DE | FR

Joséphine Baker sera la première femme noire à entrer au Panthéon

Bild

Image: Keystone

C'est officiel: l'artiste et figure éminente de la Résistance entrera au Panthéon le 30 novembre.



Emmanuel Macron a dit «oui»: Joséphine Baker (1906-1975), artiste franco-américaine, figure éminente de la Résistance et de la lutte antiraciste, entrera au Panthéon le 30 novembre.

Le dossier en faveur de l’interprète de la célèbre chanson «J’ai deux amours» avait été examiné une première fois à la fin de juin par l’Elysée, écrit le Monde. Une pétition lancée il y a deux ans avait rassemblé 38 000 signatures.

Années folles et Résistance

Née Freda Josephine McDonald à Saint-Louis, dans le Missouri, Baker a été une vedette du music-hall et icône des années folles. Devenue française en 1937, elle joue pendant la Seconde Guerre mondiale un rôle important dans la résistance à l'occupant nazi.

Bild

Baker sur scène, en 1936. Image: Keystone

Elle utilise ensuite sa grande popularité au service de la lutte contre le racisme et pour l'émancipation des Noirs, en particulier en soutenant le mouvement américain des droits civiques.

Entrer au Panthéon, ça veut dire quoi?

Le Panthéon devait d’abord être une église. Sous la Révolution française, l’Assemblée nationale a décidé d’en faire un temple laïc pour honorer la mémoire des nouveaux héros de la Patrie, raconte le Monde. Les restes des grands hommes «qui ont mérité la reconnaissance nationale» y sont déposés. L'édifice a d'abord accueilli des révolutionnaires, ensuite de grandes figures politiques, des écrivains et des scientifiques.

(asi/ats)

Le peuple brésilien révolté face au racisme, en images

1 / 12
Le peuple brésilien révolté face au racisme, en images
source: sda / eraldo peres
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles «Actu»

A Bâle, le procès pour viol n'a pas fini de faire parler

Link zum Artikel

Le nouvel outil anti pédocriminalité d'Apple est accusé d'espionnage

Link zum Artikel

Profitez de la nouvelle saison de La Casa de Papel… car c'est la dernière

Link zum Artikel

La mort d'un prêtre provoque une crise politique en France

Link zum Artikel

Analyse

Après «le ou la Covid», le français revient se mêler du virus

Après le genre du mot «covid», la taille de sa première lettre et la variante erronée «réouvrir», voilà que le lexique pandémique fait à nouveau parler de lui.

Il y aurait mieux à faire en période de crise que de discuter du sexe des anges, non? Ce n'est pas si évident. Car si des discussions pointilleuses, parfois houleuses et – il faut bien le dire – souvent futiles sur le lexique pandémique s'invitent sur la place publique, c'est que les mots que nous employons pour raconter la crise, s'en plaindre, y réfléchir et même tenter de l'oublier sont désormais omniprésents dans nos vies.

Commençons par ce qui n'est pas un débat, mais une erreur qui s'est …

Lire l’article
Link zum Artikel