stratus fréquent
DE | FR
International
Iran

Iran: Hadis Najafi abattue par les forces anti-émeutes

Hadis Najafi a été assassinée par les forces anti-émeutes au Liban lors des manifestations de septembre 2022.
Hadis Najafi a été assassinée par les forces anti-émeutes au Liban lors des manifestations de septembre 2022. source: twitter

Une Iranienne, devenue symbole, meurt sous les balles des forces anti-émeutes

Hadis Najafi a été abattue par les forces anti-émeutes iraniennes lors d'une manifestation. Elle est désormais un nouveau symbole pour les révoltés.
25.09.2022, 15:4325.09.2022, 20:33

Une vidéo d'Hadis Najafi a beaucoup tourné sur les réseaux sociaux. On voit la jeune Iranienne s'attacher les cheveux pour aller combattre lors des manifestations qui se déroulent actuellement en Iran.

Vidéo: watson

«Sa sœur m'a dit qu'elle n'avait que 20 ans et qu'elle a été tuée de 6 balles dans la ville de Karaj», a tweeté la journaliste iranienne Masih Alinejad, selon l'agence italienne Ansa.

Une tragédie qui fait suite au décès d'une autre femme, Mahsa Amini, trois jours après son arrestation à Téhéran pour «port de vêtements inapproprié» et non-respect du strict code vestimentaire pour les femmes en République islamique d'Iran. Point de départ des manifestations qui perdurent depuis neuf jours.

26 photos de chiens très dangereux

1 / 28
26 photos de chiens très dangereux
source: bored panda
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Stewart Rhodes, le «pirate» qui a voulu détruire la démocratie américaine
Il est passé des bancs de la prestigieuse université de Yale à celui des accusés au procès de l'assaut du Capitole: Stewart Rhodes, 56 ans, vient d'être reconnu coupable de sédition. Un chef d'accusation aussi rare que cet oiseau au parcours atypique, pour lequel le fondateur de la milice des «Oath Keepers» risque jusqu'à 20 ans de prison.

Cela fait près de trente ans que personne n'a été reconnu coupable d'un tel chef d'inculptation: sédition. Un terme hérité de la guerre de Sécession pour réprimer les derniers rebelles sudistes, et qui implique d'avoir «planifié l'usage de la force pour s'opposer au gouvernement».

L’article