DE | FR

Le Pérou fait face à une montée inquiétante du nombre de femmes disparues

En moyenne, 16 femmes par jour sont portées disparues au Pérou, deux tiers sont des mineures. Et la pandémie n'y serait pas pour rien.
20.07.2021, 19:4521.07.2021, 15:56

Cinq disparitions par jour avant le Covid, huit pendant le confinement en 2020 et désormais 16: Les disparitions de femmes enregistrent une augmentation «alarmante» au Pérou.

«C'est inquiétant parce que nous parlons de femmes qui sont surtout des filles et des adolescentes»
Eliana Revollar, responsable adjointe des droits des femmes au sein du bureau de la Défense du peuple

Au cours du premier semestre, 2891 femmes ont été portées disparues au Pérou. Pour le pays qui compte 33 millions d'habitants, cela représente une moyenne de 16 par jour. Près des deux tiers sont des mineures.

Lien entre les disparitions de femmes et les féminicides

Pendant le confinement qui a eu lieu au Pérou entre mars et juin 2020, huit disparitions par jour en moyenne ont été comptabilisées, contre cinq en 2019, selon les chiffres officiels.

«C'est un chiffre alarmant d'autant qu'il existe une relation entre les disparitions de femmes et les féminicides»
Eliana Revollar, responsable adjointe des droits des femmes au sein du bureau de la Défense du peuple

En 2019, un dixième des 166 féminicides comptabilisés dans le pays ont été initialement classés comme des disparitions, selon la Défense du peuple. Au cours du premier semestre 2021, 76 féminicides ont été recensés, un chiffre similaire à celui de 2020. «Nous avons des cas où les compagnons, après avoir tué leur compagne, signalent leur disparition et (prétendent) qu'ils sont à leur recherche», explique Eliana Revollar.

En Turquie, le droit des femmes est aussi en péril

«Pas d'enquête sérieuse»

Les familles déplorent que la police et la justice ne prennent pas la peine d'enquêter sur ces disparitions, car partant du principe que ces femmes sont parties volontairement.

«Il n'y a pas d'enquête sérieuse. Nous pensions que la police allait nous aider, mais ce n'est pas le cas», déplore auprès de Patricia Acosta, qui recherche depuis cinq ans sa fille de 23 ans et ses deux petites-filles, disparues après avoir participé à un anniversaire en 2016.

«C'est comme si la terre les avait englouties»
Patricia Acosta, qui recherche sa fille depuis 5 ans

En février 2020, la découverte à Lima du corps mutilé de Solsiret Rodriguez, 23 ans, étudiante et militante contre la violence sexiste, disparue quatre ans plus tôt, avait fait grand bruit. Sa disparition avait mobilisé des associations féministes, mais la police avait affirmé qu'elle était partie dans le nord du pays avec une amie.

Dans le coeur d'une femme noire

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Droit de vote des étrangers: la France va encore une fois se déchirer
Un député macroniste veut accorder le droit de vote aux étrangers extra-européens aux élections locales françaises. La proposition vaut principalement pour les personnes originaires du Maghreb et d'Afrique subsaharienne. Pionnière, la Suisse romande n'en est pas moins sujette au conflit en ce domaine identitaire.

La troisième tentative sera-t-elle la bonne? Le droit de vote des étrangers aux élections locales en France revient sur la table des propositions qui ont toutes les chances de faire valdinguer la vaisselle républicaine. L’idée est portée par le député macroniste Sacha Houlié. Depuis 1992, seuls les ressortissants de l’Union européenne vivant en France peuvent voter aux scrutins municipaux. Les Britanniques, Brexit oblige, ne le peuvent plus.

L’article