DE | FR
epa08587056 A mural by artist J. Warx depicting Emeritus Spanish King Juan Carlos has appeared at a wall in a street in Valencia, Spain, 06 August 2020, days after the former monarch announced his decision to leave the country amid a scandal of alleged corruption investigations. EPA/Biel Ali

Juan Carlos s'est réfugié à Abu Dhabi en août 2020. Image: EPA EFE

L'ex-roi Juan Carlos essaie de calmer le fisc à coup de millions

Exilé à Abu Dhabi, l'ex-monarque d'Espagne a versé près de 4,4 millions d'euros pour régulariser des vols en jet privé.



L'ancien roi d'Espagne Juan Carlos a versé près de 4,4 millions d'euros au fisc afin de régulariser sa situation. Exilé à Abu Dhabi depuis 2020, il est visé par trois enquêtes judiciaires.

Ce versement a pour but de régulariser des vols en jet privé qui avaient été payés par une fondation basée au Liechtenstein, appartenant à l'un de ses cousins éloignés.

Juan Carlos, c'est qui?

Né en 1938, Juan Carlos est proclamé roi d'Espagne en novembre 1975, peu après la mort du dictateur Francisco Franco. Après plusieurs scandales liés à son train de vie et à des affaires d'infidélités, il abdique en 2014. Soupçonné de corruption, il s'envole pour Abu Dhabi six ans plus tard.

Pas la première fois

C'est la deuxième fois que Juan Carlos règle ainsi ses dettes avec l'administration fiscale.

En décembre, il avait déjà versé près de 680 000 euros, une régularisation liée à une enquête anti-corruption. Celle-ci portait sur l'utilisation de cartes de crédit liées à des comptes bancaires aux noms d'un entrepreneur mexicain et d'un officier de l'armée de l'air espagnole. (ats)

Plus d'articles d'«Actu»

L'UDC et le PLR se clashent sur Twitter au sujet des restrictions

Link zum Artikel

Des centaines d'opposants aux mesures sanitaires ont manifesté à Altdorf

Link zum Artikel

La recherche néglige la santé des femmes

Link zum Artikel

Ça y est, l'hélico de la Nasa devrait voler sur Mars ce lundi

Link zum Artikel

L'ex-juge brésilien Sergio Moro confirmé partial envers Lula

La Cour suprême du Brésil réunie en session plénière a confirmé jeudi 22 avril la décision de sa deuxième chambre déclarant l'ex-juge Sergio Moro de «partial» dans le procès pour corruption qui avait conduit l'ex-président Lula en prison.

Une victoire de plus pour Lula, et un revers de médaille pour Bolsonaro. La Cour suprême conforte ainsi sa décision prise le 15 avril, également en séance plénière, confirmant l'annulation des condamnations de l'ex-président de gauche (2003-2010), le rendant éligible pour la présidentielle de 2022.

Bien que le débat ait tourné autour de questions techniques et non de la partialité de Sergio Moro, cette décision renforce encore le discours de l'ancien président de gauche (2003-2010). Lula se …

Lire l’article
Link zum Artikel