DE | FR

La pandémie retarde l'égalité homme-femme

Selon le rapport du WEF, il faudra désormais 36 ans de plus pour combler les écarts entre les hommes et les femmes tant sur le plan économique que politique, de santé ou encore d'éducation (image d'illustration).

Image: sda

La crise sanitaire a retardé de plus d'une génération le temps nécessaire pour parvenir à l'égalité homme-femme.



C'est une étude annuelle publiée mercredi par le Forum économique mondial (WEF) qui tire la sonnette d'alarme.Ce rapport fait ressortir de fortes disparités d'un pays à l'autre. Il faudra toutefois encore compter 135,6 années avant de parvenir à la parité à l'échelle mondiale.

Il faudra désormais 36 ans de plus pour combler les écarts tant sur le plan économique que politique, de santé ou encore d'éducation.

«La pandémie a eu un impact fondamental sur l'égalité femmes-hommes, tant sur le lieu de travail qu'à la maison, faisant reculer des années de progrès»

Aadia Zahidi, membre du Comité Exécutif du Forum Economique Mondial

Les répercussions de la crise sanitaire ont été plus sévères pour les femmes qui ont été plus nombreuses à perdre leur emploi. Elles sont en sur-représentation dans des secteurs liés à la consommation qui ont été les plus directement affectés par les mesures de confinement.

La perte d'emplois des femmes a atteint 5% en 2020, contre 3,9% chez les hommes

Le fossé s'est pourtant surtout creusé au niveau politique, selon cet indice réalisé tous les ans depuis 2006. S'il fait ressortir une amélioration dans plus de la moitié des 156 pays passés en revue, les femmes n'occupent toutefois que 26.1% des sièges parlementaires et 22,6% des postes ministériels au niveau mondial.

En poursuivant sa trajectoire actuelle, l'écart femmes-hommes en politique devrait mettre 145,5 ans à se combler. Fin 2019, il était de 95 ans.

La Suisse en 10e position

Pour la douzième année consécutive, l'Islande s'est maintenue en haut de classement, restant le pays le plus égalitaire au monde. Suivi par la Finlande, la Norvège, la Nouvelle-Zélande et la Suède. Viennent ensuite la Namibie, le Rwanda, la Lituanie et l'Irlande.

La Suisse complète le top dix. Elle a ainsi gagné huit places par rapport à l'édition précédente. Ce résultat est principalement dû aux progrès réalisés au niveau politique et notamment à l'augmentation du nombre d'élues au parlement.

En matière de participation professionnelle et opportunités économiques, la Suisse a encore des efforts à fournir. Elle a perdu cinq places dans ce domaine et pointe désormais au 39e rang.

Le rapport pointe notamment du doigt le peu de femmes cadres et la durée insuffisante des congés maternité et paternité. La Suisse classe en outre 80e quant au niveau d'instruction, 128e dans le domaine de la santé. (ats)

Une année de Covid-19, retour en images

1 / 13
Une année de Covid-19, retour en images
source: sda / alessandro crinari
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur les femmes

La Suisse compte tout donner pour le droit des femmes

Link zum Artikel

Colère en Turquie après l'abandon d'un texte protégeant les femmes

Link zum Artikel

Les Australiennes en ont ras-le-bol des violences sexuelles

Link zum Artikel

La recherche néglige la santé des femmes et en Suisse on en a marre

Link zum Artikel

La Suisse compte tout donner pour le droit des femmes

La Confédération souhaite se mobiliser pour le droit des femmes à travers le monde. Un texte allant dans ce sens vient d'être adopté à New York.

La Suisse est bien partie pour renforcer l'égalité des genre et les droits des femmes. Et pour cause, suite à la 65e session de la Commission de la condition de la femme, elle a adopté une déclaration finale conjointe allant dans cette direction. Un petit succès.

Plusieurs tendances contradictoires se dessinent toutefois dans la politique internationale en matière de droits des femmes:

Dans ce registre, la Suisse regrette que la Turquie ait annoncé son intention de se retirer de la Convention …

Lire l’article
Link zum Artikel