DE | FR
Bild

Moha la Squale, à Paléo, en 2019. Image: Shutterstock

Moha La Squale inculpé pour agression sexuelle

Le rappeur français était placé en garde à vue depuis lundi. Il fait l'objet de six plaintes.



Suite aux accusations de plusieurs femmes et après avoir été placé en garde à vue lundi, mercredi, le rappeur français Moha La Squale a été:

«Mis en examen notamment des chefs de violences par conjoint, d'agression sexuelle par conjoint, menaces de mort par conjoint et de séquestrations sur différentes victimes.»

Une source judiciaire

C'est qui?

Moha La Squale a été l'une des grosses révélations de l'année 2018, auteur d'un premier album «Bendero» plébiscité par le public et la critique.

Six plaintes:

Moha La Squale a fait l'objet de six plaintes, selon une source proche du dossier:

«Je n'ai jamais au grand jamais levé la main sur une femme. Ce complot a été perpétué pour me nuire.»

Moha La Squale, fin avril, sur Twitter

Au cours de sa garde à vue, Moha La Squale, 26 ans, de son vrai nom Mohamed Bellahmed, a été confronté à l'une des plaignantes au moins, selon une source proche du dossier, confirmant une information du Monde. Il est l'objet d'une enquête préliminaire depuis septembre.

Déjà condamné

A la mi-avril, le rappeur a été condamné à six mois de détention à domicile sous surveillance électronique dans un autre dossier, pour refus d'obtempérer, outrage et rébellion lors d'un contrôle de police agité l'an dernier à Paris. (jah/ avec ats)

Plus d'articles «Actu»

Aux Pays-Bas, le journaliste blessé par balles est décédé

Link zum Artikel

En Norvège, ne pas signaler ses retouches sur Insta peut coûter cher

Link zum Artikel

Droits LGBT: l'UE menace la Pologne et la Hongrie

Link zum Artikel

La pluie, c'est nul mais ça inspire de belles chansons! En voici 9

Link zum Artikel

Les Noirs se sentent davantage «menacés que protégés» par la police

Un rapport de l'ONU commandé après la mort de George Floyd révèle que le racisme systémique a encore de beaux jours devant lui.

Les personnes d'ascendance africaine et leurs proches subissent «un impact disproportionné et discriminatoire» des forces de l'ordre et de la justice, affirme la Haute Commissaraire aux droits de l'homme Michelle Bachelet dans un rapport sur le racisme systémique publié lundi. Elles sont notamment ciblées lors de délits mineurs, de contrôles et d'interpellations mais aussi d'actions sur la santé mentale et de dispositifs anti-drogue. Dans la plupart des cas, les personnes tuées ne …

Lire l’article
Link zum Artikel