DE | FR

Attention aux insectes dans votre assiette

Avez-vous déjà mangé des insectes à l'apéro? Ou peut-être que cette tendance vous dégoûte. Dans tous les cas, méfiez-vous. Une étude écossaise prouve que la vente non-contrôlée de ces produits menace la biodiversité.
21.05.2022, 11:4022.05.2022, 10:02
Une étude vient de prouver que la vente d'insectes comestibles est sans contrôle et nuit à la biodiversité.
Une étude vient de prouver que la vente d'insectes comestibles est sans contrôle et nuit à la biodiversité.

Le commerce mondial d'arachnides, mygales et scorpions empereur en tête, s'effectue sur Internet quasiment sans aucune visibilité ni contrôle, selon une étude. Elle pointe du doigt son caractère largement illégal et les menaces sur la biodiversité.

La popularité croissante du commerce d'«animaux exotiques» du groupe des invertébrés a «quasiment conduit des espèces diverses à l'extinction», remarque l'étude publiée jeudi dans Nature communications biology.

Ses auteurs, menés par Benjamin Marshall de l'université britannique de Sterling, ont recensé le commerce mondial de plus de 1200 espèces d'arachnides, à partir de 111 sites en ligne fonctionnant en neuf langues sur un mois à l'été 2021.

Les trois quarts des arachnides proposés en ligne étaient des araignées et le reste essentiellement des scorpions. Plus de 400 espèces de mygales étaient disponibles et plus de 200 espèces de scorpions Buthidae.

«Cool» et «petits»

L'étude estime que la nouveauté et le caractère unique de certaines espèces sont souvent mis en avant pour faciliter leur vente, particulièrement s'agissant des mygales et araignées sauteuses. Certains sites proposent désormais des «boîtes mystères» d'araignées, dont le futur propriétaire découvrira le contenu en l'ouvrant.

Au manque de réglementation concernant les espèces commercialisées, s'ajoutent des effets propres aux caractéristiques de ces animaux. Ils sont considérés comme «cool», selon l'étude. Le peu d'espace qu'ils exigent les rend, en outre, particulièrement adaptés à des habitats urbains.

Leur commerce a connu un regain d'intérêt avec les périodes de confinement dues à l'épidémie de Covid-19, selon l'étude. Cet intérêt a été grandement facilité par la possibilité de se faire livrer, y compris illégalement, un animal par la poste.

Un risque d'extinction

Les trois quarts des espèces d'arachnides offertes à la vente en ligne ne sont pas répertoriées dans les registres de commerce de la CITES ou du LEMIS. Le phénomène est d'autant plus préoccupant pour la biodiversité que beaucoup d'espèces récemment répertoriées par la science sont déjà commercialisées, ce qui complique la possibilité d'étudier leur distribution.

Beaucoup d'arachnides étant prélevés directement dans la nature et non pas élevés, ses auteurs craignent que «nombre d'espèces d'araignées et de scorpions ne courent vers l'extinction». (ats/myrt)

Encore envie de goûter à la vie? 👇

1 / 35
Les terribles illustrations des recettes vintage
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus de news complètement insolites...

Gagner 6 000 francs en regardant Les Simpson? C'est possible!

Link zum Artikel

Cette position du Kamasutra est «la plus dangereuse du monde»

Link zum Artikel

La voyante ne tient pas ses promesses, il porte plainte

Link zum Artikel

Voici ce qu'il se passe quand des drones s'écrasent au sol

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Cour suprême des Etats-Unis s'en prend maintenant au climat
La très conservatrice Cour suprême des Etats-Unis a encore frappé. Et cette fois, c'est le climat qui est à l'ordre du jour. En limitant les moyens de lutter contre les gaz à effet de serre, le réchauffement climatique pourrait bien empirer.

Jeudi, les six juges conservateurs, qui constituent la majorité de la Cour Suprême, ont estimé que l'Agence pour la protection de l'environnement (EPA) ne pouvait pas édicter de règles générales pour réguler les émissions des centrales à charbon, qui produisent près de 20% de l'électricité aux Etats-Unis.

L’article