International
Guerre contre l'Ukraine

Ukraine: double revers de la Slovaquie et des Etats-Unis

L'Ukraine a passé un sale week-end

Elu ce dimanche, le nouvel homme fort de la Slovaquie, Robert Fico, s’est engagé à arrêter les expéditions d’armes pour l'Ukraine. Parallèlement, les Etats-Unis ont provisoirement coupé les aides militaires à l'Ukraine.
02.10.2023, 11:3602.10.2023, 16:43
Paul Flückiger, Natasha Hähni, Renzo Ruf / ch media
Plus de «International»

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a essuyé deux revers majeurs ce week-end: les Etats-Unis ne débloqueront plus d'argent pour soutenir militairement Kiev, du moins pour le moment. Et en Slovaquie, le nouveau gouvernement pourrait tourner le dos à Kiev.

Slovaquie: «Pas une cartouche de plus pour Kiev»

Depuis le début de la guerre, la Slovaquie a livré de nombreuses armes à Kiev, pour une valeur totale de 670 millions d'euros. Mais les choses devraient bientôt changer, car Robert Fico vient de remporter les élections législatives en Slovaquie. Le leader du parti populiste Smer-SD, décrit comme «l'ami de Poutine», s’est engagé à arrêter les expéditions d’armes à Kiev. L'ancien premier ministre a fait un surprenant come-back politique, après avoir quitté le gouvernement il y a cinq ans.

«Le Smer-SD qui gagne, c'est une mauvaise nouvelle pour notre pays, pour notre démocratie et pour notre image à l'étranger», a affirmé ce week-end Michal Simecka, chef du parti Slovaquie progressiste.

Le Smer-SD a obtenu 23% des voix, devançant Slovaquie progressiste, qui a obtenu 18%, selon les résultats publiés ce dimanche. Le parti Hlas (Voix), à la ligne sociale-démocrate plutôt classique, se place en troisième position avec près de 15% des suffrages. Suite à la publication des résultats définitifs, la présidente slovaque a confié lundi la formation du nouveau gouvernement à Robert Fico.

«Je comprends que les résultats des élections soient associés à diverses préoccupations pour de nombreuses personnes. Or, la tâche du chef de l'Etat est de respecter le résultat des élections démocratiques»
Zuzana Caputova, présidente slovaque

Le Hlas pourrait jouer un rôle décisif. Le chef du parti, Peter Pellegrini, s'est immédiatement mis à disposition comme partenaire de coalition. Mais pendant la campagne, il n'était en aucun cas critique à l'égard de l'Ukraine ou de l'Otan, contrairement à Robert Fico, qui avait affirmé:

«Nous ne livrerons pas une seule cartouche de plus à Kiev»
Robert Fico

Robert Fico a également répété dans ses interventions la propagande du Kremlin selon laquelle les «fascistes ukrainiens» avaient déjà commencé la guerre dans le Donbass en 2014 et que l'invasion russe de 2022 n'était qu'une sorte de réponse défensive. Peter Pellegrini, quant à lui, ne voit aucune raison de réorienter la politique étrangère slovaque vers Moscou, mais veut continuer à ancrer solidement son pays dans l'UE et l'Otan.

Robert Fico s’est engagé à arrêter les expéditions d’armes pour l'Ukraine.
Robert Fico s’est engagé à arrêter les expéditions d’armes pour l'Ukraine.Keystone

On ne sait toutefois pas quels portefeuilles Peter Pellegrini souhaite obtenir pour son parti au sein du nouveau cabinet, et en quoi il pourrait se rallier à la ligne de Robert Fico. En tant que Premier ministre de 2018 à 2020,il n'avait pas fait preuve d'une grande force de caractère.

En cas de coalition entre le Smer-SD et le Hlas, la Slovaquie risque un démantèlement de la démocratie et un conflit permanent avec l'UE à la manière de Viktor Orban en Hongrie, le grand modèle politique de Robert Fico.

Etats-Unis: pas de soutien supplémentaire pour l'Ukraine

Il n'y a pas que la Slovaquie qui inquiète Volodymyr Zelensky. Quelques jours seulement après que le président ukrainien s'est rendu à Washington pour demander un soutien supplémentaire, la Chambre des représentants et le Sénat ont approuvé samedi un budget de transition pour les 45 prochains jours. Ce compromis a permis d'éviter une paralysie de l'administration avant le début de l'année fiscale, fixée au 1er octobre aux Etats-Unis. Le paquet de lois concocté à la hâte ne prévoit pas de nouvelles aides militaire et civile pour l'Ukraine.

Le président de la Chambre des représentants, Kevin McCarthy, a négocié un compromis sans aide à l'Ukraine.
Le président de la Chambre des représentants, Kevin McCarthy, a négocié un compromis sans aide à l'Ukraine.Keystone

Des démocrates influents ont toutefois assuré ce week-end qu'ils discuteraient immédiatement d'un crédit supplémentaire de 24 milliards de dollars. La Maison Blanche avait déjà demandé ce crédit en août. La situation reflète néanmoins l'opposition croissante des républicains au soutien de la guerre en Ukraine. La républicaine Marjorie Taylor-Greene a par exemple déclaré que beaucoup trop de moyens avaient déjà été accordés à Kiev. L'Ukraine «n'est pas le 51e Etat fédéral».

Dans un discours prononcé à Kiev ce week-end, Zelensky s'est montré combatif: l'Ukraine continuera à lutter, «avec ou sans l'aide de l'Occident».

Dimanche, le président américain Joe Biden a toutefois assuré que les Etats-Unis rétabliraient le financement de la guerre. Le département d'Etat à Washington a abondé dans ce sens. Un député d'origine ukrainienne a toutefois admis que la suspension du financement suscitait des inquiétudes à Kiev.

Traduit et adapté par Valentine Zenker

Un premier char britannique détruit lors de la contre-offensive
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Duel tendu entre Attal et Bardella sur le ring de France 2: qui a gagné?
Un débat à deux semaines des élections européennes qui faisait déjà polémique pour sa composition: une tête de liste RN largement en tête des sondages, face à un premier ministre qui jouait bien plus que les miettes qu'il souhaite offrir à la liste de son parti. Deux présidentiables alertes, qui ont évité les erreurs de leur mentor et se respectent parfois un peu trop.

Deux beaux gosses aux dents longues, un océan de bleu de chaque côté. Malgré tout, Gabriel Attal, 35 ans, était mieux fringué que Jordan Bardella. Rien de bien grave. La jeune tête de liste et président du Rassemblement national, sept ans de moins, a toujours eu l'étrange réflexe de mal maîtriser les tailles et les épaulettes. Et il faut dire qu'il s'est senti plusieurs fois à l'étroit, jeudi soir, face à un premier ministre habile, la gouaille plongée dans les dossiers et le sourire en coin.

L’article