International
Guerre contre l'Ukraine

Guerre en Ukraine: voici la nouvelle arme secrète de Kiev

Kiev a une nouvelle arme secrète

Dans la nuit de jeudi à vendredi, l'Ukraine a mené son attaque aérienne la plus massive à ce jour sur des zones situées loin derrière le front. Derrière ces bombardements se cachent non seulement une intense course à l'armement, mais aussi un nouveau drone entouré de mystère.
29.08.2023, 06:1529.08.2023, 09:47
Bojan Stula / ch media
Plus de «International»

L'Ukraine a marqué la fin de sa fête de l'indépendance par une attaque massive de drones kamikazes sur des cibles en Crimée — la plus importante de ce type. Une deuxième attaque de drones a visé la base aérienne russe de Shaykovka, près de la ville de Kalouga, à environ 700 kilomètres au nord-est de Kiev.

👉 Suivez en direct la guerre contre l'Ukraine 👈

Selon le ministère russe de la Défense, neuf drones ont pu être abattus au-dessus de la Crimée, 33 autres ont été touchés grâce à des mesures de brouillage électronique. Aucun dégât n'est à déplorer, a déclaré le gouverneur russe de la base navale de Sébastopol en Crimée.

Toutefois, le simple fait que l'Ukraine puisse désormais recourir à des opérations de grande envergure avec des essaims de drones armés à longue portée est remarquable. Alors que les attaques de drones kamikazes étaient auparavant surtout l'apanage de la Russie, les Ukrainiens leur ont emboîté le pas au cours des dernières semaines.

L'experte en drones Ulrike Franke du European Council on Foreign Relations (ECFR) considère même désormais la partie ukrainienne comme «plus innovante» que les Russes, comme elle l'a déclaré cette semaine dans une interview sur la chaîne d'information Welt.

«L'industrie ukrainienne des drones est de plus en plus importante»
Ulrike Franke

Les succès ne se font pas attendre: le week-end dernier, les services secrets militaires ukrainiens ont annoncé la destruction d'au moins un bombardier à long rayon d'action Tu-22 «Backfire» sur la base aérienne russe de Soltsky-2, à environ 650 kilomètres au nord de la frontière ukrainienne. Deux autres auraient été endommagés.

L'attaque, attestée par des images, pourrait toutefois avoir été menée par des partisans équipés de drones à courte portée, a supposé le service de renseignement militaire britannique.

Un nouveau drone mystérieux

D'autre part, il est désormais prouvé dans les milieux militaires que l'Ukraine dispose d'un nouveau drone kamikaze de puissance moyenne, capable de voler jusqu'à 1000 kilomètres. Celui-ci aurait notamment été utilisé lors des récentes attaques sur le pont de Kertch. Mais cette nouvelle arme secrète reste entourée de mystère.

Les détails techniques exacts sont encore inconnus, comme pour les drones d'attaque de type «Phoenix Ghost», dont les États-Unis ont livré 121 unités jusqu'à présent et en ont promis 580 autres il y a un mois. D'après un porte-parole du Pentagone, les Ukrainiens ont «jusqu'à présent fait un excellent usage» des «Phoenix Ghost».

En mai, le Premier ministre Rishi Sunak a provoqué l'émoi dans les cercles d'experts britanniques en promettant à l'Ukraine la livraison de «centaines de drones d'attaque à longue portée d'un type nouveau», sans que rien de ce nouveau développement n'ait été connu jusqu'ici au Royaume-Uni.

Il n'est donc pas possible de déterminer avec exactitude avec quels types de missiles les Ukrainiens attaquent régulièrement des villes comme Moscou, Rostov, Belgorod et Koursk depuis début juillet. Outre les drones, Kiev utilise également des missiles S-200 modifiés dans la plupart de ses attaques, a affirmé à plusieurs reprises le ministère russe de la Défense.

L'experte de l'ECFR Ulrike Franke voit désormais dans les bombardements, que le Kremlin stigmatise à chaque fois comme des actes terroristes, un objectif plus militaire que purement psychologique: comme l'Ukraine avant elle, la Russie doit désormais retirer de plus en plus d'unités de défense aérienne du front afin de protéger les agglomérations des attaques de drones.

Poutine ne peut pas protéger son espace aérien

Les conséquences de ces attaques ne doivent pas être sous-estimées. Comme l'a annoncé l'agence de presse russe Tass vendredi, les deux aéroports moscovites de Vnukovo et Domodedovo ont dû suspendre brièvement leurs vols pour la énième fois. Selon l'ex-général de brigade allemand et commandant de l'OTAN, Erhard Bühler, les attaques de drones ukrainiens montrent au public que Poutine «n'est pas en mesure de protéger son propre espace aérien».

Mais dans cette course à l'armement, la Russie n'est évidemment pas en reste. Lors du forum de technologie militaire «Armée 2023» qui s'est ouvert il y a dix jours à Moscou, la société d'armement Aeroscan a présenté un nouveau drone kamikaze baptisé «Izdelje 54» (projet 54), dont les spécialistes occidentaux estiment qu'il dépassera de plusieurs fois la puissance de destruction et la portée des drones iraniens bon marché Shahed.

Traduit et adapté par Noëline Flippe

La guerre en Ukraine dans l'œil d'Alexander Chekmenev
1 / 25
La guerre en Ukraine dans l'œil d'Alexander Chekmenev
Faces of war pour le New York Times.
source: alexander chekmenev
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Macron prêt au référendum sur la réforme électorale en Nouvelle-Calédonie
Emmanuel Macron se dit disposé à soumettre au référendum national la réforme électorale controversée en Nouvelle-Calédonie, tandis que les tensions persistent dans l'archipel. Les partisans de l'indépendance craignent que cette réforme ne "minorise" le peuple autochtone kanak.

Tensions et barrages persistaient dimanche en Nouvelle-Calédonie, au moment où le président français Emmanuel Macron se dit prêt à soumettre au référendum national la réforme électorale qui a mis le feu aux poudres.

L’article