International
France

L'homme soupçonné d'avoir tué sa famille à Noël reconnaît les faits

epa11044468 French police stand in front of a building where five bodies were found dead in Meaux, near Paris, France, 26 December 2023. Five bodies, of a mother and her four children were found dead  ...
La police sur les lieux du drame, mardi 26 décembre.Keystone

Le profil de l'homme soupçonné d'avoir tué toute sa famille à Noël se précise

Le jour de Noël, quatre enfants et leur mère sont retrouvés morts dans un appartement à Meaux, près de Paris. Le père, interpellé le lendemain, a reconnu les faits. Il souffrirait de troubles dépressifs et avait poignardé sa femme dans le dos en 2019.
28.12.2023, 11:1228.12.2023, 13:43
Plus de «International»

Le père de famille de 33 ans, soupçonné d'avoir tué à Meaux sa femme et leurs quatre enfants, a reconnu les faits et dit avoir «entendu des voix» lui demandant de «faire du mal», a déclaré jeudi le procureur de la République.

D'après les résultats des autopsies pratiquées mercredi, la mère de 35 ans et ses fillettes de 10 et 7 ans ont «été victimes d'une dizaine de coups de couteau chacune», «administrés avec une très grande violence». Les garçons de 4 ans et 9 mois sont «décédés d'une asphyxie consécutive à une noyade», a précisé le procureur de Meaux, Jean-Baptiste Bladier.

Le mode opératoire a été confirmé par le mis en cause lors des auditions. Ce dernier a également déclaré n'être «pas parvenu à identifier un élément déclencheur de son passage à l'acte», a écrit le procureur.

«Il a précisé que, depuis les faits, il ne ressentait rien et se sentait vide»
Jean-Baptiste Bladier, procureur de Meaux

La date précise du drame n'a pas été communiquée par le parquet. Les policiers ont découvert vers 21h00 le soir de Noël les corps dans différentes pièces du domicile familial, situé dans une résidence de Meaux, une «scène de crime d'une très grande violence», d'après le parquet. Les autorités avaient été alertées par des voisins inquiets de l'absence de nouvelles de la mère de famille.

Dépression et violences

Le profil du suspect se précise petit à petit. Depuis 2017, il était suivi pour troubles dépressifs et psychotiques, relate le Huffington Post. Selon les premiers éléments de l’enquête, il aurait fait plusieurs tentatives de suicide, en 2017 et en 2019. Il souffrirait notamment de dysthymie, trouble persistant de l’humeur considéré comme une sorte de dépression mineure chronique, a ajouté le procureur.

«On sentait qu’il n’était pas bien dans sa peau»
Une voisine, après de BFMTV

Avant de passer aux aveux, le suspect avait déjà indiqué «savoir pourquoi il était en garde à vue» et «évoqué son mal-être personnel et sa dépression», rapportait mercredi le procureur.

Flowers lay at the building gate where four children between nine months and 10 years old and their mother were found killed, Tuesday, Dec.26, 2023 in Meaux, east of Paris. A woman and her four childr ...
Cette tuerie a secoué la France.Keystone

Il ressort également des informations recueillies après le drame que le père de famille avait déjà été un danger pour sa famille. En novembre 2019, il avait blessé son épouse à l’omoplate avec un couteau, alors qu’elle était à un mois et demi de son accouchement.

La victime avait refusé de porter plainte. Une enquête avait été ouverte et l'homme placé en garde à vue avant d’être hospitalisé en psychiatrie pendant deux mois. La procédure avait été classée sans suite au motif d’état mental déficient, a précisé Jean-Baptiste Bladier.

Le procureur a demandé la mise en examen et le placement en détention provisoire du père de famille dans le cadre de l'instruction ouverte pour «homicides volontaires sur mineurs de 15 ans» et «homicide volontaire par conjoint». (ats/asi)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Cette bijoutière fabrique des drones pour l'Ukraine et raconte
La guerre ne fait pas uniquement ressortir le mal chez les êtres humains, mais aussi beaucoup de bien. watson donne la parole à des Ukrainiens qui, même loin du front, s'engagent pour la défense de leur patrie.

Parce que l'aide de l'Occident tarde à arriver ou parce qu'elle ne viendra tout simplement pas, de nombreux Ukrainiens ont décidé d'agir. Leur but? Compenser le manque de munitions et d'armes par des idées non conventionnelles et des techniques innovantes.

L’article