DE | FR
Pascal Sciarini (médaillon), politologue, analyse le discours du président américain Joe Biden
Pascal Sciarini (médaillon), politologue, analyse le discours du président américain Joe BidenImage: AP
Interview

Biden traite Poutine de «boucher»: «Les mots sont sa seule arme»

A Varsovie, Joe Biden a fait un discours direct et au ton particulièrement dur envers la Russie, qualifiant Vladimir Poutine de «boucher». Est-ce vraiment une bonne idée pour espérer ramener la paix en Europe? Analyse de Pascal Sciarini, politologue.
29.03.2022, 11:4729.03.2022, 12:36
Suivez-moi

Le cadre du palais royal de Varsovie était splendide et le premier discours du président américain après l'invasion de l'Ukraine se voulait historique. Joe Biden a donné le ton en qualifiant le président russe Vladimir Poutine de «boucher » et en concluant, par la même occasion:

«Pour l'amour de Dieu, cet homme ne peut pas rester au pouvoir»
Joe Biden

Nous avons soumis les propos du président américain à Pascal Sciarini, professeur en science politique à l'université de Genève. Entretien.

Le président américain qui qualifie son homologue russe de «boucher», ça vous choque?
Pascal Sciarini: D'abord, il faut rappeler le contexte actuel. Depuis le début de la guerre en Ukraine, les codes diplomatiques usuels ont été totalement malmenés.

«Dans un contexte usuel, je vous aurais dit que ces paroles seraient hors de propos et inacceptables, mais dans le contexte actuel, ces paroles ne me semblent pas complètement dénuées de raison.»
Pascal Sciarini, politologue

La Russie qui envahit un pays souverain, c'est bien ce contexte que vous évoquez?
Oui, exactement. C'est Vladimir Poutine lui-même qui a décidé de malmener les codes diplomatiques usuels en envahissant un pays sans raison tout en violant allégrement le droit international. A partir de là, les règles du jeu ont changé.

Le contexte justifie donc une surenchère verbale de la part des deux parties ?
Mon impression, c'est que Joe Biden ne pouvant pas intervenir de manière militaire en Ukraine, il choisit volontairement ce ton dur pour faire passer son message. L'idée du président américain est de dire:

«Attention mon gars, on n'est pas dupe, on ne va pas se laisser marcher sur les pieds»
Pascal Sciarini, politologue

L'utilisation du terme «boucher» n'est donc pas une bévue de la part de Joe Biden selon vous?
Je ne pense pas que cela soit une erreur ou une bévue de la part de Biden. A mon avis, c'est volontaire et cela lui permet de montrer les muscles face à Vladimir Poutine.

«Joe Biden force le trait verbalement, car il essaie de compenser ce qu'il ne peut pas faire du point de vue militaire»
Pascal Sciarini, politologue

Joe Biden a répété précédemment qu'il ne pouvait pas intervenir militairement tant qu'un pays de l'Otan ne serait pas attaqué. Sa démesure verbale est proportionnelle à la démesure militaire de Poutine. C'est une façon de bomber le torse en quelque sorte.

Il s'agit donc d'un dérapage contrôlé?
Oui, j'ai l'impression que c'est un dérapage contrôlé. Il me semble que Joe Biden avait déjà traité Poutine de «tueur» avant même l'invasion de l'Ukraine. Avec le déclenchement de la guerre, les termes comme criminel de guerre ou de boucher sont apparus. Les Etats-Unis ne peuvent rien faire militairement alors les mots sont un peu la seule arme de Joe Biden actuellement.

Le président français Emmanuel Macron se distancie du discours de Joe Biden et ne veut pas être dans «l'escalade verbale», vous comprenez sa position?
Oui, c'est normal, car Emmanuel Macron est l'un des derniers dirigeants à communiquer directement avec le président russe.

«Emmanuel Macron doit montrer qu'il se distancie du discours de Biden pour garder le lien avec Vladimir Poutine»
Pascal Sciarini, politologue

Peut-être qu'au fond, le président français pense la même chose que Joe Biden, mais il est obligé de prendre ses distances d'un point de vue verbal. Ce qui est important, c'est que Poutine ne se sente pas isolé et qu'il n'ait pas l'impression que le monde lui est hostile.

Quelles pourraient être les conséquences de ces provocations verbales selon vous?
Il est évident que cela ne contribue pas à apaiser les relations diplomatiques. Mais il ne faut pas oublier que ce jeu d'agressions verbales a été tout d'abord mené par Vladimir Poutine, en soufflant le chaud et le froid à la frontière entre l'Ukraine et la Russie. Les mensonges et les jeux de communication ont été largement utilisés par la Russie. Il est clair que ces paroles ne vont pas apaiser les relations, mais elles sont actuellement à l'état de pseudo guerre froide et de mon point de vue, cela ne peut pas tellement être pire.

Quel est l'objectif de ce type de propos?
Ce qui est sûr, c'est que le but de ce discours n'est pas d'amener Poutine à être plus conciliant. Pour les Etats-Unis, il s'agit de dire à la Russie qu'elle ne peut pas faire n'importe quoi et qu'il y a des limites. Le partage des rôles est aussi important entre les Etats-Unis et la France.

«Joe Biden joue au "bad guy" américain et ses propos envers la Russie ne sont pas surprenants. Quant à Emmanuel Macron, il garde sa posture plus conciliante de médiateur»
Pascal Sciarini, politologue

Gentil flic, méchant flic c'est ça?
Oui, de toute façon, on avait déjà vu que Joe Biden n'arrivait pas à parler avec Vladimir Poutine, il peut donc se permettre tout en étant géographiquement éloigné de la Russie d'avoir un ton plus prononcé. Quant à la France, son rôle est plus délicat.

Au final, comment vous qualifierez le discours de Joe Biden?
Je n'ai pas d'opinion à donner. L'avenir nous le dira. On peut espérer qu'il n'y aura pas de rupture entre les Etats-Unis et la Russie. On espère que cela ne créera pas de précédent et que cela ne dérapera pas du niveau verbal au niveau militaire.

En tant que politologue, vous souvenez-vous d'un discours aussi direct entre les Etats-Unis et la Russie ?
Dans ce registre-là, non. On se croirait bientôt revenu à la crise des missiles cubains. Je ne veux pas exagérer le trait, mais dans la teneur des propos, je n'ai pas de souvenirs récents d'un tel langage entre ces deux grandes puissances.

La guerre en Ukraine en images

1 / 18
La guerre en Ukraine en images
source: sda / efrem lukatsky
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Témoignage d'une famille de réfugiés

Sur l'épineux dossier des sanctions contre la Russie

Les sanctions vont-elles faire chuter l'ISS? Moscou menace

Link zum Artikel

La Suisse et ses sanctions contre la Russie font rire les américains

Link zum Artikel

Les sanctions de l'UE contre la Russie que la Suisse a adoptées

Link zum Artikel

Les sanctions contre la Russie portent leurs fruits (et nous touchent aussi)

Link zum Artikel

Washington va prendre de nouvelles sanctions contre la Russie

Link zum Artikel

Les yachts des oligarques sont dans le viseur d'une taskforce internationale

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Rongé de remords, un soldat russe quitte l'armée de Poutine et raconte
La Russie préfère toujours parler d'«opération spéciale» plutôt que de guerre. A force de tout dissimuler, la propagande du Kremlin commence à s'étioler.

Cela fait presque trois mois que la Russie a envahi l'Ukraine. Depuis, la guerre fait rage à l'est de l'Europe, et elle affecte de nombreuses personnes. Pas seulement les habitants de l'Ukraine, mais également les Russes.

L’article