DE | FR
Des soldats ukrainiens tirent un missile Javelin lors d'un exercice en décembre 2021. Les livraisons d'armes de l'Occident sont une «aide décisive» dans la guerre contre la Russie, estime l'expert militaire Marcel Berni.
Des soldats ukrainiens tirent un missile Javelin lors d'un exercice en décembre 2021. Les livraisons d'armes de l'Occident sont une «aide décisive» dans la guerre contre la Russie, estime l'expert militaire Marcel Berni.image: keystone
Interview

Les civils pris pour cible: «C'est la preuve du désespoir de l'armée russe»

L'expert militaire Marcel Berni explique quelle est la stratégie de la Russie lorsqu'elle attaque des cibles civiles comme les hôpitaux. Il souligne en outre l'importance des livraisons d'armes occidentales et précise quelles armes ont particulièrement surpris les Russes.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
25.03.2022, 06:2427.03.2022, 13:44
Corsin Manser
Corsin Manser
Corsin Manser
Suivez-moi

L'armée russe continue à avoir du mal en Ukraine. L'impression est-elle trompeuse?
Marcel Berni: L'armée russe avance au ralenti sur tous les fronts, mais elle progresse. Dans le sud notamment, elle a réussi à prendre le contrôle de plus en plus de terrain. Mais la domination est chancelante. Surtout, elle ne parvient pas à s'emparer des grandes villes.

Pourquoi les Russes ne parviennent-ils pas à conquérir de grandes villes?
Ils estiment probablement que la résistance ukrainienne est trop forte. Ils essaient plutôt de couper les villes de leur environnement, comme c'est le cas actuellement à Marioupol. Mais jusqu'à présent, l'armée russe n'a pas réussi à encercler et à détruire les troupes ukrainiennes.

Quel est l'intérêt pour les Russes d'encercler les villes?
Les Russes ont trop peu de soldats sur le terrain pour prendre d'assaut les grandes villes et les tenir. L'approche tactique opérationnelle consiste plutôt à encercler les villes et à faire en sorte qu'aucun approvisionnement n'y parvienne. Ensuite, les Russes attendent et affament la population et les défenseurs.

Une explosion dans un immeuble d'habitation de la ville assiégée de Mariupol.
Une explosion dans un immeuble d'habitation de la ville assiégée de Mariupol.image: keystone

Pour que la résistance se brise?
C'est l'espoir des Russes. Mais je ne pense pas que cela se produira. La résistance ukrainienne est très forte et concentrée, et elle ne faiblira pas. Mais les Russes espèrent peut-être pouvoir prendre plus facilement d'assaut les villes lorsque l'adversaire sera affaibli.

Marcel Berni.
Marcel Berni.bild: zvg
A propos de Marcel Berni
Dr. Marcel Berni a étudié l'histoire, les sciences politiques et l'écologie à l'Université de Berne de 2008 à 2013. Depuis 2014, il effectue des recherches et enseigne en tant qu'assistant scientifique à l'EPF de Zurich. En 2019, il a obtenu son doctorat à l'université de Hambourg avec une thèse sur les prisonniers communistes pendant la guerre du Vietnam. Cette étude, dont une version remaniée sera publiée à l'automne 2020, a remporté le prix André Corvisier de la meilleure thèse d'histoire militaire.

Mais à Kiev, les Russes n'ont pas encore réussi à encercler la ville. Pour quelle raison?
Kiev n'est encerclée par les Russes qu'au nord et au nord-est. Le sud est libre. C'est pourquoi beaucoup d'armes, de denrées alimentaires et d'autres moyens d'approvisionnement continuent d'arriver dans la ville. Kiev est une très grande ville, on ne peut pas l'encercler comme ça. Pour cela, il faudrait une armée gigantesque et la Russie n'en a pas sur le terrain pour le moment.

L'armée russe détruit des habitations et des hôpitaux. Quelle est la stratégie derrière tout cela?
La population civile est de plus en plus prise pour cible. Ce sont clairement des crimes de guerre. Ce ne sont pas des objectifs militaires. Les Russes veulent ainsi briser la résistance civile. C'est la manifestation du désespoir de l'armée russe. On essaie d'encercler les villes et de les bombarder avec de l'artillerie, sans pour autant viser la prise immédiate des villes.

Des hommes portent une femme hors d'un hôpital détruit de Mariupol, où elle aurait dû donner naissance à son enfant. Le bébé et la mère n'ont pas survécu à l'attaque des Russes.
Des hommes portent une femme hors d'un hôpital détruit de Mariupol, où elle aurait dû donner naissance à son enfant. Le bébé et la mère n'ont pas survécu à l'attaque des Russes.Image: keystone

Les rapports faisant état de la mort de généraux russes se multiplient. Quel est votre avis sur la question?
L'armée russe a des problèmes de communication. Elle téléphonait partiellement avec des téléphones civils. Les Ukrainiens ont pu les écouter et ainsi localiser et tuer les généraux. Cela se produit relativement rarement dans une guerre. En général, les généraux ne sont pas sur le front, mais à l'arrière, où ils émettent des commandements.

