DE | FR

En France, le monde de la culture lutte en squattant les théâtres

Image: EPA
Le Grand-Théâtre de Bordeaux est occupé par des intermittents du spectacle, depuis dix jours. La mairie demande l'évacuation. Retour sur un phénomène qui traverse la France.
24.03.2021, 12:5624.03.2021, 16:23

La mairie de Bordeaux a mis en place mercredi un dispositif d'évacuation, dans le calme, du Grand-Théâtre de la ville, occupé depuis le 15 mars. Désormais, la police autorise uniquement les sorties du bâtiment, et non plus les entrées.

Le maire écologiste de la ville a expliqué que les «activités artistiques et la sécurité des lieux n'étaient plus garanties à ce jour», demandant aux occupants de «quitter le Grand-Théâtre sans délai».

Un phénomène qui traverse la France

Cela a commencé par l'occupation du théâtre de l'Odéon à Paris, un haut lieu culturel de la capitale. Une quarantaine d'artistes s'y sont installés, depuis le début du mois de mars. Pourquoi? En signe de protestation contre la précarité que connaissent actuellement tous les intermittents du spectacle, suite à la crise sanitaire. Aujourd'hui, de Lyon à Bordeaux, en passant par Toulouse, ce ne sont pas loin de 24 villes qui ont rejoint le mouvement.

Le théâtre de l'Odéon, à Paris:

Le mouvement est directement lié à la crise sanitaire, ainsi qu'à la réouverture des salles. En France, la revendication première de ces comédiens et autres artistes actuellement au chômage technique: «le retrait de la réforme de l’assurance-chômage qui va couper les aides aux plus précaires alors qu’ils n’ont pas pu travailler depuis un an», comme l'explique un comédien de 42 ans, représentant syndical dans le monde du spectacle. (ats)

Une année de Covid-19, retour en images

1 / 17
Une année de Covid-19 en Suisse, retour en images
source: keystone / jean-christophe bott
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
6 raisons loufoques des tueries dans les écoles (selon les Républicains)
Pour les républicains, farouchement attaché au 2e amendement, les raisons de la tuerie d'Uvalde, qui a coûté la vie à 19 enfants d’une école primaire au Texas, n'ont rien à voir avec l'accès aux armes. Les coupables? Le porno, les portes ou encore la guerre en Ukraine. Florilège.

C'est un thread Twitter qui fait à la fois rire et pleurer. Alexandre Afonso, qui se présente comme professeur agrégé de politique publique à l'université de Leiden aux Pays-Bas, s'est amusé à lister quelques déclarations d'une série d'élus républicains sur les tueries dans les écoles aux Etats-Unis. La fusillade l'Uvalde est un drame qui a, rappelons-le, coûté la vie à 19 enfants d'une école primaire texane.

L’article