DE | FR
source: shutterstock

Les tests Covid, c'est dangereux? Oui, dans ces cas-là

Les dépistages nasopharyngés à répétition pourraient être dangereux. L'Académie française de médecine alerte sur les potentiels risques associés aux tests PCR ou antigéniques.
03.02.2022, 11:0903.02.2022, 12:25

Près de 100 000 tests en moyenne sont pratiqués en Suisse. Alors, la valse des tests PCR, antigéniques ou autotests serait-elle nocive pour notre santé? L'Académie française de médecine s'inquiète des risques liés à des dépistages permanents parfois pratiqués de manière inadaptée.

Dans un communiqué, l'institution, s'appuyant sur une publication dans une revue scientifique, évoque les complications «bégnines», telles que «désagrément, douleur ou saignement», mais aussi des plus graves comme, notamment:

«Des brèches de l'étage antérieur de la base du crâne associées à un risque de méningite»

Dans 20 Minutes, Le docteur Nicolas Boulanger, médecin ORL et chirurgien cervico-facial, parle:

«D'une complication rarissime et même dingue»

Si bien qu'il ne voit pas comment une telle brèche pourrait se faire avec ce type de prélèvements.

«La seule hypothèse possible est une conjonction de facteurs: un préleveur qui a fait une fausse route et forcé un patient avec une malformation ou une pathologie?»

Mais rassurez-vous, Nicolas Boulanger explique qu'il est «improbable d'avoir une méningite après un test PCR ou antigénique.» Mais en revanche, les tests à répétition, mal maîtrisés ou répétés, peuvent causer douleurs et saignements. «Le geste n'est pas compliqué, mais technique, à accomplir méticuleusement pour ne pas blesser la cloison nasale» indique Pierre-Olivier Variot, pharmacien et président de l'Union des syndicats des pharmaciens officine (USPO).

Et pour les enfants?

Dans cette vague Omicron, les enfants sont particulièrement touchés. Les instances médicales préconisent les prélèvements salivaires, pour leur sécurité et leur acceptabilité.

Une recommandation qui va dans le sens des dernières découvertes sur le dépistage optimal de ce variant découvert en Afrique du Sud. Les dernières études démontrent qu'il se loge d'abord dans la bouche et les gorges, avant les fosses nasales. Les tests salivaires permettraient ainsi d'identifier plus précocement les individus infectés par Omicron. (svp)

Serons-nous tous dépressifs à cause du Covid?

Pour les amateurs de Covid...

Injecter une 4e dose de vaccin? Pourquoi «ce n'est pas une bonne idée»

Link zum Artikel

5 points pour comprendre pourquoi l'OMS désavoue les vaccins Covid

Link zum Artikel

Faut-il lever les mesures Covid et prendre la vague de plein fouet?

Link zum Artikel

Pas de rappel, pas de piqûre et pas d'infection? Le vaccin nasal fait rêver

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Russie n'envoie plus de gaz en Finlande, quid de la Suisse?
Moscou met à mal la Finlande. La raison? Le pays nordique a refusé de payer le fournisseur russe Gazprom en roubles. Et pire encore, il a osé demander son adhésion à l'Otan. La Suisse risque-t-elle la même sentence?

Gazprom a «complètement arrêté ses livraisons de gaz» à la Finlande, dévoile le géant russe dans un communiqué. L'échéance du 20 mai est arrivée et le pays nordique n'avait toujours pas payé en roubles (monnaie russe), si bien que la sanction est tombée.

L’article