International
Italie

Giorgia Meloni exploite un viol pour sa campagne électorale

Right-wing party Brothers of Italy's leader Giorgia Meloni addresses a rally as she starts her political campaign ahead of Sept. 25 general elections, in Ancona, Italy, Tuesday, Aug. 23, 2022. (A ...
La leader du mouvement nationaliste Fratelli d'Italia, Giorgia Meloni, utilise tous les moyens possibles pour le déroulement de sa campagne électorale.Image: sda

Polémique en Italie: «Il est indécent d'utiliser un viol à des fins électorales»

Tous les moyens sont bons en politique: c'est du moins l'adage prôné par la figure de l'extrême-droite italienne Giorgia Meloni, possible future cheffe du gouvernement.
24.08.2022, 11:0926.09.2022, 17:38
Plus de «International»

En tête des sondages avant les élections nationales du 25 septembre, la leader du mouvement nationaliste Fratelli d'Italia ne s'est pas privée d'exploiter la vidéo d'un viol pour servir sa campagne électorale.

Publiée initialement sur le site web d'un journal local, la séquence montre l'agression d'une femme de 55 ans sur un trottoir de la ville de Piacenza (Italie) par un demandeur d'asile, dans la matinée du dimanche 21 août. Arrêté par la police, l'agresseur se trouve actuellement en détention, indique le Guardian.

L'incident s'est vu immédiatement relayé par la politicienne italienne sur Twitter. Laquelle n'a pas manqué d'y joindre la fameuse vidéo. Bien que les images soient floues, on entend distinctement les cris de la victime. «On ne peut pas rester silencieux face à cet atroce épisode de violence sexuelle contre une Ukrainienne perpétré en plein jour à Plaisance par un demandeur d'asile», fustige Giorgia Meloni. Elle poursuit:

«Un câlin à cette femme. Je ferai tout mon possible pour rétablir la sécurité dans nos villes»

«Voyeurisme»

Si la vidéo a été supprimée par Twitter dans la foulée, indique Reuters, la successeure potentielle de Mario Draghi à la présidence du Conseil s'est attiré un florilège de critiques, notamment de la part de ses opposants politiques.

«Il est indécent d'utiliser des images de viol. Encore plus indécent de les utiliser à des fins électorales», a fustigé sur Twitter Enrico Letta, à la tête du Parti démocrate. Même son de cloche pour le leader centriste Carlo Calenda qui a qualifié le tweet de Meloni d'«immoral».

Quant à l'écrivaine italienne d'origine somalienne Igiaba Scego, elle a accusé Giorgia Meloni d'exploiter la victime de ce viol, «offerte pour du voyeurisme clickbait au lieu d'être protégée. Cette campagne électorale est horrible», a-t-elle écrit.

Dans une vidéo publiée sur ses réseaux sociaux, Giorgia Meloni a renvoyé la réplique, accusant ses détracteurs d'utiliser le viol pour l'attaquer personnellement et d'éviter d'aborder ce qu'elle appelle «l'urgence de l'immigration». (mbr)

Un baron brésilien de la drogue se fait griller en plein match de foot
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Un putsch du pauvre»: le pétage de plomb d'Eric Ciotti, minute par minute
Depuis que le président, désormais exclu, des Républicains a annoncé son alliance avec le Rassemblement national, la droite française vit un drame que Hollywood n'oserait pas imaginer. Mercredi, Eric Ciotti s'est enfermé dans le QG du parti, a viré les employés, saisi la justice, piraté les comptes de réseaux sociaux. Voici le récit digne d'une saison de House of Cards.

Quelques heures avant de se barricader dans les locaux de son parti comme un forcené, Eric Ciotti se serait rendu au QG de l'empire Bolloré pour bichonner sa trahison, avec le magnat qui travaille, dans l'ombre et depuis des années, à une union des droites. C'est le journal Le Monde qui le raconte jeudi matin. Un petit air de Succession et du Parrain.

L’article