DE | FR

Viré du parlement néo-zélandais après avoir fait un haka

abspielen

Le haka est une danse traditionnelle maori. Vidéo: YouTube/Guardian News

Le co-chef du parti maori, Rawiri Waititi, a été expulsé du parlement néo-zélandais après avoir dénoncé la rhétorique de l’opposition comme raciste et exécuté un haka, une danse traditionnelle.



Waititi a déclaré que l’opposition incitait au racisme en Nouvelle-Zélande par sa position sur les soins de santé pour les Maori. Le haka est une danse cérémonielle des Maoris, le peuple autochtone de Nouvelle-Zélande.

«Deux systèmes»

L’altercation intervient après des semaines de débats intenses, au cours desquels le Parti national d’opposition a accusé le gouvernement d’un «agenda séparatiste» et la création de «deux systèmes». Leurs arguments ont commencé après que le gouvernement a annoncé un service de santé indépendant.

Waititi a été expulsé de la Chambre par le président Trevor Mallard, après une série de rappels au Règlement. «Au cours des deux dernières semaines, il y a eu de la propagande et des discours racistes à l’égard de Tangata whenua (peuple indigène de Nouvelle-Zélande)», confie Waititi au New Zealand Herald.

«Il y a une ligne qui est souvent franchie ici»

Lorsque Mallard lui a demandé de s’asseoir, il est entré au centre du parlement pour exécuter un haka, et a ensuite été expulsé.

FILE - In this October 2020, file photo, Maori Party co-leader Rawiri Waititi poses for a photo outside New Zealand's Parliament in Wellington. The Indigenous New Zealand lawmaker was thrown out of Parliament's debating chamber Wednesday, May 12, 2021, for performing a Maori haka in protest at what he said were racist arguments. Waititi's stance came after ongoing debate among lawmakers about the government's plans to set up a new Maori Health Authority as part of sweeping changes to the health care system. (AP Photo/Nick Perry, File)
Rawiri Waititi

Rawiri Waititi Image: sda

«Il y a plusieurs mondes ici, et ils se heurtent», a déclaré le député travailliste Aupito William Sio, alors que les parlementaires continuaient à débattre. Une partie de la discussion sur la race et la politique à la Chambre est «douloureuse» pour les groupes minoritaires.

Déjà, en février, Waititi a été expulsé de la Chambre pour ne pas porter de cravate. Il a dit qu’il avait choisi de porter des vêtements culturels au mépris du code vestimentaire. Waititi a surnommé les cravates une «corde coloniale» et portait un collier de pounamu, ou pierre verte, au lieu d’une cravate. La cravate n'est plus obligatoire depuis. (ga)

La cérémonie des Brit Awards

1 / 9
La cérémonie des Brit Awards
source: sda / ian west
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles «International»

50°C à l'ombre au Canada, la faute à un «dôme de chaleur». Explications

Link zum Artikel

Détournés, abattus, sabotés, les avions sont de vraies armes politiques

Link zum Artikel

Non-vacciné? Préparez vos narines pour visiter la France cet été

Link zum Artikel

L'Italie a-t-elle un (gros) problème avec ses infrastructures?

Link zum Artikel

Israël se sent menacé par le variant Delta

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Covid et crise politique ont forcé Kaïs Saïed à prendre le pouvoir en Tunisie

Un système sanitaire et politique défaillant frappé par le Coronavirus voici un des éléments qui ont précipité la crise tunisienne. Le pays semblait, pourtant, avoir réussi sa transition démocratique. Décryptage.

La Tunisie, plongée dans une gouvernance désinvolte, absorbée par les tensions politiciennes, peu attentive aux conseils des scientifiques et aux ressorts mondiaux de la catastrophe, voit aujourd'hui sa situation sanitaire critique doublée d'une crise institutionnelle inédite. Dimanche 25 juillet, lors d'une réunion d'urgence, le président Kaïs Saïed a en effet décidé de limoger le chef du gouvernement, Hichem Mechichi, afin d'assumer lui-même le pouvoir exécutif. Dans le même …

Lire l’article
Link zum Artikel