DE | FR

L'Europe veut faire respecter les droits humains, mais...

shutterstock
L'Union européenne veut pénaliser les Etats qui violent les droits universels. Seul problème, personne ne veut se mettre à dos certaines superpuissances.
22.03.2021, 15:0122.03.2021, 16:20

Les Européens ont approuvé lundi de nouvelles sanctions ciblées pour les violations des droits humains commises dans différents pays. Ils ont aussi adressé une mise en garde à la Turquie.

Seul problème: personne n'est prêt à rompre ses relations avec des villes comme Pékin, Moscou ou encore Ankara.

Les pays concernés

  • En Birmanie, l'UE a sanctionné onze responsables impliqués dans la répression meurtrière menée depuis le coup d'Etat contre la junte militaire.
  • En Chine, des sanctions ont également été approuvées contre quatre dirigeants de la région du Xinjiang pour les violations des droits de l'homme concernant la minorité musulmane des Ouïghours.
  • En Russie, un message de fermeté de la part de l'UE devait être adressé à Moscou. Mais l'UE, qui dépend encore du pays pour un tiers de ses fournitures de gaz, ne peut pas rompre avec la capitale, rappelle un diplomate.
  • En Turquie, la capitale Ankara souffle le chaud et le froid dans sa relation avec l'UE. Et pour cause, alors que les 27 cherchent à apaiser les tensions, Recep Tayyip Erdogan a décidé de quitter la Convention d'Istanbul qui lutte contre les violences faites au femmes. Une annonce condamnée par les Européens et le président des Etats-Unis Joe Biden.

Quelles sanctions ?

Toutes les options sont prévues pour encourager le développement de bonnes relations, mais des mesures restrictives sont également présentes si la situation venait à se détériorer.

Un récent rapport propose des actions positives et négatives à mettre en oeuvre en Turquie. Des sanctions économiques sectorielles figurent parmi les options.

«Je n'ai aucune envie de renouer avec un régime comme celui-là. Mais il n'est pas question de couper les ponts», a confié un ministre à l'AFP. «La Turquie est un partenaire important pour les migrations», a par ailleurs rappelé le ministre slovaque Ivan Korcok. (ats/hkr)

Plus d'articles «International»

50°C à l'ombre au Canada, la faute à un «dôme de chaleur». Explications

Link zum Artikel

Détournés, abattus, sabotés, les avions sont de vraies armes politiques

Link zum Artikel

Non-vacciné? Préparez vos narines pour visiter la France cet été

Link zum Artikel

L'Italie a-t-elle un (gros) problème avec ses infrastructures?

Link zum Artikel

Israël se sent menacé par le variant Delta

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Burkini à la piscine: la justice suspend l’autorisation votée à Grenoble
Voilà une décision qui ne manquera pas d'animer un débat politique déjà très discuté. Mercredi, la justice a suspendu la décision de la mairie de Grenoble d'autoriser le port du burkini dans les piscines municipales.

La décision du maire de la ville, Éric Piolle, d’autoriser le burkini, et qui avait été acceptée à une infime majorité le 16 mai dernier, vient d'être suspendue, selon Le Monde.

L’article