International
Interview

Ukraine: comment des soldats russes peuvent être aussi cruels?

Edgar Jones est professeur de psychologie, spécialisé en matière d'effets psychologiques de la guerre, au King's College à Londres.
Edgar Jones est professeur de psychologie, spécialisé en matière d'effets psychologiques de la guerre, au King's College à Londres.
Interview

Comment les soldats russes peuvent être si cruels? «Plus on tue, plus c'est facile»

Comment les soldats peuvent-ils torturer, violer et tuer pendant une guerre? Edgar Jones, professeur de psychologie à l'Institut de psychiatrie, de psychologie et de neurosciences au King's College à Londres nous éclaire.
15.04.2022, 07:4715.04.2022, 23:12
Suivez-moi
Plus de «International»

Face à la violence des crimes commis à Boutcha, il est impossible de ne pas se demander pourquoi et comment des soldats, pour la plupart des jeunes hommes sans expérience, peuvent commettre de telles atrocités? Pour watson, Edgar Jones, professeur de psychologie au King's College à Londres et spécialiste en matière d'effets psychologiques de la guerre, tente de nous éclairer👇

Il y a deux semaines, des civils à Boutcha ont été torturés et violés. Comment des soldats peuvent-ils faire cela ?
Edgar Jones: La question cruciale est de savoir si cela se passe seulement à Boutcha ou dans d'autres endroits aussi. Si cela ne s'est produit que dans une seule ville, il peut s'agir d'un incident isolé, un manque de leadership ou des personnalités psychopathes. Mais si nous constatons que ces atrocités se produisent à plusieurs endroits, alors on peut supposer qu'il s'agit d'une stratégie informée, avec des commandants qui ordonnent aux troupes de commettre ces actes.

Pourquoi le font-ils?
Lorsque vous avez un régime brutal qui a endoctriné ses soldats, beaucoup le font par peur, par obéissance ou par sentiment d'appartenance. Le viol, par exemple, est une arme de guerre et les soldats sont encouragés à violer des civils pour se rapprocher, former des groupes et démontrer leur engagement. Enfreindre les règles de la guerre contribue à rapprocher les soldats. En tant que commandant, par exemple, vous ne voulez pas être le seul à commettre des atrocités, vous voulez que toutes vos troupes soient impliquées afin qu'aucun individu ne puisse être tenu pour responsable.

La guerre transforme-t-elle des gens ordinaires en monstres ?
Les soldats professionnels apprennent, dans le cadre de leur formation, à respecter les normes internationales de combat. Une petite armée essaiera, quand elle recrute et entraîne, de se débarrasser de tous ceux qui sont des psychopathes ou qui souffrent de troubles de la personnalité. Les atrocités sont plus susceptibles de se produire lorsque vous avez de grandes armées, qui sont composées de conscrits mal formés dans leurs rangs. Il est plus difficile de faire respecter des normes de comportement lorsque de grandes armées se battent sur de vastes étendues de territoire et que les petits groupes sont isolés. Il est également connu que les guerres à grande échelle qui se prolongent dans le temps ont tendance à devenir plus brutales. Au fil du temps, avec l'augmentation des morts et des destructions, le champ de bataille devient une sorte d'endroit sans loi. Il n'y a pas d'officiers de police qui vous disent quoi faire et tout repose sur l'autorité des officiers supérieurs des deux côtés pour s'assurer que les commandants respectent la Convention de Genève.

D'un point de vue psychologique, que se passe-t-il dans leur tête?
Beaucoup de vétérans avec qui j'ai discuté vous diront que la première fois que vous vous rendez sur un champ de bataille, cela vous change instantanément et pour toujours. Plus vous tuez, plus cela devient facile. Lorsque les soldats sont en guerre, ils se battent pour leur vie. Un seul moment d'inattention et ils peuvent être tués. La guerre est une concentration très intense, émotionnelle et au moment présent. Les troupes russes, les envahisseurs, savent que s'ils tournent le dos, quelqu'un peut leur tirer dessus. Ils sont constamment sur le qui-vive, nerveux et inquiets de ce qui peut leur arriver. La paranoïa de l'envahisseur augmente également le risque de commettre des atrocités, car ils ont peur de tout ce qu'ils voient.

C'est une stratégie de survie alors?
L'idée est d'intimider les civils afin qu'ils ne tentent rien contre vous. Les forces d'invasion font souvent cela: elles arrivent en force, parce qu'elles savent qu'elles sont dans une position vulnérable. Les forces de défense ont toutes les connaissances locales. Elles connaissent tous les endroits où tendre des embuscades ou poser des pièges et elles sont très motivées pour défendre leur territoire parce qu'elles se sentent lésées.

Et après la guerre, est-ce que ces soldats peuvent retourner à une vie normale?
Certaines personnes développent une forme extrême de déni et parviennent à mettre de côté ces souvenirs traumatisants. Mais ils reviennent dans l'inconscient, à travers les rêves et les cauchemars, que vous ne pouvez pas contrôler. Avec le temps, cela peut devenir de plus en plus difficile, surtout lorsque vous arrivez à un moment de votre vie où vous êtes à la retraite et que vous avez beaucoup de temps pour réfléchir à ce que vous avez fait dans votre vie. Les souvenirs de la guerre conservent souvent leur intense pouvoir émotionnel, même à un âge extrêmement avancé.

La guerre en Ukraine en images
1 / 18
La guerre en Ukraine en images
Un bâtiment en flammes après un bombardement russe, Kiev.
partager sur Facebookpartager sur X
«Un complot!» Comment la TV russe parle du massacre de Boutcha
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Israël est obligée de répondre à cette attaque»: voici ses options
L'attaque directe de l'Iran contre Israël a exacerbé la situation déjà tendue au Proche-Orient. Qu'est-ce qui a poussé Téhéran à prendre un tel risque? Comment va réagir Israël? Et quelles sont les conséquences pour la région? L'analyse de Raz Zimmt, du groupe de réflexion Institute for National Security Studies de Tel Aviv.

Depuis que l'Iran a attaqué Israël avec des centaines de drones et de missiles dans la nuit de samedi à dimanche, le Proche-Orient se trouve à la croisée des chemins. En Israël, le gouvernement se penche sur sa réaction à l'attaque. De celle-ci pourrait dépendre la transformation de la guerre de Gaza en un conflit généralisé, qui risquerait d'apporter souffrance et destruction au-delà de la région. Ni les dirigeants israéliens ni les dirigeants iraniens ne semblent le vouloir, mais la logique de l'escalade qui dure depuis des mois a depuis longtemps développé une dynamique imprévisible.

L’article