ciel couvert
DE | FR
International
Islam

Au Danemark, brûler un Coran va être puni par la loi

Au Danemark, brûler un Coran va être puni par la loi

epa10433883 Rasmus Paludan, leader of Danish far-right anti-Islam party Stram Kurs (Hard Line), burns a copy of the Koran in front of the Turkish embassy in Copenhagen, Denmark, 27 January 2023. The a ...
Rasmus Paludan, chef d'un parti danois d'extrême droite anti-islam brûle un exemplaire du Coran à Copenhague.Keystone
Le Danemark et son voisin suédois ont récemment cristallisé la colère au sein de pays musulmans, suite à plusieurs incidents impliquant la mise à feu du livre sacré de l'Islam.
07.12.2023, 17:0007.12.2023, 18:44
Plus de «International»

Le Parlement danois a adopté jeudi une loi criminalisant les «traitements inappropriés» de textes ayant une signification religieuse importante, interdisant de facto les autodafés (l'acte de mettre le feu à un texte sacré) du Coran, après des profanations du livre saint de l'islam qui ont entraîné des tensions dans plusieurs pays musulmans pendant l'été.

Concrètement, il sera désormais interdit de brûler, souiller ou de donner des coups de pied publiquement sur des textes religieux ou dans le but de diffuser largement les images des profanations. Il sera également interdit de les déchirer, les couper ou les poignarder.

Tout contrevenant s'expose à une peine de deux ans d'emprisonnement. Pour le gouvernement danois, dont aucun représentant ne s'est exprimé lors du débat parlementaire, il s'agit avant tout de protéger les intérêts et la sécurité nationale du pays scandinave alors que la menace terroriste sur le pays s'est intensifiée.

Critiques

Après ces troubles, le royaume nordique a un temps renforcé ses contrôles aux frontières, avant de revenir à la normale le 22 août. Entre le 21 juillet et le 24 octobre 2023 inclus, 483 autodafés et drapeaux brûlés ont été recensés au Danemark, selon les chiffres de la police nationale, qui ne précise pas de quels pays il s'agit.

Introduit fin août, le projet de loi a fait l'objet de modifications à la suite de critiques dénonçant des restrictions à la liberté d'expression et des difficultés de mise en oeuvre. A l'origine, il devait notamment couvrir les profanations de tous les objets ayant une signification religieuse importante.

Mais médias et associations y voyaient un retour du délit de blasphème, une disposition vieille de 334 ans qui sanctionnait les insultes publiques envers les religions, abrogé il y a six ans. En outre, des professionnels de la justice craignaient des difficultés de mise en application.

«Trahison» du gouvernement

Lors du long débat en séance, l'opposition s'est insurgée contre le gouvernement, accusé de sacrifier la liberté d'expression:

«C'est une trahison. Une défection énorme de la part du gouvernement»
La présidente de la formation d'extrême droite les Démocrates du Danemark, Inger Støjberg

En 2006, une vague de violences anti-danoises avait embrasé le monde musulman après la publication de caricatures de Mahomet:

«Imaginez que nous devenions la génération qui restreint la liberté d'expression. Je ne l'avais pas vraiment pensé, et certainement pas après la crise de Mahomet. A l'époque, nous étions restés fermes.»
Inger Støjberg

Le Danemark n'est pas le seul pays européen à interdire les autodafés du Coran. D'après le ministère de la Justice, huit pays européens le font: l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, l'Estonie, la Finlande, l'Italie, la Pologne et la Roumanie. Et en Grèce, l'incendie d'un texte sacré peut être interdit si l'acte a lieu à l'intérieur ou à proximité d'un site religieux. (ats/jch)

L'ange de la mort danois: la vraie affaire derrière la série Netflix The Nurse
Video: youtube
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Elle risque 20 ans de prison en Russie pour un don de 50 francs
Une Russo-Américaine de 33 ans a été arrêtée par les services secrets russes. Elle est accusée de haute trahison pour un don à une organisation caritative ukrainienne.

En Russie, une femme à la double nationalité russe et américaine a été arrêtée alors qu'elle rendait visite à sa famille dans la ville d'Ekaterinbourg. Le service de renseignement intérieur russe (FSB) accuse cette esthéticienne de spa et danseuse amateur de ballet de 33 ans, qui vit à Los Angeles, de haute trahison. Une vidéo diffusée par l'agence de presse de l'Etat russe RIA Novosti montre le procès-spectacle qui lui est fait:

L’article