DE | FR
Image: Shutterstock

«Mon pays se meurt», le témoignage fort de Mika sur le Liban

Le chanteur britannico-libanais a pris la défense de son pays natal dans une tribune touchante pour le journal Le Monde. Mika appelle la communauté internationale et les organisations humanitaires à venir en aide au Liban.
04.05.2021, 18:1705.05.2021, 16:20
Suivez-moi

«Par ce texte, je me fais le modeste porte-voix de tous ceux qui ne parlent plus, de tous ceux qu’on n’entend plus. Ne laissez pas un pays mourir. Ne laissez pas gagner les prédateurs.» Ce mardi, le chanteur et parolier Mika a publié une tribune forte dans Le Monde pour décrire la situation catastrophique traversée par le Liban et pour appeler la communauté internationale à agir.

«Ce sont mes frères qui se battent simplement pour avoir un toit, pour manger, pour être soignés. La famine guette.»
Mika

Il y a neuf mois, Beyrouth, sa ville natale, était secouée par la gigantesque explosion de plusieurs centaines de tonnes de nitrate d’ammonium stockées depuis des années dans un entrepôt du port. Et même si l'enquête piétine, le bilan humain est lui impressionnant: 200 morts et 6500 blessés. «Cette parodie de justice, c’est comme une deuxième explosion, une deuxième mort pour les victimes et leurs familles», regrette Mika dans son témoignage.

L'explosion qui a ravagé Beyrouth en août 2020

Mais le Liban est frappé par de nombreuses autres catastrophes assure le chanteur: la crise économique, la pandémie de coronavirus (6000 morts en un an) et la corruption de ses élites:

«Mon pays se meurt, et la communauté internationale ferme les yeux. Mais qu'il est difficile de se lever pour et dans un pays qui n’est pas le sien, contre l’inertie d’une classe dirigeante corrompue trop occupée à compter ses liasses de billets verts. Quand il ne restera que des cendres au pays du Cèdre, ils seront encore capables de se battre pour que le plus gros tas leur appartienne!»

Mika confie également que, enfant, sa mère lui répétait sans cesse que peu importe les «fracas de l'histoire», le Liban s'en sort toujours. Aujourd'hui, il reconnaît qu'il doute parfois: «Et si, derrière l’effroi et la colère, le courage et la résilience n’étaient plus un remède miracle? Et si Beyrouth la magnifique ne venait pas à bout de ses ennemis qui la dévorent?»

Retour de la neige en Suisse ce 2 mai

1 / 17
Retour de la neige en Suisse ce 2 mai
source: sda / urs flueeler
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Bande annonce de League Of Legends sur Netflix

Plus d'articles «Actu»

A Bâle, le procès pour viol n'a pas fini de faire parler

Link zum Artikel

Le nouvel outil anti pédocriminalité d'Apple est accusé d'espionnage

Link zum Artikel

Profitez de la nouvelle saison de La Casa de Papel… car c'est la dernière

Link zum Artikel

La mort d'un prêtre provoque une crise politique en France

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'Ukraine est la star du Festival de Cannes
L'Ukraine était dans tous les esprits pour la seconde journée de compétition, entre film posthume qui montre le pays sous les bombes, polémique sur la participation du Russe Kirill Serebrennikov et une patrouille aérienne jugée «traumatisante».

Ce sont des images récentes de la vie à Marioupol, assiégée par les Russes, que les festivaliers ont découvertes jeudi sur grand écran lors d'une séance spéciale de Mariupolis 2, du Lituanien Mantas Kvedaravicius. Le réalisateur a été tué fin mars en Ukraine, à l'âge de 45 ans. Il tentait de quitter la ville martyre, devenue un symbole de la résistance ukrainienne.

L’article