DE | FR

Biden vs Poutine, entre contre-attaque et main tendue

epa09135841 US President Joe Biden speaks from the Treaty Room in the White House, in Washington, DC, USA, on 14 April 2021, about the withdrawal of the remainder of US troops from Afghanistan.  EPA/Andrew Harnik / POOL

Image: sda

Joe Biden, le président américain, a annoncé, jeudi, une série de sanctions financières sévères contre la Russie et l'expulsion de dix diplomates russes, suscitant l'ire de Moscou. Il a aussi renouvelé sa proposition de sommet avec son homologue Vladimir Poutine.



Biden reste ferme, mais tente tout de même de jouer la carte de l'apaisement avec son homologue russe. Depuis son arrivée à la Maison Blanche, le président américain avait fait savoir qu'il mettait au point sa riposte contre une série d'actes imputés à Moscou. La Russie a mené une cyberattaque géante et de nouvelles ingérences dans les élections américaines de l'an dernier.

Allant jusqu'à qualifier Vladimir Poutine de «tueur», il promettait d'être nettement plus ferme que son prédécesseur Donald Trump. L’ex-président américain est accusé de toutes parts de complaisance à l'égard de son homologue du Kremlin.

Biden a signé un décret suivi de sanctions immédiates. Il permettra aussi de punir à nouveau la Russie «si elle continue d'interférer dans notre démocratie». Il assure, toutefois, ne pas vouloir «déclencher un cycle d'escalade et de conflit».

Les annonces de Joe Biden concernant les sanctions à l’encontre de la Russie.

Le Trésor américain a interdit aux institutions financières du pays d'acheter directement de la dette émise par la Russie après le 14 juin prochain. Il sanctionne également six sociétés technologiques russes accusées de soutenir les activités cyber du renseignement de Moscou.

«Soutien» occidental

En partenariat avec l'Union européenne, le Canada, le Royaume-Uni et l'Australie, le gouvernement américain impose aussi des sanctions à huit personnes et entités «associées à l'occupation et à la répression persistantes en Crimée».

«J’ai été clair avec Poutine, cette semaine, je lui ai dit qu’on aurait pu aller plus loin mais que j’ai choisi de ne pas le faire.»

Joe Biden lors de son discours sur les sanctions infligées à la Russie

De son côté, le département d'Etat américain a expulsé dix responsables de l'ambassade russe, accusés pour certains d'être des membres des services de renseignement de Moscou.

«Aujourd'hui, les États-Unis ont pris des mesures de grande portée contre le gouvernement russe en réponse à ses actes préjudiciables. Nous continuerons de demander à la Russie de rendre compte de ses actions contradictoires.» antony blinken, chef de la diplomatie américaine

Ces sanctions s'ajoutent à une première série de mesures punitives annoncées en mars contre sept hauts responsables russes en réponse à l'empoisonnement et l'incarcération de l'opposant Alexeï Navalny.

L'ambassadeur américain convoqué

Il s'agit d'une des offensives les plus dures contre la Russie depuis l'expulsion de nombreux diplomates à la fin du mandat de Barack Obama. Et la réponse ne s'est pas fait attendre.

«Un tel comportement agressif recevra une forte rebuffade. La réponse aux sanctions sera inévitable»

Porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova

Moscou a aussi dit avoir convoqué l'ambassadeur américain John Sullivan pour «une conversation difficile». Or, ce dernier a assuré avoir été reçu à sa demande, lors d'une rencontre «professionnelle et respectueuse».

«Le moment de la désescalade est venu»

La Russie a aussi averti que ces sanctions n'allaient «pas favoriser» l'organisation d'un sommet Biden-Poutine, alors que les relations sont au plus bas entre les deux rivaux géopolitiques.

Biden a maintenu sa proposition de tenir cette première rencontre, faite lors d'une conversation téléphonique cette semaine avec son homologue russe. Il exhorte notamment Vladimir Poutine à «s'abstenir de toute action militaire» contre l'Ukraine, après le déploiement massif de troupes russes aux frontières ukrainiennes. Pour le président américain, «Le moment de la désescalade est venu». (ats/ga)

Plus d'articles «Actu»

Nordahl Lelandais condamné à 20 ans de prison

Link zum Artikel

Taylor Swift première femme sacrée «icône mondiale» aux Brit Awards

Link zum Artikel

Les Belges voudraient copier notre fédéralisme, mais est-ce possible?

Link zum Artikel

Burnout, dépression, insomnies, les infirmières appellent à l'aide

Link zum Artikel

Plus d'articles concernant les Etats-unis

Les confidences du fils sulfureux de Joe Biden agitent les Américains

Link zum Artikel

Les Etats-unis évoquent un boycott des JO de Pékin

Link zum Artikel

Que penser des 65 premiers jours du Président Biden

Link zum Artikel

Un rapport de l'OMS sème le trouble entre la Chine et les USA

Link zum Artikel

L'état de santé d'Alexeï Navalny se détériore en prison

L'avocate de l'opposant russe Alexeï Navalny, qui purge actuellement une peine de deux ans et demi de prison, a tiré la sonnette d'alarme mercredi sur son état de santé.

L'état de santé du dissident russe, Alexeï Navalny, serait au plus bas, selon sa conseillère juridique. Elle avance également que l'opposant a pu voir un neurologue, mais ce dernier refuserait d'établir un diagnostic. Le spécialiste se contenterait de lui donner des cachets d'Ibuprofen, un médicament anti-inflammatoire.

L'avocate a ajouté qu'elle n'a pas pu avoir accès mercredi à son client, qui est détenu dans une colonie pénitentiaire de Pokrov, à 100 km à l'est de Moscou, réputée …

Lire l’article
Link zum Artikel