larges éclaircies
DE | FR
International
Joe Biden

Biden vs Poutine, entre contre-attaque et main tendue

Biden vs Poutine, entre contre-attaque et main tendue

epa09135841 US President Joe Biden speaks from the Treaty Room in the White House, in Washington, DC, USA, on 14 April 2021, about the withdrawal of the remainder of US troops from Afghanistan. EPA/An ...
Image: sda
Joe Biden, le président américain, a annoncé, jeudi, une série de sanctions financières sévères contre la Russie et l'expulsion de dix diplomates russes, suscitant l'ire de Moscou. Il a aussi renouvelé sa proposition de sommet avec son homologue Vladimir Poutine.
16.04.2021, 02:1616.04.2021, 05:52
Plus de «International»

Biden reste ferme, mais tente tout de même de jouer la carte de l'apaisement avec son homologue russe. Depuis son arrivée à la Maison Blanche, le président américain avait fait savoir qu'il mettait au point sa riposte contre une série d'actes imputés à Moscou. La Russie a mené une cyberattaque géante et de nouvelles ingérences dans les élections américaines de l'an dernier.

Allant jusqu'à qualifier Vladimir Poutine de «tueur», il promettait d'être nettement plus ferme que son prédécesseur Donald Trump. L’ex-président américain est accusé de toutes parts de complaisance à l'égard de son homologue du Kremlin.

Biden a signé un décret suivi de sanctions immédiates. Il permettra aussi de punir à nouveau la Russie «si elle continue d'interférer dans notre démocratie». Il assure, toutefois, ne pas vouloir «déclencher un cycle d'escalade et de conflit».

Le Trésor américain a interdit aux institutions financières du pays d'acheter directement de la dette émise par la Russie après le 14 juin prochain. Il sanctionne également six sociétés technologiques russes accusées de soutenir les activités cyber du renseignement de Moscou.

«Soutien» occidental

En partenariat avec l'Union européenne, le Canada, le Royaume-Uni et l'Australie, le gouvernement américain impose aussi des sanctions à huit personnes et entités «associées à l'occupation et à la répression persistantes en Crimée».

«J’ai été clair avec Poutine, cette semaine, je lui ai dit qu’on aurait pu aller plus loin mais que j’ai choisi de ne pas le faire.»
Joe Biden lors de son discours sur les sanctions infligées à la Russie

De son côté, le département d'Etat américain a expulsé dix responsables de l'ambassade russe, accusés pour certains d'être des membres des services de renseignement de Moscou.

Ces sanctions s'ajoutent à une première série de mesures punitives annoncées en mars contre sept hauts responsables russes en réponse à l'empoisonnement et l'incarcération de l'opposant Alexeï Navalny.

L'ambassadeur américain convoqué

Il s'agit d'une des offensives les plus dures contre la Russie depuis l'expulsion de nombreux diplomates à la fin du mandat de Barack Obama. Et la réponse ne s'est pas fait attendre.

«Un tel comportement agressif recevra une forte rebuffade. La réponse aux sanctions sera inévitable»
Porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova

Moscou a aussi dit avoir convoqué l'ambassadeur américain John Sullivan pour «une conversation difficile». Or, ce dernier a assuré avoir été reçu à sa demande, lors d'une rencontre «professionnelle et respectueuse».

«Le moment de la désescalade est venu»

La Russie a aussi averti que ces sanctions n'allaient «pas favoriser» l'organisation d'un sommet Biden-Poutine, alors que les relations sont au plus bas entre les deux rivaux géopolitiques.

Biden a maintenu sa proposition de tenir cette première rencontre, faite lors d'une conversation téléphonique cette semaine avec son homologue russe. Il exhorte notamment Vladimir Poutine à «s'abstenir de toute action militaire» contre l'Ukraine, après le déploiement massif de troupes russes aux frontières ukrainiennes. Pour le président américain, «Le moment de la désescalade est venu». (ats/ga)

1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Ce clip de prévention italien a un sacré problème
L'Italie a récemment lancé une campagne contre l'usage du smartphone au volant. L'ennui? Les passagers ne portent pas de ceinture et tout le monde se moque du ministre des Transports.

L'Italie a lancé cette semaine une campagne pour dissuader les jeunes conducteurs d'utiliser leur smartphone au volant, en diffusant une vidéo où paradoxalement aucun des passagers ne porte de ceinture de sécurité. La vidéo fait beaucoup rire. Dans les images du ministère des transports, quatre jeunes femmes sont à bord d'une voiture, deux à l'avant, dont la conductrice, et deux à l'arrière. En tenue de soirée, elles discutent et plaisantent.

L’article