DE | FR
Le matériel de guerre détruit et abandonné par les forces russes après leur retrait de la région de Kiev.
Le matériel de guerre détruit et abandonné par les forces russes après leur retrait de la région de Kiev.Image: sda

«Massacre délibéré» de civils à Boutcha: ce que l'on sait en 4 points

L'Ukraine a accusé les Russes de «massacre délibéré» à Boutcha. Cette ville, à 50 kilomètres de Kiev, a été libérée de l'occupation russe. En reprenant possession du terrain, les Ukrainiens ont découvert des rues jonchées de cadavres.
03.04.2022, 15:2103.04.2022, 23:15

Proche de la capitale Kiev, Boutcha a été libérée des forces russes qui se concentrent sur l'est et le sud du pays. Mais dans cette ville reprise aux Russes, les Ukrainiens font état de lourdes pertes, notamment civiles.

Le retrait de l'armée russe

Selon l'Ukraine, Boutcha, comme toute la région de la capitale Kiev, a été libérée de l'armée russe. Dans un message sur Facebook, le président ukrainien Volodymyr Zelensky dénonce toutefois les Russes qui laissent «un désastre total et de nombreux dangers» sur les lieux qu'ils quittent. Il les accuse de:

«Miner les territoires qu'ils quittent, des maisons, des munitions et même des cadavres»

«Massacre délibéré», selon l'Ukraine

A Boutcha, un journaliste de l'AFP a vu samedi les corps d'une vingtaine d'hommes, gisant dans une rue. Ces personnes ont été «toutes tuées d'une balle à l'arrière de la tête», selon Anatoly Fedorouk, le maire de cette ville reprise aux Russes, où près de 300 cadavres ont été enterrés dans des fosses communes.

👉️ Suivez notre direct sur la guerre en Ukraine. 👈️

Serguiï Nikiforovil, le porte-parole du président ukrainien, a estimé que «cela ressemble exactement à des crimes de guerre». Il a déclaré à la BBC:

«Nous avons trouvé des fosses communes. Nous avons trouvé des gens avec les mains et les jambes ligotées (...) et avec des coups de feu, des impacts de balles, à l'arrière de la tête. C'étaient clairement des civils et ils ont été exécutés.»
Dans la région de Kiev, après le départ des forces russes.
Dans la région de Kiev, après le départ des forces russes.Image: sda

De son côté, le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba, a écrit sur Twitter que:

«Le massacre de Boutcha était délibéré. Les Russes veulent éliminer autant d'Ukrainiens qu'ils le peuvent. Nous devons les arrêter et les mettre dehors. J'exige de nouvelles sanctions dévastatrices du G7 MAINTENANT.»

Le Tweet de Dmytro Kouleba contenant des images particulièrement dures des rues jonchées de cadavres, watson a choisi de ne pas le partager.

«Crime de guerre», selon Human Rights Watch

Dans un communiqué dimanche, l'organisation de défense des droits humains Human Rights Watch (HRW), a dénoncé des exactions contre des civils assimilables à des «crimes de guerre» de la part de soldats russes dans les régions de Tchernihiv, Kharkiv, Kiev et Boutcha.

«Le 4 mars, les forces russes se trouvant à Boutcha, à environ 30 kilomètres au nord-ouest de Kiev, ont appréhendé cinq hommes et ont exécuté sommairement l’un d’entre eux. Un témoin a déclaré à Human Rights Watch que des soldats avaient forcé les cinq hommes à s’agenouiller au bord de la route, leur couvrant la tête à l’aide de leurs T-shirts et tirant sur l’un d’entre eux derrière la tête.»
Témoignages recueillis par HRW.source: Human rights watch

HRW dit avoir documenté plusieurs cas de «violations des lois de la guerre». Elle a cité celui d'une femme violée à plusieurs reprises et battue par un soldat russe, les exécutions sommaires de sept hommes, «d'autres cas de violence» et «menaces à l'encontre de civils», ainsi que des pillages.

La consternation internationale

La Secrétaire d'Etat britannique aux Affaires étrangères Liz Truss s'est dite «horrifiée par les atrocités à Boutcha et d'autres villes» et a réclamé une «enquête pour crimes de guerre».

Le président du Conseil européen, Charles Michel, s'est également dit «choqué par les images obsédantes des atrocités commises par l'armée russe dans la région libérée de Kiev», sur Twitter.

«L'UE aide l'Ukraine et des ONG à rassembler les preuves nécessaires pour des poursuites devant les cours internationales», a-t-il dit, en ajoutant:

«Plus de sanctions et d'aide de l'UE sont en chemin»

(sas/ats)

La petite ukrainienne qui chantait «Libérée, délivrée» remplit un stade

Plus d'articles sur la guerre en Ukraine

«Les Russes veulent faire tomber l'Est pour mieux revenir sur Kiev ensuite»

Link zum Artikel

Le dégel dévoile les cadavres des soldats russes et c'est un problème

Link zum Artikel

Kiev séduit les déserteurs russes en masse, mais Moscou a une riposte

Link zum Artikel

Comment Poutine met en scène son «chien sanguinaire» en Ukraine

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«Je n'ose plus chanter devant mon fils depuis qu'il participe à The Voice»
Le Neuchâtelois Loris Triolo est le premier suisse à s'être qualifié pour la finale du télé-crochet The Voice ce samedi 21 mai. A quelques heures du grand saut, nous avons recueilli les impressions de son père Carlo, ému par son parcours.

Pour Carlo Triol, c'est tous les jours la fête des Pères. Heureux et fier du parcours de son fils Loris au télé-crochet The Voice, le cuisinier et patron du restaurant Tennis du Mail à Neuchâtel ne tarit pas d'éloges sur les talents de sa progéniture, mais aussi la gentillesse qui le caractérise.

L’article