DE | FR

Des heurts entre manifestants anti-France et la police au Pakistan

epa09133042 policemen fire teargas shell to supporters of Islamic political party Tehreek-e-Labbaik Pakistan (TLP), during a protest after they blocked a road to demand the release of their leader Saad Hussain Rizvi, in Islamabad, Pakistan, 13 April 2021, On 12 April, Pakistani authorities arrested Rizvi who has demanded that the French ambassador be expelled by 20 April, as supposedly agreed with the government earlier, resulting in protests and a blockade of roads by his supporters. The radical group Tehreek-e-Labbaik Pakistan (TLP), led by the detained Islamist Saad Hussain Rizvi, led a blockade of the Pakistani capital by multiple hardline groups in November to protest against the caricatures of Prophet Mohammad and French President Emmanuel Macron's comments on Islam, considered blasphemous by Muslims.  EPA/ SOHAIL SHAHZAD

Image: sda

Le Tehreek-e-Labbaik Pakistan (TLP), parti islamiste, réclame l'expulsion de l'ambassadeur français depuis qu'Emmanuel Macron a défendu le droit à la caricature au cours de l'hommage rendu à Samuel Paty.



A Lahore, deuxième plus grande ville du pays, deux policiers sont décédés après avoir été blessés lors d'affrontements avec les manifestants. Le Tehreek-e-Labbaik Pakistan (TLP), influent mouvement extrémiste, a également affirmé que trois de ses militants avaient été tués, une information non confirmée par la police.

Les partisans du TLP ont réagi avec colère à l'arrestation lundi à Lahore de leur leader Saad Rizvi. Les étincelles ont atteint la capitale Islamabad, et Karachi, la plus grande métropole du pays, peut-on lire dans Al Jazeera. La cause? Saad Rizvi, fils de Khadim Hussain Rizvi, le fondateur du TLP, mort en novembre, a été arrêté quelques heures après avoir appelé à une marche le 20 avril à Islamabad.

Loi antiterroriste

Il demandait l'expulsion de l'ambassadeur de France en lien avec la publication en France de caricatures de Mahomet. La police pakistanaise a indiqué que Saad Rizvi avait été inculpé au titre de la loi antiterroriste.

Cette vidéo amateur montre les manifestants dans les rues de Lahore. faisal Bhatti

Emmanuel Macron, a défendu le droit à la caricature au nom de la liberté d'expression, au cours de l'hommage rendu à un enseignant, Samuel Paty, tué le 16 octobre après avoir montré des dessins satiriques à sa classe. Dans la foulée, l'hebdomadaire français Charlie Hebdo, avait publié des des caricatures du prophète Mahomet.

Un manque d'oxygène

Les manifestations de lundi et mardi ont également eu pour conséquence d'affecter l'approvisionnement en oxygène des hôpitaux accueillant des malades du Covid-19.

Le Dr Asad Aslam, responsable de la lutte anti-Covid pour le Pendjab, a indiqué à l'AFP que certains hôpitaux avaient été confrontés à un manque d'oxygène lundi soir, mais que la situation s'était stabilisée mardi matin après que les autorités eurent réussi à dégager certaines routes. Le Pakistan est aux prises avec une troisième vague meurtrière de la pandémie et manque de vaccins. (ga)

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

La Suisse aussi prend des risques avec la vaccination

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Le pèlerinage à la Mecque accessible seulement aux personnes vaccinées

En Arabie Saoudite, les autorités ont fait savoir que seules les personnes vaccinées contre le Covid-19 pourront effectuer le petit pèlerinage à la Mecque dès le début du ramadan.

Les autorités saoudiennes ont annoncé la mesure, ce lundi 5 avril, destinée à éviter les contaminations. Ainsi, seules les personnes ayant reçu deux doses ou au moins une dose depuis au moins 14 jours, seront autorisées à effectuer la Omra, le «petit pèlerinage».

Le Omra, suspendu en mars 2020 à cause de l’épidémie, a repris début octobre avec un protocole sanitaire strict. Seuls 6000 Saoudiens et résidents étrangers en Arabie Saoudite pouvaient ainsi se rendre chaque jour à la Grande …

Lire l’article
Link zum Artikel