DE | FR

Instagram est trop addictif pour les jeunes et la justice américaine en a marre

L'application de partage de photos sur les jeunes fait l'objet d'une immense enquête aux Etats-Unis. Elle serait trop addictive.
18.11.2021, 22:4619.11.2021, 07:53

L'appareil judiciaire américain s'est mis en branle jeudi. Sa cible? Instagram, le célèbre réseau de partage de photo. La raison de son courroux? Le fait que l'application fasse tout pour que les jeunes s'y accrochent.

Une enquête suite à de troublantes révélations

Cette attaque survient après que des documents internes à Meta (ex-Facebook, qui a changé de nom le mois dernier) ont été divulgués. Ils révélaient le fait que le groupe était au courant des effets néfastes d'Instagram sur les jeunes. Et pire, le géant de la tech est complètement conscient de la toxicité du réseau pour les jeunes.

Qui passe à l'attaque?

Les procureurs généraux de près de huit Etats américains. A noter qu'il s'agit d'une coalition bipartite, rapporte le New York Post. En effet, aux Etats-Unis, les procureurs ont une couleur politique. Là – et c'est à relever vu le contexte politique tendu dans le pays – qu'ils soient républicains ou démocrates, ils se sont mis d'accord pour s'en prendre au géant des réseaux sociaux.

La liste complète des Etats en colère 👇
New York, Floride, Californie, New Jersey, Kentucky, Massachusetts, Nebraska, Tennessee et Vermont. D'autres pourraient rejoindre cette liste.

Qu'est-ce que ces procureurs reprochent à Instagram?

Les procureurs généraux ont déclaré qu'ils enquêtaient pour savoir si Meta (propriétaire d'Instagram) avait enfreint les lois sur la protection des consommateurs et mis le public en danger, relate le Wall Street Journal:

«Lorsque les plateformes de médias sociaux traitent nos enfants comme de simples marchandises à manipuler pour un engagement plus long devant l'écran et une extraction de données, il devient impératif que les procureurs généraux des Etats engagent notre autorité d'enquête en vertu de nos lois sur la protection des consommateurs».
Doug Peterson, procureur général du Nebraska, un républicain.

En annonçant l'enquête, les procureurs généraux ont déclaré qu'ils avaient l'intention d'examiner non seulement les préjudices potentiels pour les jeunes utilisateurs, mais aussi les manières dont Instagram emploie des fonctionnalités afin de manipuler les utilisateurs ou augmenter le temps qu'ils passent sur le réseau social. Voici un autre élément qui met en colère la justice:

«Facebook, maintenant Meta, n'a pas réussi à protéger les jeunes sur ses plateformes et a plutôt choisi d'ignorer ou, dans certains cas, de doubler les manipulations connues qui constituent une menace réelle pour la santé physique et mentale. C'est l'exploitation des enfants dans l'intérêt du profit».
Maura Healey, procureure générale du Massachusetts, une démocrate.

Maura Healey, procureure générale du Massachusetts a cité diverses enquêtes qui ont révélé que certains adolescents associaient l'utilisation de l'application à des problèmes de santé mentale et même à des pensées d'automutilation.

Que dit Meta?

Pour l'instant l'entreprise n'a pas encore réagi. (jah)

En parlant de tech...

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Hillary Clinton pourrait-elle être candidate en 2024 face à Trump?

Link zum Artikel

Le président de Credit Suisse pensait être au-dessus des règles Covid-19

Link zum Artikel

Il ne manquait plus qu'un restaurant NFT à New York, le voici

Link zum Artikel

Les îles Tonga sont coupées du monde réel et virtuel à cause d'un volcan

Link zum Artikel
Gratuit, Instagram teste les abonnements payants pour ses influenceurs
Ces dernières années, plusieurs réseaux sociaux initialement gratuits ont déployé différentes techniques de rémunération, alors que leur business modèle est basé sur la publicité.

Instagram va donner la possibilité à des influenceurs de proposer des abonnements payants à leurs fans. Ce nouvel outil doit permettre au réseau social d'attirer et de conserver des créateurs de contenu pour ne pas perdre de terrain face à YouTube et TikTok:

L’article