International
Joe Biden

Joe Biden insulté en direct à Noël par un pro-Trump

Alors qu'il suivait le vol du père Noël, Biden a été insulté par un pro-Trump

Le président des Etats-Unis a souhaité un joyeux Noël a un homme qui l'a insulté via une expression codée. Que Joe Biden ait compris ou non, il est resté impassible et la vidéo est devenue virale. Explications.
25.12.2021, 10:0826.12.2021, 09:27
Plus de «International»

Le président Joe Biden et son épouse Jill se sont pliés, la nuit du réveillon à la tradition de discuter avec quelques concitoyens appelant une ligne spéciale. Cette dernière est ouverte aux gens qui suivent la tournée du père Noël, gérée depuis 1955 par le Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (Norad). Oui, c'est très sérieux 👇.

Vers 9h45, samedi matin, le père Noël venait de survoler l'Alaska et était au-dessus de l'Océan pacifique.
Vers 9h45, samedi matin, le père Noël venait de survoler l'Alaska et était au-dessus de l'Océan pacifique.source: Norad
Image

Revenons à notre sujet. Le président américain Joe Biden a donc été insulté. Un père de famille a utilisé une expression codée populaire chez les partisans de l'ancien président Donald Trump.

Ce qu'il s'est passé

En vidéoconférence depuis la Maison Blanche, Joe et Jill Biden ont été mis en relation avec un homme disant s'appeler Jared, père de quatre enfants. Après avoir discuté avec ces derniers au sujet des cadeaux commandés et les avoir incités à se coucher avant minuit (pour ne pas surprendre le père Noël), Biden a parlé avec Jared soulignant notamment qu'ils avaient tous deux un fils prénommé Hunter.

Mettant fin à la conversation, le président américain a, ensuite, souhaité «un merveilleux Noël» à son interlocuteur, qui lui a répliqué «je vous souhaite également d'avoir un merveilleux Noël, joyeux Noël» avant d'achever ses propos par:

«Let's go Brandon»

Autrement dit, littéralement: «allez Brandon!». Ce à Joe Biden a répondu:

«'Let's go Brandon', je suis d'accord»

Le président américain est donc resté impassible. Vous aussi qui lisez ces lignes, vous vous demandez sans doute pourquoi cette phrase pose problème.

En vidéo ça donne ça:

Vidéo: watson

Mais alors pourquoi cette vidéo est-elle devenue virale? En réalité cette expression signifie «Fuck Joe Biden» («Biden, va te faire foutre») dans les milieux pro-Trump (et donc anti-Biden).

D'où vient cette phrase?

Tout a commencé par l'erreur d'une journaliste de la chaîne NBC interviewant, début octobre, le coureur automobile Brandon Brown après sa victoire sur un circuit Nascar. Elevant la voix pour couvrir la rumeur montant des tribunes, elle lance:

«Et vous pouvez entendre les chants de la foule: Vas-y Brandon!»

En fait, si vous écoutez attentivement, on peut entendre assez clairement la foule scander: «Fuck Joe Biden!».

A partir de là, l'expression «Let's Go Brandon» est rapidement devenue un slogan permettant d'insulter Joe Biden sans prononcer le «F word» (soit «fuck»), mot grossier proscrit.

Outre des partisans lambda de Donald Trump, des responsables politiques républicains de premier ordre ont même repris cette formule.

Est-ce que Joe Biden a compris?

Difficile à dire. S'il n'a pas été possible de déterminer dans l'immédiat si le président avait saisi la référence, on peut supposer que oui. Jill Biden a, en revanche, eu un rire gêné et une mimique avec ses yeux.

L'extrait vidéo de cet échange est devenu viral sur les réseaux sociaux, certains internautes saluant le président pour être resté impassible. (jah/ats)

Commander, le nouveau chiot de Joe Biden
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Attentat de Nice: le verdict est tombé
La cour d'assises spéciale de Paris a rendu jeudi son verdict en appel contre deux accusés jugés pour leur rôle présumé dans l'attentat du 14 juillet 2016, à Nice.

Des peines de 18 ans de réclusion criminelle, assorties d'une peine de sûreté des deux tiers, ont été prononcées jeudi par la cour d'assises spéciale de Paris contre les deux accusés jugés en appel au procès de l'attentat de Nice qui a fait 86 morts le 14 juillet 2016.

L’article