ciel couvert
DE | FR
International
Journalisme

La grève prend fin au Journal du dimanche: le dilemme des journalistes

Fin de la grève au JDD: les journalistes face à un dilemme

A poster advertising for the Journal du Dimanche, know as JDD , is seen outside the Lagardere News headquarters Tuesday, Aug. 1, 2023 in Paris. The journalists of French emblematic Sunday newspaper Le ...
La fin du mouvement a été approuvée par 94% de la rédaction. Image: AP
La rédaction du Journal du dimanche s'est battue pendant 40 jours pour ne pas être dirigée par un journaliste d'extrême droite. La grève prend fin aujourd'hui, laissant les employés devant un choix déchirant: rester ou partir.
01.08.2023, 16:0301.08.2023, 17:23
Plus de «International»

Un accord a été conclu pour mettre fin à la grève au Journal du dimanche (JDD), ont annoncé mardi le groupe Lagardère, son propriétaire, et la rédaction. Les journalistes protestaient depuis le 22 juin contre la nomination de Geoffroy Lejeune comme directeur.

Le site du JDD doit reprendre son activité dès ce mardi, jour officiel de la prise de fonctions de Geoffroy Lejeune, et la version papier du journal revenir dans les kiosques «à partir de mi-août», a précisé Lagardère dans un communiqué. Il ajoute encore:

«L'accord prévoit également la mise en place de conditions d'accompagnement pour les journalistes qui souhaiteraient quitter la rédaction»

Partir ou rester?

Dans un communiqué distinct, la Société des journalistes (SDJ) du JDD a indiqué que l'accord avait été signé «dans la nuit de lundi à mardi». Par conséquent, la grève a été levée mardi matin. La fin du mouvement a été approuvée par 94% de la rédaction (82 voix pour, 5 contre, 3 ne se prononcent pas).

«Il nous coûte de le reconnaître, particulièrement auprès de nos lecteurs: si nous avons remis sur la place publique l'enjeu de l'indépendance des rédactions, face à notre actionnaire, nous n'avons pas gagné», a souligné la SDJ dans ce texte au ton amer.

«Aujourd'hui, Geoffroy Lejeune prend ses fonctions. C'est dans une rédaction vide qu'il entrera. Des dizaines de journalistes refusent de travailler avec lui et devraient quitter le JDD»
Société des journalistes (SDJ)

«Dans les prochaines heures, nous serons confrontés à un dilemme douloureux: partir ou rester», a ajouté la SDJ.

«Partir, c'est dire adieu à un titre qui, pour beaucoup d'entre nous, était devenu une deuxième famille. Rester, c'est reprendre le travail dans une rédaction dénaturée. Dans tous les cas, ce sera un choix de combat.»
Société des journalistes (SDJ)

Une grève inédite

La rédaction était en grève depuis 40 jours, une durée inédite, pour protester contre l'arrivée à sa tête de Geoffroy Lejeune, 34 ans, ex-directeur de la rédaction de l'hebdomadaire d'extrême droite Valeurs actuelles.

Même si Arnaud Lagardère, le patron du groupe, s'en défend, nombre d'observateurs voient dans cette nomination la main du milliardaire Vincent Bolloré, aux opinions réputées ultra-conservatrices. Vivendi, groupe de Vincent Bolloré, est en effet en train d'absorber Lagardère. (baf/ats)

Revivez la finale du Mondial Argentine - France en images
1 / 19
Revivez la finale du Mondial Argentine - France en images
source: epa / friedemann vogel
partager sur Facebookpartager sur X
Au cœur de la violence policière après le 49.3
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Le Kremlin l'a tué»: des milliers de Russes aux funérailles de Navalny
Venus en nombre avec des fleurs, pour certains en pleurs ou avec les larmes aux yeux, les soutiens de Navalny présents ont scandé «Non à la guerre!», «Nous ne t'oublierons pas !» ou encore «Nous ne pardonnerons pas».

L'opposant russe Alexeï Navalny a été enterré vendredi dans un cimetière de Moscou en présence de milliers de ses partisans venus rendre un dernier hommage au principal détracteur du Kremlin, mort dans des circonstances troubles dans une prison de l'Arctique.

L’article