DE | FR
Des femmes réfugiées au départ de la gare d'Irpin, le 4 mars 2022.
Des femmes réfugiées au départ de la gare d'Irpin, le 4 mars 2022. image: keystone

Ukraine: les récits de viol glacent le sang et ce n'est que «la pointe de l'iceberg»

C'est un crime commun à la plupart des guerres: le «viol de guerre», une arme au potentiel aussi destructeur qu'un char d'assaut. Le conflit en Ukraine ne fait pas exception: des dénonciations de violences sexuelles commises par des soldats russes sur des femmes et des enfants commencent déjà à se multiplier.
06.04.2022, 16:5807.04.2022, 10:00
Suivez-moi

Depuis le début de l'invasion russe, les témoignages se multiplient. Glaçants. Des adolescentes, souvent mineures, aux membres brisés, aux mâchoires cassées, détruites par les soldats russes. Des femmes si profondément traumatisées, meurtries, qu'elles en oublient leur prénom, comme le rapporte cette psychologue clinicienne ukrainienne au journal 24 Heures:

«Les jeunes filles que je prends en charge n’ont plus de dents: les Russes les leur ont cassées, en plus de les avoir violées. Pourquoi? Par barbarie pure? Pour les empêcher de parler? Je ne comprends pas»
Kateryna Haliant

Ce mal porte un nom: le «viol de guerre». Un phénomène endémique à presque tous les conflits contemporains. Une stratégie politique et militaire à part entière.

«Tout viol commis pendant une guerre n'est pas un viol de guerre»: définition
Cela peut sembler paradoxal, mais chaque violence sexuelle commise lors d'un conflit n'est pas forcément un «viol de guerre». On parle de «viol de guerre» lorsqu'il est utilisé de manière systématisée, répétée, sur les terrains de guerre, comme une arme. Il est utilisé avec un objectif précis: une arme de terreur ou d'humiliation.
Dans ce cas, les violences sexuelles peuvent constituer un crime de guerre, un crime contre l’humanité, voire carrément un génocide – lorsqu’elles sont planifiées dans le but d’exterminer une population, comme ce fut le cas au Rwanda.

Un phénomène «immense»

Aujourd'hui, le viol de guerre est encore un phénomène méconnu et mal recensé. Des statistiques peuvent être apportées, mais il faut les relativiser. La proportion de ce phénomène serait «immense», selon l'ONG We Are NOT Weapons Of War (WWoW), qui s'est donnée pour unique mission de dénoncer et de lutter contre ce crime de guerre très particulier.

Aucun chiffre à ce jour ne peut être considéré comme fiable car aucune étude complète n’a été conduite. «Je ne comprends pas qu'il n'existe pas encore d’étude mondiale sur le viol de guerre. On ne sait pas quelle en est l’ampleur», s'insurge auprès de watson Céline Bardet, la présidente de l'ONG. Selon cette juriste internationale spécialisée dans les crimes de guerre, tout le travail reste à faire.

L'Ukraine est déjà concernée

L'Ukraine est déjà victime de ce fléau des violences sexuelles. Des témoignages commencent à émerger. Toujours plus nombreux, au fur et à mesure de la libération des zones occupées: Boutcha, Irpin ou Khirsen. Mais les chiffres manquent encore, constate Céline Bardet. Une chose est sûre:

«Au sein des unités militaires russes, on sait que ces cas de viols remontent aux supérieurs. Ils sont supposés ouvrir une enquête pour savoir ce qui s’est passé»

«S’ils restent sans rien faire alors qu’ils étaient au courant, il y a une sorte de laisser-faire. Et dans ce cas, on peut parler de crime de guerre.»

Un rapport publié le 3 avril de l'ONG Human Rights Watch, recense pour sa part des «crimes de guerre apparents», dont des cas de «viols répétés», commis entre le 27 février et le 14 mars, dans des zones occupées des régions de Tchernihiv, Kharkiv et Kiev.

Si le phénomène est, pour l'instant, difficile à quantifier, il risque d'être massif. Interrogée par 20 Minutes, l'historienne française Élodie Jauneau dit craindre que «d'ici trois semaines ou trois mois, on découvre un phénomène de masse de viols de l'armée».

Céline Bardet nous confirme que les cas vont remonter au fur et à mesure de la libération des zones occupées. «On l’a vu avec Boutcha et Khirsen. Toutefois, il faut faire extrêmement attention avec la propagande à laquelle on assiste des deux côtés. L’Ukraine exploite déjà les crimes de guerre présumés pour sa communication.»

Mais pourquoi ne parvient-on pas à endiguer ce mal?