Pourquoi les Russes agissent-ils différemment?
Les généraux ont été envoyés au front, car le moral des soldats russes est bas. Il est en effet très rare que des généraux soient tués par l'ennemi sur le front.

Les problèmes de communication semblent relever de l'amateurisme.
Oui, de notre point de vue, cela semble très étonnant. Mais il se pourrait aussi que les Américains utilisent la guerre électronique pour perturber les communications russes depuis la Pologne. Il est difficile de dire exactement ce qui s'est passé. Mais les rapports selon lesquels les communications russes ne fonctionnent que lentement, voire pas du tout, se multiplient.

Les Etats-Unis veulent envoyer des armes à l'Ukraine pour un montant de 800 millions de dollars. S'agit-il d'une aide décisive ou d'une aide plus symbolique?
C'est une aide décisive. Les Ukrainiens ont besoin de munitions et d'armes en provenance de l'Ouest.

«Les Russes ont clairement le dessus en matière de forces aériennes. Mais ils survolent très rarement de l'Ukraine»

Les Etats-Unis veulent livrer 800 missiles antiaériens de type Stinger à l'Ukraine. L'Allemagne remet des missiles antiaériens Strela. Qu'est-ce que cela signifie pour l'armée de l'air russe?
Avec ces armes, l'armée de l'air russe peut être abattue depuis le sol. Il est très dangereux pour les Russes d'opérer dans l'espace aérien ukrainien. Les missiles sol-air livrés doivent désormais aider les Ukrainiens à briser la supériorité russe dans le ciel.​

Quelle est la situation actuelle dans les airs? Les Russes mènent-ils encore des attaques?
Les Russes ont clairement le dessus dans les airs. Mais ils survolent très rarement l'Ukraine. Soit parce qu'ils ont peur, soit parce qu'ils veulent garder l'armée de l'air comme réserve stratégique en cas de guerre avec l'OTAN. Chaque jour, les Russes effectuent environ 200 missions en lien avec l'Ukraine. Souvent, ils procèdent à des tirs depuis la frontière russe et ne traversent pas l'espace aérien ukrainien.

Et les Ukrainiens? Ils prennent aussi l'avion?
Oui, mais pas très souvent. Actuellement, il y a environ cinq à dix décollages par jour. L'espace aérien reste toutefois disputé.

Pourrait-on autoriser les Ukrainiens à mettre en place une zone d'exclusion aérienne de manière autonome? En d'autres termes: les équiper d'autant de missiles sol-air que nécessaire pour que les Russes ne puissent plus pénétrer dans l'espace aérien ukrainien.
Non, les Ukrainiens n'en ont pas les moyens. Nous parlons ici d'un espace énorme qui devrait être couvert. Seule l'OTAN pourrait réaliser une zone d'exclusion aérienne - en déployant massivement des capacités aériennes et terrestres.

Les Ukrainiens pourraient théoriquement utiliser les systèmes de missiles antiaériens russes de type S-300. Ceux-ci sont encore disponibles dans les pays d'Europe de l'Est membres de l'OTAN. Quel serait l'impact d'un tel transfert?
Ces systèmes ont une portée bien plus grande que les missiles Strela et Stinger qui ont été livrés. Le S-300 a une portée de plus de 100 kilomètres. Les Ukrainiens pourraient ainsi protéger bien mieux certaines parties de leur espace aérien, par exemple autour des grandes villes.

Quel est le rôle du drone «Bayraktar TB2» que l'Ukraine a reçu de la Turquie?
La Russie est inférieure aux autres pays en matière de développement de drones. Les drones turcs Bayraktar ont déjà fait leurs preuves du côté azerbaïdjanais lors de la guerre du Haut-Karabakh en 2020. La défense aérienne arménienne, qui agissait principalement avec des systèmes de défense aérienne russes, n'avait alors pas réussi à détecter et à combattre les drones. Le même problème semble se répéter pour les Russes en Ukraine. C'est dans ce contexte que le président Biden a annoncé vouloir livrer des drones «Switchblade» plus petits à l'Ukraine. Cela devrait permettre aux Ukrainiens de continuer à mener des opérations offensives limitées avec des drones non identifiés.

