International
Guerre contre l'Ukraine

Poutine continue à gagner des milliards grâce au pétrole

Poutine gagne encore de l'argent grâce au gaz et au pétrole.
Le tsar ne change toujours pas sa ligne de conduite initiale. Image: keystone/shutterstock

Malgré les sanctions, Poutine continue d'amasser des milliards

Le commerce russe de pétrole et de gaz se porte bien malgré les sanctions. Alors que l'Occident ne reçoit quasiment plus de livraisons, d'autres acheteurs sont toujours demandeurs.
20.08.2023, 16:2321.08.2023, 12:57
Frederike Holewik
Plus de «International»
Un article de
t-online

C'est l'un des principaux leviers de l'économie de guerre de Poutine: la Russie réalise toujours des bénéfices importants grâce à l'exportation de pétrole et de gaz. C'est ce qui ressort des calculs de l'agence de presse Bloomberg.

Les bénéfices russes issus des exportations de matières premières ont ainsi augmenté cette année. Au total, les recettes affichent une croissance de 5,3% par rapport au même mois de 2022. Elles atteignent désormais 8,66 milliards de dollars (7,88 milliards d'euros), le gaz y contribuant davantage que le pétrole. Auparavant, les recettes avaient nettement chuté.

De quoi faire sourire le président russe, Vladimir Poutine. En effet, la guerre en Ukraine, qui dure depuis plus de 500 jours, engloutit la plupart des ressources et menace la capacité économique de la Russie. Mais comment ces gains sont-ils possibles malgré le maintien des sanctions occidentales?

Pas de hausse des exportations

Les experts proposent plusieurs explications à ce phénomène. En effet, les bénéfices ont augmenté sans que le volume des exportations n'ait, lui, pris l'ascenseur. Les données de l'agence de notation S&P sur les exportations de pétrole par voie maritime montrent même un léger recul. Dans le même temps, les faibles exportations de gaz par les deux gazoducs encore utilisés ont augmenté, comme le déduit Reuters d'après des données provenant de la ville frontalière russo-ukrainienne de Soudja et de l'exploitant du gazoduc TurkStream. De son côté, le groupe gazier public russe Gazprom ne publie désormais plus de chiffres.

Malte Küper est expert en énergie à l'Institut économique allemand de Cologne.
Malte Küper est expert en énergie à l'Institut économique allemand de Cologne.Image: IW köln

Un élément de réponse est apporté par Malte Küper, expert en énergie à l'Institut économique allemand de Cologne.

«L'augmentation des recettes par rapport à l'année précédente ne s'explique donc pas par une augmentation des exportations, mais par un mélange de hausse des prix du marché et de baisse des décotes sur le pétrole russe.»

Ces «décotes» sont liées au compromis trouvé l'an dernier par les membres du G7 pour contrer la forte domination de la Russie dans le secteur de l'énergie. L'accord consistait en un embargo sur leurs propres importations de pétrole par voie maritime depuis décembre 2022. Les autres états pouvaient, eux, continuer à acheter du pétrole russe, mais le prix maximum de 60 dollars par baril de pétrole (environ 159 litres) ne pouvait être dépassé. De ce fait, le pétrole russe est resté pendant plusieurs mois en moyenne 20 euros en dessous du prix du marché mondial.

Du pétrole transporté par une «flotte fantôme»?

Grâce à ces nouvelles règles, de nombreux pétroliers grecs ont récemment transporté du pétrole russe, comme le rapporte le Handelsblatt. Mais les compagnies maritimes grecques y renoncent désormais, car les cours ont dépassé les 60 euros le baril et elles ne veulent pas enfreindre les directives.

Les entreprises grecques continuent de transporter du pétrole russe.
Les entreprises grecques continuent de transporter du pétrole russe.Image: imago

Le fait que les exportations n'aient pas chuté de manière significative incite les experts à parler d'une «flotte fantôme» russe. Il s'agirait de navires d'autres pays qui assurent le transport, permettant à la Russie de vendre son pétrole plus cher.

Poutine et ses fidèles alliés

Les prix actuellement élevés du marché mondial dépendent avant tout de la quantité de production des matières premières. Celle-ci est décidée en grande partie par l'Arabie saoudite et les pays organisés au sein de l'Opep-plus. La Russie a conclu une alliance avec l'Arabie saoudite et réduit également son offre.

«En raison de la baisse des exportations de pétrole russe et des réductions de production de l'Opep-plus, les prix du brut ont crû sur une large base»
Giovanni Staunovo, analyste des matières premières chez UBS, au Handelsblatt

Poutine a par ailleurs augmenté les taxes sur les exportations de pétrole et de gaz – ce qui a participé à faire grimper les revenus de l'Etat, sans pour autant vendre davantage.

Le fait que Moscou puisse continuer à écouler du pétrole et du gaz souligne un problème central des sanctions occidentales: celles-ci sont particulièrement efficaces lorsque les pays punis dépendent fortement de l'importation. Mais la Russie exporte plus qu'elle n'importe.

Au final, les sanctions occidentales n'ont donc fait que supprimer un des marchés de la Russie. D'autres pays hors de l'Europe continuent de se fournir auprès du pays agresseur, malgré les difficultés de transport lié au manque d'infrastructures.

«Le succès des sanctions énergétiques est bien réel»

L'expert Küper reste néanmoins convaincu des effets à long terme des sanctions. «Malgré cette situation particulière, les sanctions sur les recettes pétrolières et gazières russes portent leurs fruits», dit-il.

Les chiffres à long terme le montrent: par rapport au premier semestre 2022, les revenus des exportations russes de pétrole et de gaz ont chuté de 47%. D'autres indicateurs prouvent également que l'on ne peut guère parler d'une économie florissante.

Le rouble, par exemple, s'est considérablement affaibli. On échangeait ainsi 107 roubles contre un euro et 97 roubles contre un dollar jeudi passé, soit la valeur la plus basse de la monnaie depuis le printemps 2022. Les économistes prédisent une récession dans le pays et même les chiffres du marché du travail, optimistes à première vue, s'avèrent en fait édulcorés.

Traduit de l'allemand par Valentine Zenker

Les manifestations en Russie
1 / 7
Les manifestations en Russie
A Moscou, au moins 10'000 personnes sont allées défier les autorités sur la place Pouchkine, mais aussi dans les rues et l'avenue voisines, ont constaté des journalistes de l'AFP.
source: sda / maxim shipenkov
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
Pourquoi Poutine se rapproche des talibans
Alors que Moscou considère le groupe terroriste, comme terroriste, justement. Le maître du Kremlin les voit de plus en plus comme des alliés.

Les images de l'attentat brutal perpétré en mars contre la salle de concert Crocus City Hall près de Moscou ont fait le tour du monde. Sur les réseaux sociaux, on pouvait voir des vidéos d'hommes masqués qui tiraient au hasard sur les spectateurs. Des corps sans vie gisaient sur le sol, tandis que d'autres, paniqués, tentaient d'échapper aux assaillants. Au moins 144 personnes sont mortes sous les balles et des centaines d'autres ont été blessées.

L’article