International
France

Cette bibliothèque française possède des livres empoisonnés

La Bibliothèque nationale de France possède des livres empoisonnés

La Bibliothèque nationale de France a mis en quarantaine quatre livres du XIXe siècle contenant de l'arsenic pour éviter tout risque lié à ce produit toxique.
25.04.2024, 11:2225.04.2024, 11:23
Plus de «International»

La Bibliothèque nationale de France a indiqué jeudi avoir mis en quarantaine quatre livres du XIXe siècle décorés à l'arsenic, pour éviter tout risque face à ce produit toxique. Les ouvrages concernés étaient rarement sortis de leur rayon.

L'alerte est venue à la fin des années 2010 d'universitaires qui ont découvert cet élément chimique sur la couverture d'ouvrages datant de cette époque. Un programme de recherche germano-américain appelé Poison Book Project («Projet livres empoisonnés») tâche de recenser les livres concernés. La grande majorité de ceux connus jusqu'ici se trouvent aux Etats-Unis.

Julien Navas tient dans ses mains gantées (dont il s'est lui-même équipé) deux livres contaminés à l'arsenic qu'il a consultés fin mars à la BNF de Paris. Ces deux livres ne sont aujour ...
Julien Navas tient deux livres contaminés à l'arsenic. Ils ne sont aujourd'hui plus disponibles à la réservation.Image: DR

La Bibliothèque nationale de France (BnF) a comparé les titres déjà identifiés dans d'autres pays avec son propre catalogue. Et après analyse, seuls quatre volumes, sur les 28 potentiellement concernés, contenaient bel et bien de l'arsenic.

«Ces ouvrages ont été mis en quarantaine et vont faire l'objet d'une analyse complémentaire par un laboratoire extérieur destinée à évaluer la quantité d'arsenic présente dans chaque volume.»

Rarement consultés

Les quatre ont en commun d'avoir été imprimés au Royaume-Uni, et rarement consultés. Ce sont deux tomes de ballades irlandaises rassemblées par Edward Hayes en 1855, une anthologie bilingue de poésie roumaine par Henry Stanley en 1856, et un recueil des travaux de la Société royale d'horticulture britannique pour 1862-1863.

L'arsenic était prisé pour la teinte baptisée «vert de Schweinfurt» ou «vert de Paris» qu'il donnait aux couvertures, entre les années 1790 et 1880, selon la base de données actuelle. Ce pigment était principalement utilisé dans les pays anglophones et en Allemagne, plus rarement en France.

La BnF a indiqué se pencher sur d'autres livres à la couverture verte «au-delà de la liste du Poison Book Project». En théorie, les lecteurs qui consultent de tels ouvrages risquent des malaises ou vomissements.

La bibliothèque a précisé à l'AFP que le risque pour les usagers était a priori très modéré. Aucun cas suspect d'empoisonnement n'a en effet été recensé, nulle part dans le monde, ces dernières années. (jah/ats)

Immersion dans le plus grand bunker d'or privé de Suisse
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
L'Ukraine renonce à sa «mission suicide»
Pour sécuriser une position sur le fleuve Dniepr, l'Ukraine a accepté de subir de lourdes pertes. Mais cette semaine, plusieurs médias annoncent que l'armée de Kiev a dû se retirer. Tout cela a-t-il été fait en vain?

Krynky est situé sur la rive sud du fleuve Dniepr. Sur la carte, le village de pêcheurs n'est guère plus qu'une étroite ligne composée de quelques maisons et rues. Mais au cours des neuf derniers mois, Krynky a été une importante tête de pont ukrainienne dans le territoire occupé par la Russie.

L’article