International
France

Nicolas Hulot pourrait perdre sa région d'honneur

epa05970263 Newly appointed French Ecology Minister Nicolas Hulot delivers a speech with former Ecology Minister Segolene Royal (unseen) during the handover ceremony at the Ecology Ministry in Paris,  ...
Image: EPA

La légion d'honneur de Nicolas Hulot remise en question

L'entourage du candidat écologiste à la présidentielle, Yannick Jadot, demande le retrait de la légion d'honneur de Nicolas Hulot, accusé de viol et d'agressions sexuelles par plusieurs femmes.
30.11.2021, 21:0001.12.2021, 06:11
Plus de «International»

Quelques jours après la diffusion d'un numéro d'Envoyé spécial sur France 2, faisant témoigner des femmes accusant Nicolas Hulot de viol et d’agressions sexuelles, la légion d'honneur de l'ancien ministre est remise en question. Son retrait a été réclamé par Mounir Satouri, directeur de campagne du candidat écologiste Yannick Jadot.

«Cela ne changera rien à la souffrance, cela n'effacera pas les agressions, mais c'est un symbole que l'on doit aux femmes», a affirmé Mounir Satour pour justifier sa demande, lors d’une conférence de presse.

Pour rappel, vendredi 26 novembre 2021, une enquête préliminaire a été ouverte faisant suite aux révélations de l'émission «Envoyé spécia»l. Nicolas Hulot, qui nie les faits, a annoncé quitter la vie publique afin de «protéger ses proches». (hkr)

Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Wikileaks: pourquoi celle qui a tout balancé est en liberté et pas Assange
Lundi, la Haute Cour de Londres a décidé que le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, pourrait faire appel de son extradition imminente vers les Etats-Unis. Alors qu'il poursuit son combat, la lanceuse d'alerte Chelsea Manning est, elle, en liberté depuis 2017. Et ce, bien que ce soit elle qui a transmis toutes les données classifiées à la plateforme.

C'est une vidéo de 39 minutes - plus connue sous le nom de «collateral murder» - qui a plongé les Etats-Unis dans la crise. Elle montre deux hélicoptères américains tirant sur un groupe d'Irakiens. Ce que les soldats américains ont pris pour des armes était, entre autres, les caméras de deux journalistes. Le groupe s'est retrouvé au sol. Lorsque, quelques minutes plus tard, une camionnette apparaît et tente de récupérer les blessés et les morts, les Américains ouvrent à nouveau le feu.

L’article