DE | FR

Le créateur de l'antivirus McAfee s'est suicidé en prison

John McAfee, le créateur de l'antivirus éponyme s'est suicidé en prison

Image: AP

John McAfee, le créateur américain du célèbre logiciel antivirus éponyme, s'est suicidé dans une prison espagnole. Un tribunal venait d'ordonner son extradition aux Etats-Unis où il est accusé de fraude fiscale.



«Il a été retrouvé mort dans sa cellule, apparemment il s'est suicidé», a expliqué une porte-parole des autorités pénitentiaires de Catalogne, la région du nord-est de l'Espagne où il était détenu.

Devenu gourou des cryptomonnaies, l'homme d'affaires John McAfee avait été arrêté en octobre 2020 à l'aéroport de Barcelone puis placé en détention provisoire. Le feu vert de l'Audience nationale, tribunal notamment chargé des procédures d'extradition, pouvait encore faire l'objet d'un recours judiciaire et l'extradition devait aussi être approuvée par le gouvernement espagnol, précise le jugement du tribunal.

John McAfee, 75 ans, avait été arrêté au lendemain de la publication par un procureur américain d'un acte d'accusation le visant pour avoir omis de déclarer des millions de dollars de revenus issus de la promotion de cryptomonnaies, de services de consultant, de conférences ainsi que de droits vendus pour qu'un documentaire sur sa vie puisse être réalisé.

Selon la justice américaine, John McAfee aurait aussi dissimulé des biens, notamment immobiliers, un yacht et une voiture en les mettant également au nom d'autres personnes. Les autorités américaines avaient lancé un mandat d'arrêt via Interpol et demandé son extradition. (ats/afp)

Plus d'articles «International»

50°C à l'ombre au Canada, la faute à un «dôme de chaleur». Explications

Link zum Artikel

Détournés, abattus, sabotés, les avions sont de vraies armes politiques

Link zum Artikel

Non-vacciné? Préparez vos narines pour visiter la France cet été

Link zum Artikel

L'Italie a-t-elle un (gros) problème avec ses infrastructures?

Link zum Artikel

Israël se sent menacé par le variant Delta

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

2 ans de prison pour une Danoise qui contestait les mesures sanitaires

La semaine passée, un tribunal a condamné une mère de famille à deux ans de prison ferme, pour avoir appelé «à détruire la ville de manière non-violente», lors d'une manifestation. Une décision qui suscite un tollé au Danemark.

Deux ans de prison ferme pour atteinte grave à l’ordre public et incitation à la violence contre la police. Voilà la sentence prononcée, la semaine passée, par un tribunal danois, à l'encontre d'une manifestante ayant lancé à la foule: «Etes-vous prêts à détruire la ville de manière non violente? Juste pour faire prendre conscience que nous sommes contre ce confinement du gouvernement.» La trentenaire avait également cherché à poursuivre la manifestation, une fois celle-ci dissoute.

Racontée …

Lire l’article
Link zum Artikel