DE | FR

Qui se cache derrière le «gifleur» d'Emmanuel Macron?

Peu avant de passer à l'acte, les amis du gifleur ont été interviewés par l'émission <i>Quotidien</i>. Damien Tarel est resté silencieux pendant l'entretien.
Peu avant de passer à l'acte, les amis du gifleur ont été interviewés par l'émission Quotidien. Damien Tarel est resté silencieux pendant l'entretien.Image: Twitter
Décrit comme «sans histoires» par ses amis, le jeune homme qui a giflé le président français mardi gravite autour de la galaxie de l'extrême droite. Avant de passer à l'acte, il a prononcé un slogan royaliste. Mais qui est-il?
09.06.2021, 14:2410.06.2021, 14:16

Mardi, le président français a reçu une baffe de la part d'un homme alors qu'il était en déplacement. Cet homme, c'est qui? Il s'appelle Damien Tarel et son geste a surpris tout le monde, ses amis avant tout: «Cela m'a laissé abasourdi parce que pour moi il était pas capable de faire ça», réagit une connaissance sur BFMTV.

Inconnu des services de police, le jeune drômois de 28 ans serait quelqu'un de discret, «non violent» et «sans histoires», soutiennent des proches.

Moyen-Age et royalisme

L'Avenir le décrit comme un fan d’histoire médiévale. Il a fondé deux associations, consacrées aux arts martiaux historiques européens et aux jeux de plateau à figurines. Selon un ami, ces structures visaient à «faire vivre la commune et son histoire et défendre la belle image de la France».

L'histoire nationale semble jouer un rôle important dans la vie du jeune homme. Juste avant de gifler le président, Damien Tarel a prononcé un slogan royaliste remontant au temps des Capétiens au 12e siècle: «Montjoie Saint-Denis, à bas la Macronie».

Cette phrase, explique BFMTV, est devenue un signe de ralliement de l'extrême droite. Elle avait déjà été prononcée en 2018 par un jeune qui avait entarté le député insoumis Eric Coquerel.

Cela fait-il du gifleur un adepte de l'extrême droite? A en juger par ses activités sur les réseaux, on serait tenté de répondre oui. Sur YouTube, l'homme suit les chaînes de plusieurs personnalités d'extrême droite (Henry de Lesquen, Julien Rochedy) ou royalistes. Sa page Facebook indique qu’il «aime» celle du groupe Action Française Lyon, parmi d’autres des mêmes mouvances.

Un acte politique?

Mais ses amis tempèrent. «On n'est pas engagés en politique, on est plutôt apolitiques parce qu'on est déçus de tous les partis», assure l'un d'eux. Le geste de Damien? «Un coup de sang personnel». Son cri de guerre? Une référence« au film Les Visiteurs».

Concernant les fréquentations en ligne, cette connaissance évoque sa «nature curieuse»: «il est contre les royalistes. Pour lui, ils ont des idées à la con».

Plus inquiétant, des armes et un exemplaire de Mein Kampf ont été retrouvés dans le domicile de la deuxième personne arrêtée, révèle CNews. Il s'agit de la personne soupçonnée d'avoir filmé le geste de Damien.

Placé en garde à vue pour «violence volontaire sur personne dépositaire de l'autorité publique», le gifleur de Macron encourt jusqu'à trois ans d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende. (asi)

Après cet sujet très intense, détendez vous avec les photos d'une petite femelle hippopotame née au zoo de Bâle

1 / 7
Une petite femelle hippopotame est née au zoo de Bâle
source: zoo de bâle / zoo de bã¢le
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus d'articles «Actu»

A Bâle, le procès pour viol n'a pas fini de faire parler

Link zum Artikel

Le nouvel outil anti pédocriminalité d'Apple est accusé d'espionnage

Link zum Artikel

Profitez de la nouvelle saison de La Casa de Papel… car c'est la dernière

Link zum Artikel

La mort d'un prêtre provoque une crise politique en France

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Un tireur âgé de 18 ans tue 19 écoliers, l'Amérique est abasourdie
Une énième fusillade a provoqué la mort de 19 écoliers et au moins un enseignant. L'auteur de ces atrocités est décédé.

Un adolescent de 18 ans a ouvert le feu mardi dans une école primaire au Texas, tuant 19 jeunes élèves et au moins un enseignant. Ce drame replonge l'Amérique dans le cauchemar récurrent des fusillades en milieu scolaire.

L’article