stratus fréquent-1°
DE | FR
International
Islam

Polémique: Gims demande aux musulmans de ne pas lui dire «bonne année»

Le chanteur Gims dans la vidéo qui fait polémique.
Le chanteur Gims dans la vidéo qui fait polémique.image: capture d'écran

Polémique: Gims demande aux musulmans de ne pas lui dire «bonne année»

Le chanteur congolais converti à l'islam a suscité la polémique en demandant dans une vidéo postée sur Instagram de ne pas lui souhaiter la bonne année, message soi-disant contraire à la pratique musulmane.
03.01.2022, 12:3003.01.2022, 18:59

On ne l’attendait pas forcément sur ce créneau-là, et ceux qui ignoraient sa religion ou s’il en avait une, désormais sont au courant. Gims – anciennement Maître Gims – a suscité la polémique en demandant aux musulmans de ne pas lui souhaiter la bonne année. «C’est contraire à nos convictions», affirme-t-il dans une vidéo postée samedi 1er janvier sur son compte Instagram et relayée le lendemain sur Twitter par le compte Generasonrap:

Une embrouille de plus sur les réseaux sociaux? Qui sera vite oubliée? L'affaire peut paraître anecdotique, sauf qu’elle mobilise des affects identitaires à fleur de peau. En djellaba et casquette Chanel, lunettes de soleil de style aviateur, le chanteur à la voix de ténor, un catholique congolais converti à l’islam, se prévaut de son appartenance religieuse dans ladite vidéo, destinée aux «frères», autrement dit à ses coreligionnaires, musulmans comme lui.

Ne lui parlez pas non plus de son anniversaire ou de Noël

Il les invite à cesser de lui adresser non seulement la bonne année, mais tous vœux qui selon lui ne seraient pas conformes à l’islam, tels «bon anniversaire» ou «joyeux Noël». Ce ne sont pas «nos trucs à nous», assène-t-il, dans ce qui sonne comme un «rappel» – le fait, pour un prêcheur ou un individu lambda, d’invoquer le Coran ou la tradition prophétique pour ramener son auditoire dans ce qu’il estime être le droit chemin. «Est-ce que les compagnons (réd: les disciples du prophète Mahomet), ils ont fêté le Nouvel An?», demande-t-il ainsi, ne reculant pas devant l’anachronisme.

Les réactions hostiles à ce prêche improvisé ont été nombreuses. Dans les cercles identitaires français opposés à l’islam, mais aussi parmi les musulmans, qu’ils soient pratiquants ou non. Le compte Twitter officiel d’Eric Zemmour, tente au passage de compromettre sa concurrente à l’élection présidentielle Valérie Pécresse (qui soutiendrait Gims en tant que présidente de la région Île-de-France, lui-même l'ayant soutenue lors des dernières élections régionales):

La ministre déléguée à la citoyenneté, Marlène Schiappa, engagée auprès d’Emmanuel Macron et dont la mission consiste précisément à lutter contre le «communautarisme» et le «séparatisme» qui peuvent apparaître en filigrane des propos de Gims, a fait de même ce lundi matin sur la chaîne RMC, demandant des explications à la candidate du parti de droite Les Républicains:

«Je préfère @MaitreGIMS rappeur que prédicateur», a pour sa part tweeté l’élue municipale d’Evry-Courcouronnes (Essonne) Najwa El Haïté:

Certains rappellent que Gims avait participé dans le passé à un «spécial Noël» sur TF1:

Et même aux festivités du Nouvel An 2020 sur France 2 à Versailles avec l'animateur Stéphane Bern:

D’autres soulignent l’hypocrisie, à tout le moins l’incohérence entre les dernières déclarations du chanteur-rappeur et les comportements mis en valeur dans certains de ses titres:

Le militant Idriss Sihamedi désapprouve à son tour la démarche de Gims, mais pour des raisons qui ont notamment valu à son association Baraka City d’être dissoute par le gouvernement pour «islamisme radical»:

Sur Twitter encore, l'entrepreneur Aziz Senni, membre du Medef (patronat français), originaire de Mantes-la-Jolie dans les Yvelines et musulman lui-même, résume l'enjeu politico-identitaire des déclarations du rappeur:

Gims aurait-il perdu une occasion de se taire?

Vous avez trop bu au Nouvel An? Voici les conseils de la redac' pour vous rétablir

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
McCarthy a conclu un pacte avec le Diable
Maintenant qu'il a accédé au poste tant convoité de speaker, Kevin McCarthy doit se soumettre à ses opposants les plus farouches en leur distribuant des postes influents. Une concession qui a tout d'un pacte avec le Diable.

Le pouvoir a un coût. Au prix d’un effort de lobbying éreintant de quatre jours et de quinze scrutins, Kevin McCarthy, la «pom-pom girl» du parti républicain, est parvenu à obtenir le Graal dont il rêvait: la présidence de la Chambre des Représentants.

L’article