DE | FR

Au Liban, la monnaie chute et la colère monte

A boy jumps over burning tires that were set on fire to block a road, during a protest in Beirut, Lebanon, Tuesday, March 2, 2021. Scattered protests broke out in different parts of Lebanon Tuesday after the Lebanese pound hit a record low against the dollar on the black market, a sign of the country's multiple crises deepening with no prospects for a new Cabinet in the near future. (AP Photo/Hassan Ammar)

Image: AP

Le pays est englué dans sa pire crise économique depuis plusieurs décennies. Des rassemblements ont eu lieu dans plusieurs régions, où des manifestants en colère sont descendus dans la rue.



En plein effondrement économique, le Liban n’en finit pas de s’enfoncer dans le chaos. La livre libanaise a atteint mardi un minimum historique, avec une valeur aux alentours de 10 000 livres pour 1 dollar, suscitant la colère de la rue.

En temps normal, la monnaie locale reste indexée au taux de 1507 livres pour un dollar, et il en est ainsi depuis plus de deux décennies. Mais depuis l’automne 2019, la livre subit une dégringolade sans précédent.

Dans une impasse

Et pour cause, le Liban est englué dans la pire crise économique de son histoire, laquelle est aggravée par une impasse politique ainsi que par la pandémie. Ce minimum que connaît la livre libanaise a provoqué la colère de la rue: des rassemblements ont eu lieu dans plusieurs régions du pays, où de nombreux manifestants en colère ont bloqué des routes à l’aide de pneus incendiés et de bennes à ordures renversées.

Les hashtags #dollar et #marchénoir arrivaient en tête des tendances Twitter, au Liban, mardi.

«La livre du Liban s’effondre davantage, l’impasse politique se poursuit et aucune politique pour enrayer l’effondrement », a écrit sur Twitter l’analyste Maha Yahya, du Centre Carnegie pour le Moyen-Orient.

Le pays attend depuis plus de six mois la formation d’un nouveau cabinet. Le gouvernement actuel a démissionné après l’explosion meurtrière et dévastatrice du 4 août survenue au port de Beyrouth qui a fait plus de 200 morts et des milliers de blessés.

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

Le président turc humilie la présidente européenne

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

Les cas Covid explosent et des millions d'Indiens continuent la fête

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Le Covid a fait perdre des milliards au géant du bureau partagé Wework

Le géant des bureaux partagés WeWork a perdu 3,2 milliards de dollars (trois milliards de francs) en 2020, alors que la pandémie de Covid-19 freinait ses activités.

L'entreprise cherche à lever un milliard de dollars pour sa survie. Pour y parvenir, Wework envisage notamment de fusionner avec la société Bowx Acquisition Corp. Une coquille vide entrée en bourse l'an dernier dans le but de réaliser de futures acquisitions et faire ses premiers pas à Wall Street. Une valorisation de près de 9 milliards de dollars, dette comprise, d’après le Financial Times.

Créée en 2010, la société s'est construite sur un modèle de bureaux partagés. Start-up à l'image …

Lire l’article
Link zum Artikel