DE | FR

Un parfum de corruption flotte sur le chancelier autrichien Kurz

ABD0054_20210512 - WIEN -

Image: sda

Pour la première fois, le chancelier autrichien Sebastian Kurz est visé par une enquête sur des soupçons de «fausse déclaration» et de corruption. Le conservateur ne compte pas démissionner.



Il s'appelle Sebastian Kurz et c'est un peu le «Emmanuel Macron» de l'Autriche. Jeune, il n'a que 34 ans. Charismatique. Conservateur. Il est chancelier de son pays depuis 2017 et il a annoncé, ce mercredi, qu'il est soupçonné de fausses déclarations et de corruption par le parquet financier.

Un délit passible de trois ans de prison

«Je voudrais vous informer que le parquet financier a ouvert une enquête portant sur moi-même et sur mon chef de cabinet Bernhard Bonelli»

La déclaration de Sebastian Kurz, chancelier autrichien

Lors d'une annonce, mercredi, devant des journalistes à Vienne, l'élu de 34 ans a dit «s'attendre» à une mise en examen. «J'ai toujours répondu honnêtement à toutes les questions», a ajouté le conservateur, écartant toute démission à ce stade.

La procédure a été initiée à la suite d'accusations de l'opposition sociale-démocrate et libérale. «Il y a eu plusieurs signalements» et «l'examen mené a révélé l'existence de suspicions», a expliqué le parquet, qui a donc «ouvert une enquête préliminaire pour étudier les allégations». Il s'agit d'un délit passible de trois ans de prison.

Des SMS compromettants

Des dirigeants de l'opposition ont appelé le chancelier, accusé de saper l'Etat de droit, à démissionner en cas de mise en examen. La justice soupçonne Sebastian Kurz d'avoir menti l'an dernier devant des députés qui cherchaient à savoir s'il était intervenu dans la nomination d'un proche, Thomas Schmid, à la tête d'une holding publique.

Le chancelier, qui s'exprimait sous serment, avait alors nié toute intervention. Mais ces derniers mois, des échanges de SMS entre les deux hommes, suggérant qu'ils en avaient discuté ensemble, ont fuité dans la presse. Dans un message accompagné d'emojis affectueux, le chancelier avait ainsi écrit: «Tu obtiens tout ce que tu veux». Auquel Thomas Schmid avait répondu: «Je suis si heureux. J'adore mon chancelier».

Un autre proche de Kurz déjà dans de sales draps

Cette affaire intervient alors que le ministre des Finances, un autre proche de Sebastian Kurz, est déjà mis en cause dans une autre affaire. Gernot Blümel, soupçonné d'être impliqué dans le financement occulte du parti conservateur. Son domicile avait été perquisitionné en février.

Sebastian Kurz avait alors publiquement critiqué cette perquisition, ce qui avait suscité un tollé chez les magistrats, inquiets pour leur indépendance dans ce pays membre de l'Union européenne, qui compte 8,9 millions d'habitants. (ats)

Bob Marley, superstar du reggae, mourait il y a 40 ans

1 / 10
Bob Marley, superstar du reggae, mourait il y a 40 ans
source: ap
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Voici la «femme blanche type» dans les films

Plus d'articles «Actu»

Aux Pays-Bas, le journaliste blessé par balles est décédé

Link zum Artikel

En Norvège, ne pas signaler ses retouches sur Insta peut coûter cher

Link zum Artikel

Droits LGBT: l'UE menace la Pologne et la Hongrie

Link zum Artikel

La pluie, c'est nul mais ça inspire de belles chansons! En voici 9

Link zum Artikel

L’ex-président sud-africain Zuma est en prison, l'affaire résumée en 4 points

Condamné depuis une semaine pour une série de scandales de corruption, l’ancien chef du gouvernement sud-africain, Jacob Zuma, vient de passer sa première nuit en prison.

Mercredi, peu avant minuit, heure maximale imposée pour son incarcération, le charismatique et sulfureux Zuma a rendu in extremis les armes. Dans la nuit, un convoi d'une dizaine de voitures a fendu l’obscurité devant sa résidence de Nkandla, en pays zoulou (Est), pour filer vers la prison moderne d'Escourt, à 200 km de là.

Après plusieurs recours en justice ces derniers jours, pour contester sa sentence, Zuma a donc cédé et s'est constitué prisonnier. Ce n'est pas «un aveu de …

Lire l’article
Link zum Artikel