Un drone de type Bayraktar TB2 lors d'un défilé militaire à Kiev.
Un drone de type Bayraktar TB2 lors d'un défilé militaire à Kiev.image: keystone

Comment évaluez-vous les pertes subies par l'armée de l'air russe jusqu'à présent?
J'ai été surpris de constater que les Russes n'ont pas réussi à neutraliser les défenses sol-air ukrainiennes au cours des 48 premières heures. C'est pourquoi les avions de combat, les avions de transport et les hélicoptères de combat russes continuent d'être abattus. Les Russes en sont très affectés. Mais nous ne devons pas nous faire d'illusions: La Russie dispose d'une très grande force aérienne par rapport à l'Ukraine. C'est comme David contre Goliath.

«Les Russes ont été surpris par ces armes. Et aussi par le fait que les Ukrainiens savent s'en servir avec autant de compétences»

Sans parler des missiles sol-air: sait-on quelles armes occidentales ont été livrées jusqu'à présent et sont déjà utilisées? Et y en a-t-il qui sont particulièrement efficaces?
Ce sont surtout les NLAW (Next generation Light Anti-tank Weapon) et les Javelins perforants qui se révèlent très efficaces. Ils fonctionnent tous deux selon le même système. Ils attaquent les chars. Soit les missiles viennent d'en haut ("Overfly Top Attack"), soit ils se dirigent tout droit ("Direct Attack") vers les chars. Les Ukrainiens ont ainsi pu détruire de nombreux chars russes. Les Russes ont été surpris par ces armes. Et aussi par le fait que les Ukrainiens savent s'en servir avec autant de compétence. Cela est dû à l'entraînement qu'ils ont reçu de la part de conseillers occidentaux au cours des derniers mois et des dernières années.

Un soldat ukrainien avec un NLAW, fabriqué par l'entreprise suédoise Saab. La Grande-Bretagne aurait à elle seule livré 4200 exemplaires de cette arme à l'Ukraine, comme le rapporte le New York Times.
Un soldat ukrainien avec un NLAW, fabriqué par l'entreprise suédoise Saab. La Grande-Bretagne aurait à elle seule livré 4200 exemplaires de cette arme à l'Ukraine, comme le rapporte le New York Times.image: shutterstock

Comment ces armes sont-elles introduites en Ukraine?
L'Occident a déjà fourni des armes à l'Ukraine depuis 2014 et la crise de Crimée. A l'époque, il était bien sûr plus facile de les faire entrer dans le pays. Maintenant, la plupart des livraisons d'armes passent par la frontière entre la Pologne et l'Ukraine. C'est pourquoi il est si important que le lien avec l'Ukraine reste ouvert à l'Ouest.

Les Russes tentent-ils de faire échouer les livraisons d'armes dans l'ouest de l'Ukraine en menant des attaques?
Près de la ville de Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine, les Russes ont déclaré avoir attaqué un complexe de stockage où étaient entreposées des armes. A cette occasion, ils ont utilisé pour la première fois un missile hypersonique. Les Russes vont désormais tenter de couper l'approvisionnement occidental de l'Ukraine.

C'est un jeu extrêmement dangereux lorsque les Russes opèrent si près de la frontière occidentale. Si un missile vole par erreur dix kilomètres trop loin...
Il atterrit en Pologne et l'OTAN est impliquée. C'est un grand danger en ce moment.

L'Ukraine peut-elle gagner la guerre grâce aux livraisons d'armes? Ou est-ce que cela va simplement la prolonger?
Les Ukrainiens ne pourront pas chasser tous les Russes de leur territoire. Mais ils peuvent infliger des pertes considérables à l'armée russe et espérer que Vladimir Poutine soit finalement prêt à un cessez-le-feu et à des négociations de paix. Pour l'instant, cela ne semble pas être le cas. De nombreux signes indiquent que la guerre d'usure s'enlise.

En livrant des armes, l'Occident ne prolonge-t-il pas tout simplement la guerre et les souffrances des Ukrainiens?
Que veut faire l'Occident? S'il ne livre plus d'armes du tout, la résistance ukrainienne devra se défendre avec des armes très anciennes datant de l'époque soviétique et s'effondrera peut-être. Les livraisons d'armes ne retardent pas la souffrance, elles donnent aux résistants la possibilité de se défendre eux-mêmes.

Marioupol, assiégée par les Russes

1 / 12
Marioupol, assiégée par les Russes
source: sda / evgeniy maloletka
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

L'intervention absurde du porte-parole du Kremlin

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le burkini est un «habit de propagande islamiste», selon Marine Le Pen
Suite à la suspension de l'autorisation du burkini dans les piscines de Grenoble, la droite et l'extrême droite veulent une loi d'«encadrement» pour interdire ce vêtement.

Droite et extrême droite françaises ont demandé à nouveau jeudi davantage d'«encadrement», via une loi, sur le port du burkini dans les piscines. Mercredi, la justice a suspendu l'autorisation à Grenoble du port du burkini dans les piscines municipales.

L’article