DE | FR

Une soignante dénonce les effets du protocole sanitaire français sur les enfants

En France, une préparatrice en pharmacie a envoyé une lettre ouverte au gouvernement. Elle souhaite attirer l'attention sur les effets potentiellement désastreux du nouveau protocole de tests en vigueur dans les écoles.
10.01.2022, 18:5411.01.2022, 18:20
Suivez-moi

«Les enfants pleurent, se débattent, hurlent à la mort, sont maintenus de force par leurs parents, eux aussi, à bout.» Les mots de Lara, préparatrice en pharmacie à Toulouse, sont forts pour décrire son quotidien dans un centre de dépistage de Covid-19, relayé lundi par BFMTV.

Nouveau protocole en vigueur

Depuis la rentrée et le retour des vacances de Noël, en effet, un nouveau protocole applicable dans les établissements scolaires est en vigueur. Il prévoit de garder les écoles ouvertes coûte que coûte. Et pour ce faire, il impose à chaque cas positif au Covid-19 détecté dans une classe, que tous les élèves se fassent tester trois fois:

  • J+0 avec un test PCR ou antigénique.
  • J+2 et J+4 avec un autotest.

Cette exigence met les centres de tests français fortement sous pression. «On ne peut pas tester une classe entière à 19 heures car il y a un cas positif», déplore la préparatrice dans un post Instagram, adressé directement au gouvernement français.

La détresse des enfants...

Dans sa lettre, Lara met surtout en avant les conséquences de cette nouvelle stratégie sur les écoliers.

«Je suis devenue celle qui fait pleurer les enfants pour les tester coûte que coûte»

Elle constate chez certains parents une volonté de faire tester leur progéniture à tout prix, et qui sont dans l'incapacité de les faire garder en cas de test positif: «Parfois, je refuse de tester un enfant dans ces conditions, et c'est alors que le parent me supplie en pleurant de tester et d'infliger cette souffrance à son enfant».

«Parfois l'enfant est positif, et je vois alors des parents paniquer, pleurer, gronder punir et menacer l'enfant qui "n'a pas fait assez attention à l'école". Parfois, je dois refuser de tester, parce que je n'ai pas le temps», écrit-elle encore.

«Encore une fois, ce sont les enfants qui trinquent de la folie des adultes...»

Sans compter la fatigue du personnel soignant

Le témoignage de la soignante est révélateur du climat difficile auquel le personnel des centres de dépistage se retrouve fréquemment confronté:

«Parfois je me fais assaillir, insulter de tous les noms, l'impression d'être jetée en pâture aux loups, parce que je dis non. Les patients ne comprennent pas ce non, ben oui partout les politiques disent d'aller en pharmacie se faire tester»

«Les patients sont fatigués, anxieux, en colère, énervés, et moi aussi», soulève la jeune femme. «Alors quand je sors du travail, je pleure. Je pleure d'être celle qui martyrise les enfants, celle qui fait pleurer les enfants et leurs parents, celle qui doit tester de force des dizaines d'enfants à la sortie de l'école. Ces enfants qui n'ont rien demandé à personne», achève-t-elle en conclusion.

L'appel a été largement relayé

Le post de la préparatrice en pharmacie n'a pas laissé indifférent: lundi soir, il a récolté plus de 235 000 likes. Reste à voir si les principaux interpellés, à savoir Emmanuel Macron, le ministre de la Santé Olivier Véran et celui de l'Education Jean-Michel Blanquer, réagiront à leur tour.

En tout cas, dans la nouvelle pub Free, le patron se prend pour le président...

Et pour ceux qui ont le virus du Covid...

Report des opérations: «Il était déjà anesthésié quand nous avons annulé»

Link zum Artikel

Les masques FFP2 protègent 70 fois plus, faut-il se ruer dessus?

Link zum Artikel

Amis de la Constitution décapités: quel avenir pour les anti-mesures Covid?

Link zum Artikel

Nécessaire ou inutile? La quarantaine de 5 jours fait débat en Suisse

Link zum Artikel
Islamistes, antivax, communistes: pourquoi Spartacus est leur héros
Promu leader de la cause antivax, Novak Djokovic est pour son père le nouveau Spartacus, sauveur des opprimés. Voici ceux qui se revendiquent de ce héros légendaire, chef des esclaves en révolte en l'an 70 avant Jésus-Christ.

Spartacus, alias Djokovic, est de retour à Belgrade. L’Australie, alias le système, n’a pas voulu de lui. Jamais les mots du père du joueur n’auront sonné si justes aux oreilles des convaincus. Souvenons-nous, c’était il y a une dizaine de jours, son fils était bloqué dans une piaule d’hôtel à Melbourne. Il disait:

L’article