DE | FR

Comment expliquer la débâcle de l'armée américaine en Afghanistan?

Bild

Image: Keystone

Une guerre qui se termine par la victoire de l'adversaire, une évacuation chaotique et un attentat-suicide. L'armée américaine n'était-elle pas censée être la plus puissante au monde? L'aventure des Etats-Unis en Afghanistan a-t-elle été un échec? Eléments de réponse.



Ce que tout le monde craignait a fini par arriver: jeudi, un attentat-suicide a frappé l'aéroport de Kaboul, où des évacuations chaotiques se succèdent sans répit depuis deux semaines. 85 personnes, dont 13 soldats américains, ont perdu la vie.

«C'est un cauchemar pour l'Amérique, j'ai l'impression que c'est encore pire que la chute de Saigon. En termes d'image, c'est catastrophique», analyse Hadrien Desuin, spécialiste de géopolitique et ancien élève de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr, en France.

Newly Afghan Army Special forces attend their graduation ceremony after a three-month training program at the Kabul Military Training Centre (KMTC) in Kabul, Afghanistan, Saturday, July 17, 2021. (AP Photo/Rahmat Gul)

Des membres des forces spéciales afghanes. Image: sda

«Les Américains ont cru que l'armée afghane, qu'ils ont formée pendant 20 ans et qui disposait d'avions et de véhicules blindés, allait résister au moins quelques mois contre les talibans», poursuit Hadrien Desuin. «Mais elle s'est effondrée en quelques jours, et ça a été une surprise».

L'écrasante supériorité technologique des Etats-Unis n'aura donc pas suffi. Selon le spécialiste:

«Washington n'a pas réalisé qu'il était en train de former une armée en carton, c'est-à-dire corrompue et inapte. Et on le savait déjà il y a dix ans.»

«Travail logistique impressionnant»

David Sylvan, professeur à l'Institut de hautes études internationales et du développement de Genève, partage les mêmes conclusions, mais se montre moins critique:

«Les Américains pensaient disposer de quelques mois supplémentaires pour retirer leurs forces. Ils avaient tort»

David Sylvan

Les troupes afghanes ont certes été vaincues plus vite que prévu, concède-t-il, «mais c'est un scénario très difficile à prévoir».

Et de poursuivre: «L'évacuation a été chaotique mais, compte tenu de la situation sur le terrain, les soldats ont fourni un travail logistique impressionnant et ont mené cette opération du mieux qu'ils pouvaient, sous une énorme pression».

Une attaque inévitable?

Comment expliquer dès lors qu'une attaque terroriste ait pu se produire? D'autant plus que les risques étaient connus. Cela veut-il dire que les soldats n'ont pas été en mesure de se protéger?

«Les Américains ne voulaient pas éterniser leur départ, c'est-à-dire sécuriser l'aéroport avec encore plus de moyens et au-delà de la date butoir qu'ils avaient annoncée. Ils donc ont gardé une présence minimale sur place», explique Hadrien Desuin.

«Après tout, c'est la guerre, pas une opération humanitaire, et la guerre fait des morts. C'est normal, même si on l'a un peu oublié en Occident»

Hadrien Desuin

Un combat «impossible à gagner»

Toutefois, une question plus large demeure. Comment en est-on arrivé là? L'armée américaine n'était-elle pas censée être la plus moderne au monde? Selon les deux experts, ce n'est pas ça le vrai problème.

A lire aussi:

«L'armée américaine est en effet très puissante, et elle a eu pas mal de réussites militaires en Afghanistan», explique David Sylvan. Le problème, c'est qu'il ne s'agit pas d'une guerre classique, mais d'un conflit de guérilla.

En Afghanistan, les troupes américaines ont dû opérer dans un contexte hostile, contre un adversaire qui refusait le face-à-face et harcelait les occupants avec des attentats et des embuscades, sans jamais se montrer. C'est ce qu'on appelle une guère asymétrique.

«Malgré la défaite au Vietnam, l'armée américaine a toujours cru qu'en mettant plus de moyens, plus de soldats et plus d'argent, elle allait pouvoir gagner», conclut Desuin. «C'est faux, ce combat était impossible à gagner».

Quelles conséquences pour Joe Biden?

Contrairement à d'autres observateurs, David Sylvan ne pense pas que la situation en Afghanistan aura beaucoup de conséquences pour le président américain, au moins sur le long terme. «De manière générale, le vote des gens n'est pas influencé par la politique extérieure, même s'il y a certaines exceptions», explique-t-il. «La situation sanitaire et l'économie sont des thèmes beaucoup plus importants pour les électeurs». Les élections parlementaires, prochain rendez-vous électoral américain, ne vont pas avoir lieu avant novembre 2022: «d'un point de vue politique, c'est une éternité», assure David Sylvan.

Les talibans ont pris le contrôle de Kaboul, Afghanistan

1 / 19
Les talibans ont pris le contrôle de Kaboul, Afghanistan
source: sda / khwaja tawfiq sediqi
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

La situation en Afghanistan

4 points pour comprendre qui sont les talibans

Link zum Artikel

En Afghanistan, des décennies de progrès pourraient être anéanties

Link zum Artikel

Suite à la défaite afghane, Trump appelle Biden à la démission

Link zum Artikel

Le président de l'Afghanistan a quitté le pays

Link zum Artikel

La Banque mondiale ferme le robinet financier, fini les aides à l'Afghanistan

Après le Fonds monétaire international, une nouvelle institution internationale décide de ne plus soutenir financièrement l'Afghanistan.

La Banque mondiale a annoncé mardi avoir suspendu ses aides à l'Afghanistan après la prise du pouvoir par les talibans. Elle a appelé à explorer «les moyens de rester engagés pour continuer à soutenir le peuple afghan».

La porte-parole n'a pas indiqué quel était le montant des versements qui étaient programmés avant la prise de pouvoir par les talibans. La Banque mondiale menait jusqu'alors une vingtaine de projets de développement en Afghanistan. Depuis 2002, elle a fourni 5,3 milliards de …

Lire l’article
Link zum Artikel