International
Jair Bolsonaro

Sous la pression du covid au Brésil, Bolsonaro remanie son gouvernement

Sous la pression du Covid, Bolsonaro remanie son gouvernement

Brazil's President Jair Bolsonaro, wearing protective face mask, listens during a ceremony announcing economic measures to support philanthropic hospitals and help them treat COVID-19 patients, a ...
Image: sda
Le président brésilien Jair Bolsonaro a remanié son gouvernement lundi. Six ministres ont changé, dont ceux des affaires étrangères, de la justice et de la défense.
30.03.2021, 02:5630.03.2021, 05:56
Plus de «International»

Critiqué pour sa gestion du Covid-19, le président brésilien tente un recentrage. Le départ du chef de la diplomatie brésilienne, Ernesto Araujo, était attendu. Ce dernier étant mis en cause dans le fiasco de la politique contre le coronavirus qui a fait près de 314 000 morts au Brésil. Les autres changements étaient une surprise.

Personnage fantasque, Ernesto Araujo, 53 ans, était l’un des membres les plus exaltés de l'«aile idéologique» du gouvernement Bolsonaro. Un farouche détracteur de la mondialisation et fervent admirateur de l’ex-président américain Donald Trump.

A noter également l'arrivée d'une troisième femme dans ce gouvernement, sur 22 ministres au total. La députée Flavia Arruda, au secrétariat de la présidence.

4e ministre de la Santé depuis le début de l'épidémie au Brésil

Il y a deux semaines, un autre changement important avait eu lieu, à la tête du ministère de la santé, le général Eduardo Pazuello ayant été remplacé par le cardiologue Marcelo Queiroga. C'est le 4e ministre de la santé depuis le début de l'épidémie au Brésil. (ats)

Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La justice de l'ONU ordonne à Israël de stopper «immédiatement» son offensive
L'une de plus haute juridiction de l'ONU a ordonné vendredi à Israël de cesser son offensive à Rafah et exige du Hamas la libération des otages.

L'organe judiciaire principal des Nations Unies a ordonné vendredi à Israël de stopper son offensive militaire à Rafah, une décision susceptible d'ajouter à la pression internationale en faveur d'une trêve après plus de sept mois de guerre. Au Hamas, la CIJ demande la «libération immédiate et inconditionnelle» des otages retenus à Gaza.

L’article