum Artikel

Des diplomates russes fuient la Corée du Nord en mode western

Link zum Artikel

La Birmanie vit sa journée la plus meurtrière depuis le coup d'Etat

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Une fuite de données montre que la Chine traite les Ouïghours avec cruauté
Le gouvernement chinois parle de «centres de formation» pour les Ouïghours, pourtant de nouvelles images montrent l'horreur des camps d'internement.

Peu avant la visite de la commissaire aux droits de l'homme de l'ONU, Michelle Bachelet, au Xinjiang, un consortium international de journalistes a publié de nouvelles preuves de l'internement massif des Ouïghours en Chine. Des photos, des discours et des instructions des autorités prouvent que les camps ne sont pas, comme le prétend le gouvernement chinois, des «centres de formation professionnelle», ont déclaré mardi plusieurs médias internationaux.

L’article