DE | FR

Le Japon pousse les jeunes à consommer plus d'alcool

Une campagne incitant les jeunes à boire plus d'alcool a été lancée. L'objectif? Renflouer les caisses grâce à l'imposition sur la bouteille et ainsi relancer l'économie du pays.
19.08.2022, 09:2719.08.2022, 11:22

L'alcool fait vendre, et le Japon l'a bien compris. Comme le rapporte BFM TV jeudi, le pays a lancé une campagne afin d'inciter les jeunes à consommer davantage d'alcool. Pourquoi? Les banques de l'Etat sont vides. Ce dernier compte sur les taxes sur la boisson pour relancer son économie en difficulté.

Boire de l'alcool pour renflouer les caisses de l'Etat

Avec la campagne «Saké Viva!», le pays du Soleil-Levant vise les jeunes, et plus précisément les 20-39 ans. Le concept? Sonder leurs idées afin de faire revivre cette pratique délaissée, comme l'explique le média français. Avec «de nouveaux produits et de nouveaux designs», le gouvernement japonais espère faire revivre une habitude de consommation dans une société où l'alcool n'est plus célébré comme il a pu l'être par le passé.

Outre ce changement de consommation, le Japon estime que la pandémie et les confinements auraient eu un impact sur la consommation d'alcool à domicile.

Selon les chiffres rapportés par BFM TV, citant le Guardian, c'est la bière qui a chuté de manière drastique: ses ventes ont chuté de 20% en un an entre 2019 et 2020. Les conséquences sur l'économie du pays sont claires, les taxes sur l'alcool ont représenté 1,7% des revenus fiscaux nationaux en 2020 contre 3% en 2011 et 5% en 1980. (sia)

Les inondations au nord du Japon font des milliers de sans-abris

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Discours de Poutine: «Il maquille ses défaites, la Russie est dans un trou»
Vendredi, Vladimir Poutine a officiellement signé le rattachement de quatre territoires ukrainiens. Avant la ratification, il a offert un discours aux larges épaules, dans une salle comble et qui a duré presque une heure. «De la cosmétique, car la guerre n'est pas finie, au contraire», nous dit le politiste français Bertrand Badie.

C'est une suite quasi logique du simulacre de référendums organisés à la hâte et qui se sont tenus la semaine dernière dans quatre grandes régions de l'est de l'Ukraine. Ce vendredi, Vladimir Poutine a officialisé le rattachement de Donetsk. Lougansk, Zaporijjia et Kherson à la Russie.

L’article