DE | FR
Juan Carlos s'est réfugié à Abu Dhabi en août 2020.
Juan Carlos s'est réfugié à Abu Dhabi en août 2020.Image: EPA EFE

L'ex-roi Juan Carlos essaie de calmer le fisc à coup de millions

Exilé à Abu Dhabi, l'ex-monarque d'Espagne a versé près de 4,4 millions d'euros pour régulariser des vols en jet privé.
26.02.2021, 12:52

L'ancien roi d'Espagne Juan Carlos a versé près de 4,4 millions d'euros au fisc afin de régulariser sa situation. Exilé à Abu Dhabi depuis 2020, il est visé par trois enquêtes judiciaires.

Ce versement a pour but de régulariser des vols en jet privé qui avaient été payés par une fondation basée au Liechtenstein, appartenant à l'un de ses cousins éloignés.

Juan Carlos, c'est qui?
Né en 1938, Juan Carlos est proclamé roi d'Espagne en novembre 1975, peu après la mort du dictateur Francisco Franco. Après plusieurs scandales liés à son train de vie et à des affaires d'infidélités, il abdique en 2014. Soupçonné de corruption, il s'envole pour Abu Dhabi six ans plus tard.

Pas la première fois

C'est la deuxième fois que Juan Carlos règle ainsi ses dettes avec l'administration fiscale.

En décembre, il avait déjà versé près de 680 000 euros, une régularisation liée à une enquête anti-corruption. Celle-ci portait sur l'utilisation de cartes de crédit liées à des comptes bancaires aux noms d'un entrepreneur mexicain et d'un officier de l'armée de l'air espagnole. (ats)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'Oklahoma vote une loi bannissant l'avortement dès la fécondation
Si le texte est signé par le gouverneur, il fera de l'Etat du sud des Etats-Unis le plus restrictif en matière d'IVG.

Le Parlement de l'Oklahoma a adopté jeudi une loi interdisant tout avortement dès la fécondation. Cette décision fait de ce bastion conservateur du sud des Etats-Unis l'Etat possédant la réglementation la plus restrictive en matière d'interruption volontaire de grossesse.

L’article