DE | FR
Bild

Des ministres s’enjaillent dans des restos clandestins? La polémique enfle en France

Un document diffusé dans le journal de M6 vendredi commence à faire du bruit dans l’Hexagone. Des ministres auraient participé à des dîners dans des restaurants clandestins de la capitale, lors desquels aucune mesure barrière n’est appliquée. Twitter s'échauffe et une enquête a été ouverte.



Des journalistes de M6 sont parvenus à pénétrer dans des clubs privés, dans de grands établissements parisiens, qui organisent des dîners quotidien – matin, midi et soir – lors desquels on est prié d’oublier l’existence du Covid à l’entrée.

Interrogé sur le risque de sanctions pour mise en danger de la vie d’autrui, l’organisateur de l'évènement infiltré par les journalistes s'est défendu en déclarant avoir participé à de nombreux repas en présence de ministres.

Ce dimanche, l’information commence à faire des remous au sein de la République et sur internet. La ministre de la Citoyenneté, Marlène Schiappa, a qualifié d’«obscurantiste» l’attitude des invités à ce genre de sauteries sur CNews.

«Si d’aventure il y avait des ministres ou des députés qui auraient enfreint les règles, il faut qu’ils aient des amendes et qu’ils soient pénalisés comme chaque citoyen»

Marlène Schiappa

Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, s’est lui aussi exprimé sur le sujet, affirmant être convaincu qu’aucun ministre n’aurait pu commettre de tels actes. Sur le plateau de LCI, il a rappelé qu’il ne devait y avoir «de passe-droits pour personne» et s’est dit curieux que le restaurateur donne les noms des ministres.

Il n’en fallait pas plus pour que Twitter s’en mêle. Dimanche après-midi, le mot-clé #OnVeutLesNoms faisait florès sur le réseau social. De nombreux internautes aimeraient savoir qui sont ces ministres qui s’autorisent des choses qu’ils refusent aux Français.

(Petit florilège en fin d'article 👇)

Certains ont même cru reconnaître, dans les images, le palais Vivienne, propriété de Pierre-Jean Chalençon. Le collectionneur est notamment connu pour sa participation à l'émission Affaire conclue. Il a qualifié ces accusations de «calomnies», comme le rapporte le site de Voici.

Dimanche soir, l'avocat de Pierre-Jean Chalençon a envoyé un communiqué à l'AFP prétextant que son client faisait simplement de l'humour: «Pierre-Jean Chalençon, grand collectionneur des objets de Napoléon, a toujours apprécié faire de l’humour (...). C’est ainsi que quand celui-ci précise qu’il dîne avec des ministres dans des restaurants clandestins, il manie avec brio le sens de l’absurde... »

Enquête ouverte

Pressé par la polémique qui n'a cessé d'enfler dans la journée de dimanche, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin a décidé de réagir. Il a annoncé avoir demandé au Préfet de police de Paris de vérifier l'exactitude de ces allégations.

La préfecture de police de Paris a confirmé avoir ouvert une enquête:

Les Twittos en colère

Plus d'articles sur le thème «Covid-19»

L'Etat dépense des milliards pour lutter contre le Covid-19. Qui va payer pour ça?

Link zum Artikel

L'immunité Covid-19 existe-t-elle? Qui contrôle les autotests?

Link zum Artikel

Entre passeport vaccinal et confinement, le Covid dans le monde

Link zum Artikel

Les vaccins, efficaces ou non? Et le masque, c'est pour la vie? On fait le point

Link zum Artikel

Pour l'OFSP, l'attestation de vaccination doit devenir un certificat Covid-19

Link zum Artikel

L'Union européenne va limiter les exportations de vaccins

Link zum Artikel

Et vogue la troisième vague

Link zum Artikel

Le passeport vaccinal pour l'Europe (Suisse comprise), c'est quoi?

Link zum Artikel

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Les fitness déposent une plainte contre la Confédération

La Fédération suisse des centres de fitness a déposé une plainte en responsabilité contre la Confédération. La fermeture des établissements menace leur existence.

Cité par le SonntagsBlick, le président de la fédération, Claude Ammann, dénonce des «fermetures forcées arbitraires». Avec cette plainte, déposée auprès du Département fédéral des finances (DFF), la faîtière veut obliger la Confédération à verser des dommages et intérêts pour les pertes financières subies, qu'elle juge «disproportionnées».

Le DFF a confirmé à Keystone-ATS avoir reçu des plaintes. Il y en a moins de dix, précisent les services d'Ueli Maurer, qui ne peuvent pas faire d'autres …

Lire l’article
Link zum Artikel