Depuis le début des années 2000, plusieurs initiatives ont été lancées pour lutter contre l'utilisation du viol comme arme de guerre. Pourtant, ce fléau continue à sévir et on échoue à endiguer le phénomène.

Céline Bardet nous évoque, outre le fait «qu'il n’y a pas suffisamment de prévention», deux raisons possibles:

  1. Les structures comme l'armée et l'Etat restent encore trop permissives. «Il faudrait appliquer une tolérance zéro en matière disciplinaire, ce qui n’est pas le cas actuellement. Je ne connais pas d’armée jugeant ses propres troupes pour viol», constate la juriste.
  2. Un manque d'outils qui permettent aux victimes d'alerter le plus rapidement possible.

En effet, faire parler les victimes est une vraie difficulté.

«Ce qui est aussi singulier à la violence sexuelle, c’est que les victimes ne parlent pas»

La juriste constate toutefois de légères améliorations. «On en parle plus, c’est important. Les militaires ont tous des formations sur le droit international humanitaire.»

La parole se libère

Heureusement, selon Céline Bardet, en Ukraine, la parole est plus libérée que dans d'autres zones de guerre. «C'est peut-être le signe que l'on a appris de conflits précédents. Tout le plaidoyer que nous avons fait, cela rentre un peu dans les consciences.»

Preuve que le sujet n'est plus tabou: la procureure générale d’Ukraine, Irina Venediktova, s'est lancée dans la récolte des témoignages et de preuves sur les crimes commis dans les territoires récemment abandonnés par les Russes. Le fait que «la procureure générale ouvre des enquêtes, c’est un message important», confirme la spécialiste Céline Bardet.

«Le viol devrait être traité de la même manière que la torture»

Un nouvel outil de lutte

Pour faciliter le recensement des victimes, Céline Bardet, qui est également présidente de l'ONG WWoW, a mis sur pied un site internet. Nom de la plateforme: Back Up. Objectif de cet outil digital: permettre aux victimes de violences sexuelles du monde entier de s'alerter et de sauvegarder les éléments de preuve, comme des photos ou des documents médicaux.

Chaque dossier, traité au cas par cas, atterrit ensuite sur un Cloud sécurisé, muni d'un outil d’analyse qui dénombre les cas. «Cela permet à la fois de coordonner l’assistance aux victimes sur le terrain et de communiquer des données chiffrées fiables à des tiers, comme les médecins ou les journalistes», explique Céline Bardet. Il permettra aussi de répondre à une question fondamentale:

«Quel est le profil des violeurs? Quel est leur modus operandi?»

Autre objectif ce coffre-fort virtuel: «On se rend compte que c’est plus simple pour les victimes de s'annoncer via un outil. On peut ainsi les assister à leur rythme à elles et leur éviter de ne répéter leur témoignage à 12 000 personnes. Il faut absolument assurer leur protection».

Prévu initialement pour juin 2022, le déploiement de l'outil a été accéléré par la guerre en Ukraine. La plateforme recense une quinzaine de signalements qu’on peut considérer «valides». Une autre trentaine concerne des personnes que l'on n'arrive pas à suivre.

«On ne sait pas encore ce qui s’est passé, chaque cas doit être confirmé, vérifié»

Une chose est sûre: «Nous ne sommes qu'au début de l’iceberg. L’accompagnement sera très long en termes de trauma».

«Un complot!» Comment la TV russe parle du massacre de Boutcha

En savoir + sur le massacre de Boutcha

Cadavres de Boutcha: la complosphère crie à la mise en scène ukrainienne

Link zum Artikel

«Massacre délibéré» de civils à Boutcha: ce que l'on sait en 4 points

Link zum Artikel

La Suisse et le monde réagissent aux images choc de Boutcha

Link zum Artikel

Comment punir les responsables du massacre de Boutcha? Réponse en 6 points

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«Cette photo de moi a été utilisée pour répandre des mensonges sur la guerre»
La photo de Marianna Vyshemirsky, enceinte et fuyant une maternité bombardée, est devenue l'une des images les plus connues de la guerre. Mais Marianna n'a pas seulement reçu des encouragements, elle a également été la cible de message de haine – et ce, des deux camps

La photo a été prise après une attaque aérienne russe à Marioupol. Elle a circulé en ligne, mais a aussi fait la une des journaux et a été le centre des discussions au Conseil de sécurité de l'ONU. Néanmoins, après avoir survécu à cette attaque, Marianna a dû faire face à un autre genre d'attaque. Celle de la désinformation et de la haine, dirigée contre elle et sa famille.

L’article