DE | FR

Le juge qui a condamné le président brésilien Lula déclaré «partial»

Lula da Silva peut désormais se présenter face à Jair Bolsonaro, l’année prochaine.
Lula da Silva peut désormais se présenter face à Jair Bolsonaro, l’année prochaine. Image: EPA EFE
Le principal fait d'armes de ce magistrat avait été la condamnation de Lula pour corruption... avant de devenir ministre de la Justice de de l'actuel président brésilien, Jair Bolsonaro.
24.03.2021, 05:4524.03.2021, 06:01

Le juge Sergio Moro, à l'origine de la première condamnation de Luiz Inacio Lula da Silva pour corruption, a été déclaré «partial». La décision a été prise mardi 23 mars, par trois voix à deux, à la Cour suprême du Brésil. Une nouvelle victoire judiciaire pour l'ex-président de gauche.

Lula, 75 ans, avait déjà vu l'ensemble de ses condamnations annulées pour vice de forme par un juge de cette même Cour suprême il y a deux semaines. Il redevient ainsi éligible pour affronter le président d'extrême droite Jair Bolsonaro lors du scrutin de 2022.

La décision est une défaite pour «Lavage express» («Lava Jato»), plus grande enquête anti-corruption de l'histoire du pays, dont le juge Moro était la figure de proue. Son impartialité avait été mise en doute quand il avait accepté fin 2018 de devenir le ministre de la Justice de Jair Bolsonaro. Il avait démissionné avec fracas en avril 2020 de son poste, en dénonçant des ingérences du président.

Pourquoi Lula a été condamné?

L'ancien président Lula avait été condamné en première instance en juillet 2017. Il était accusé d'avoir reçu un triplex en bord de mer en l'échange de faveurs dans l'attribution de marchés publics. Après avoir été condamné en appel, il avait purgé 18 mois de réclusion, avant d'être libéré sur une autre décision de la Cour suprême. Avant d'être incarcéré, il faisait figure de favori à la présidentielle finalement remportée par Jair Bolsonaro.

Même s'il assure ne «pas avoir la tête à la candidature de 2022», le retour de Lula dans l'arène politique a totalement rebattu les cartes. Un duel de titans se profilerait contre Jair Bolsonaro l'an prochain. Lula n'a cessé d'attaquer le bilan du dirigeant d'extrême droite, notamment ses «décisions imbéciles» dans sa gestion chaotique de la crise sanitaire du Covid-19, qui a fait près de 300 000 morts au Brésil. (ga/ats)

Plus d'articles «International»

50°C à l'ombre au Canada, la faute à un «dôme de chaleur». Explications

Link zum Artikel

Détournés, abattus, sabotés, les avions sont de vraies armes politiques

Link zum Artikel

Non-vacciné? Préparez vos narines pour visiter la France cet été

Link zum Artikel

L'Italie a-t-elle un (gros) problème avec ses infrastructures?

Link zum Artikel

Israël se sent menacé par le variant Delta

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Procès du 13-Novembre: «Les victimes ne voulaient du mal à personne»
Le procès des attentats du 13-Novembre 2015 s'est poursuivi ce lundi, avec la prise de parole des avocats des familles des victimes. Une plaidorie collective qui a pris une forme totalement inédite.

«Nous allons donc vous présenter autre chose, une autre forme de plaidoirie, inédite, à laquelle ont participé une centaine d'avocats»: les mots de maître Frédérique Giffard, avocat indépendant, face à la cour d'assises spéciale de Paris, ce lundi.

L’article