International
Liban

Attaques du Hezbollah, lsraël va-t-il faire la guerre au Liban?

«Il est temps que tout le Liban brûle»: la tension monte en Israël

Israël ne se bat pas seulement contre le Hamas, mais aussi contre le Hezbollah. Des attaques se produisent régulièrement à la frontière avec le Liban.
06.06.2024, 18:5107.06.2024, 07:51
Lisa Schneider, Jérusalem / ch media
Plus de «International»

Les vidéos partagées sur les réseaux sociaux depuis Israël montrent une fumée épaisse, des flammes de plusieurs mètres de haut, des étincelles qui jaillissent – et les silhouettes noires des arbres en flammes sur un ciel sombre. Le feu a duré 48 heures près de Qiryat Shemona, une petite ville située dans le nord d'Israël. L'élément déclencheur: des tirs de roquettes du Hezbollah depuis le Liban, qui se trouve à peine à deux kilomètres.

Image

La milice, que soutient l'Iran, a tiré des dizaines de projectiles sur Israël ce week-end. En raison de la sécheresse dans le pays – dans de nombreuses régions, les températures ont récemment dépassé les 30°C –, cela a déclenché des incendies.

Au total, près de 10 kilomètres carrés ont été touchés. Ce n'est que mardi matin que la plupart des incendies ont pu être maîtrisés. Du moins jusqu'à ce qu'une autre attaque de roquettes en provenance du Liban déclenche d'autres incendies.
240604 -- KIRYAT SHMONA, June 4, 2024 -- Smoke and fire are seen after Lebanese rocket attacks in forests near Kiryat Shmona, Israel on June 3, 2024. Two members of the Lebanese armed group Hezbollah  ...
Fumée et flammes s'élèvent des forêts proches de Qiryat Shemona, suite aux tirs de roquettes libanaises du 3 juin 2024.Image: www.imago-images.de

Onze personnes ont été légèrement blessées. S'il n'y en a pas eu plus, c'est aussi parce que toute la région a été évacuée depuis octobre dernier. Ceci à cause des attaques du Hezbollah. Leurs habitants ont trouvé refuge dans des hôtels et des appartements loués par des particuliers plus au sud. Ils continuent à protester contre leur exil forcé – et doutent que le gouvernement israélien ait un plan qui leur permettrait de retourner chez eux en toute sécurité.

Une guerre inévitable

Le premier ministre Benjamin Netanyahou se dit prêt à une réponse «extrêmement puissante» aux attaques du Hezbollah, comme il l'a déclaré lors d'une visite dans la région mercredi. Savoir s'il y aura une invasion du Liban est une question récurrente depuis octobre. Maintenant que les attaques du Hezbollah se multiplient, elle devient plus pressante. Les troupes sont prêtes, selon Herzi Halevi, chef de l'armée israélienne.

Israël bombarde régulièrement le sud du Liban.
Israël bombarde régulièrement le sud du Liban.Image: EPA

Ceux qui pensent pouvoir faire du mal à Israël et s'en sortir se trompent, comme l'a déclaré Benjamin Netanyahou lors de sa visite. Mais Shadi Khalloul, un chrétien arabophone qui a longtemps servi dans l'armée et qui milite pour l'intégration de la minorité chrétienne dans la société israélienne, fait le constat suivant: le Hezbollah semble quand même s'en sortir. Il demande au gouvernement de «sauver ce qu'il reste de la région». Chaque jour, la situation s'aggrave – «une guerre est inévitable». Le leader de l'opposition, Yaïr Lapid, écrit sur X:

«Le gouvernement n'a aucun plan pour l'avenir à Gaza, aucun plan pour le retour des habitants au nord, aucune gestion, aucune stratégie»

La pression monte sur Israël

Après huit mois de guerre à Gaza – entamée avec la prémisse de détruire le Hamas et de libérer les plus de 200 otages israéliens capturés le 7-Octobre – les succès sont minces: seuls trois d'entre eux ont pu être sauvés par l'armée au fil du temps. Et les troupes continuent à se battre aux mêmes endroits.

Il s'agit de lieux qui sont considérés comme évacués, comme à Khan Younès dans le centre de Gaza. La tactique de l'armée, qui consiste à libérer des zones du Hamas, se retirer, attendre le retour des combattants et à les affronter à nouveau sur place, ne fonctionne pas, comme le critiquent de nombreux analystes.

Pour les civils palestiniens de Gaza, la guerre menée par Israël a en outre des conséquences catastrophiques: on leur demande régulièrement d'évacuer vers des zones où les combats se poursuivent. Il arrive aussi qu'ils soient ainsi poussés vers des régions contrôlées par le Hamas.

L'ultimatum expire bientôt

La situation humanitaire est également extrêmement critique: les organisations humanitaires mettent en garde contre les maladies, la faim et le manque de soins médicaux dans les hôpitaux restants. Cela fait également augmenter la pression diplomatique internationale sur Israël. Aujourd'hui encore, Benjamin Netanyahou ne sait pas comment vaincre le Hamas et à quoi ressemblera la bande de Gaza de l'après.

Il y a environ deux semaines, Benny Gantz, ministre du cabinet de guerre, lui a lancé un ultimatum: le président israëlien doit clarifier six points stratégiques importants. Parmi eux, la manière dont le retour au nord sera organisé et comment le Hamas peut être vaincu. L'ultimatum expire le 8 juin.

Si Benjamin Netanyahou laisse passer ce délai, Benny Gantz compte se retirer du cabinet de guerre. Il resterait alors surtout le gouvernement d'avant le 7-Octobre – et donc des partisans de la droite dure comme Itamar Ben Gvir, le ministre de la Sécurité publique. Selon le Times of Israel, celui-ci a souligné mardi: «Il est temps que tout le Liban brûle».

Traduit et adapté par Tanja Maeder

L'attaque du Hamas contre Israël, en images

1 / 12
L'attaque du Hamas contre Israël, en images
Des habitants de la ville d'Ashkelon, dans le sud d'Israël, évacués par la police.
source: ap / tsafrir abayov
partager sur Facebookpartager sur X
Tsahal révèle en vidéo un bunker du Hamas sous l’hôpital Al-Shifa
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pékin donne des cours d'autoritarisme dans les pays en développement
La Chine promeut son système autoritaire à travers des séminaires et des formations pour des fonctionnaires d'Afrique et d'Amérique latine, selon un think tank américain.

La Chine promeut les vertus de son système politique autoritaire par le biais de séminaires et de cours de formation destinés à des fonctionnaires de pays africains et d'Amérique latine, selon un influent groupe de réflexion américain.

L’article