DE | FR

Avec Vjosa Osmani, le Kosovo entre dans une nouvelle ère

epa09116014 Newly elected Kosovo President Vjosa Osmani gestures after she was sworn-in at the parliament in Pristina, Kosovo, 04 April 2021.  EPA/VALDRIN XHEMAJ

Vjosa Osmani a prêté serment lors d’une session parlementaire à Pristina, le 4 avril 2021. Image: sda

Vjosa Osmani, 38 ans, est une professeure de droit qui appartient à une nouvelle génération politique dans le territoire des Balkans, et qui s’engage à éradiquer la corruption généralisée.



Vjosa Osmani, une juriste de 38 ans très populaire, a été élue présidente du Kosovo dimanche 4 avril, pour un mandat de cinq ans. Avec elle, le Kosovo entre dans une nouvelle ère politique.

Les législatives de février avaient fini d’entériner la chute de la vieille garde des commandants indépendantistes de la guerre, contre les forces serbes à la fin des années 1990.

La victoire est restée incertaine jusqu’au dernier moment, du fait du boycott de la séance parlementaire par des partis d’opposition, en particulier les formations des anciens guérilleros et par des représentants de la minorité serbe.

« Les femmes ont le droit d’être là où elles le veulent »

Vjosa Osmani, après son élection.

Cette élection confirme la montée en puissance des femmes sur la scène politique de l’ancienne province de Belgrade, qui a déclaré son indépendance en 2008. Le gouvernement actuel compte six femmes ministres sur 15, soit un niveau jamais atteint dans un territoire où les idées patriarcales sont profondément enracinées. Sur 120 députés, un tiers sont des femmes.

500 euros par mois

50% de chômage

La nouvelle équipe aura fort à faire dans un Kosovo miné par les maux économiques et sociaux, où le salaire moyen est de 500 euros et où les jeunes, confrontés à un taux de chômage de 50 %, cherchent massivement leur salut dans l’émigration en Suisse ou en Allemagne.

Albin Kurti et Vjosa Osmani ont promis la « justice et des emplois » mais aussi d’intensifier les efforts pour obtenir des vaccins contre la pandémie du coronavirus, qui a fait plus de 1 900 morts et submerge des services de santé fragiles. (ga)

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

La Suisse aussi prend des risques avec la vaccination

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

Face au Covid, une Suisse à deux vitesses se profile

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

A Neuchâtel, une initiative pour booster la parité sur les listes électorales

Le PS neuchâtelois a lancé une initiative populaire lundi. Celle-ci vise à obliger les partis à présenter des listes électorales où des quotas de femmes sont respectés.

Un pourcentage de femmes obligatoire sur les listes des élections au Parlement du canton. Puis, un jour, la parité. C'est ce que veut le parti socialiste neuchâtelois. Ce lundi, il a lancé une initiative populaire cantonale en ce sens, selon Arcinfo.

Soutenu par Solidarités, le texte parle d'une mesure contraignante qui se mettrait sur pied petit à petit et serait limitée dans le temps.

Pour les prochaines élections au Grand conseil, en 2025, les partis devraient proposer 40% de femmes. En …

Lire l’article
Link zum Artikel